•  

    Des lieux en attente...

     

    Le temps s'est figé derrière et autour de ces façades, maître des lieux,  scellant portes et fenêtres, emprisonnant un réel disparu et créant dans la ville des espaces brièvement déserts. On longe une maison pleine de vie et quelques centimètres plus loin, c'est le Vide. L'abandon. Une sorte de néant fait d'écho lointain que l'on reçoit avec un petit coup au cœur. Étrange silence ! Ni patrimoine, ni rareté, (ces bâtiments n'ont pas 1000 ans), les lieux abandonnés provoquent, dans la ville, un état vibratoire d'une grande étrangeté. La force de l'inanimé se fait sentir quand on passe devant ces endroits : Une histoire ancienne, inconnue parfois, s'agite mollement en se désagrégeant au fil du temps, et l'imagination fait le reste.

     Des lieux en attente...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Des lieux en attente...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Des lieux en attente...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     rue Jacquard (sauf erreur)

     

     Des lieux en attente...

     

    Un vide qui fait partie du tissu urbain. Il n'est pas tant une respiration qu'une attente. Désert qu'espace plein.

    Retrouver le temps ?  L'odeur du pain devant une boulangerie désaffectée depuis près de 80 ans ? Réentendre les cris, les rires dans ce café où l'écho de fêtes passées dans cette magnifique demeure. Mais comment ? Il faudrait pouvoir y entrer.

     

    Des lieux en attente...

    Plus de pain ici, de la poussière et de l'oubli

    Des lieux en attente...

     Rue Cabirol

    Des lieux en attente...

     Hôtel rue Kléber

    Des lieux en attente...

    Maison quai de Lorraine Photo M.M

    Or, ces endroits abandonnés demeurent souvent inexplorables ;   ils voient défiler les gens mais peu y pénètrent, hormis désespérés et squatteurs. Et explorateurs bien sûr.

    Car ils sont toujours propriétés privées, abandonnées mais surveillés, protégées, et tant qu'ils ne tombent pas en poussière, constitue encore inébranlablement  la ville. La ville, abandonnée. Fermée. Poussiéreuse. Le temps défait l'histoire mais le contenant, le lieu demeure. En attente.  Qu'ils soient sites industriels ou viticoles, commerces ou maisons particulières, il se dégage quelque chose d'envoûtant dans cet arrêt, cette immobilité, cette vie figée.

     

    Des lieux en attente...Des lieux en attente... 

     

     

     

     

     

     

     

    Le Stewball, lieu douteux 

    Des lieux en attente...

    Boulangerie abandonnée suite à la fermeture du pont de Carcassonne

    Des lieux en attente...

    Aperçu du Couvent des Cordeliers

     Les esprits naïfs se disent : tous ces espaces vides, il y a des mal logés. Mais ces façades cachent des luttes fratricides, des disparitions totales de dynasties, des ruines  et des déchéances, et même des choix municipaux qui ne seront jamais validés par manque d'argent, d'idées ou d'opportunités. L'histoire d'une ville en somme.

    Ainsi va l'urbanisme, entre constructions effrénées, abandon de bâtiments, curiosité du passant. Les urbexologues auraient beaucoup à en dire...

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •   Petit élément monumental & bavardages

     

    L'urbanisme s'inscrit dans le temps et écrit l'histoire des lieux. Les villes sont souvent leurs monuments. Bâtiments augustes, ruines, éléments architecturaux ou de décoration font leur réputation et leur identité. Le patrimoine urbain, au delà de sa vocation première d'abri, ou de représentation, nourrit et enrichit l'esprit de ceux qui en sont les contemplateurs. Il tisse entre eux et le bâti un lien fort, intéressé qui se traduit de bien des façons : érudition, fierté,  humilité, exaspération, et même indifférence. Quelquefois, au fil du temps, on érige un nouvel édifice pour rappeler, créer ou raconter l'Histoire, pour rehausser la renommée de la ville et exciter la curiosité culturelle ou esthétique des passants : La tour Eiffel à Paris, la statue de la liberté à New York, la petite sirène à Copenhague et la Louve à Narbonne.

    Perchée sur un arc de triomphe, la bête allaitant Rémus et Romulus signe ainsi le passé Romain de la ville et évoque, en monumental, l'histoire de 2 moutards, abandonnés par leurs géniteurs , nourris au lait de louve, ce qui expliquera bien sûr le côté sanglant et bestial de leurs œuvres, (surtout Romulus, le plus glouton probablement) et devenus fondateurs d'un puissant empire dont Narbonne fut l'une des vassales.
     

    Petit élément monumentalPetit élément monumentalPetit élément monumental & bavardagesPetit élément monumental & bavardages

    Bref, Une histoire palpitante et un monument qui suscitent, tous les jours ,un intérêt passionné, et des commentaires, analyses et recherches* de toutes sortes :

    Enfantins  :

    - Oh papa c'est la louve ! - Oui, et qui sont les enfants ? - Arthur et et Rémilis ! - Non, Rémus et Romulus !

    - Le loup le loup le loup ! Il va les manger les enfants ?

    Petit élément monumental & bavardagesPetit élément monumental & bavardagesPetit élément monumental & bavardages Petit élément monumental & bavardages

    Bourgeois  :

    - Maman pourquoi il y a un chien là haut ?- Un chien ? Non ce n'est pas un chien, c'est la femme du chien (expression qui sonne mieux que chienne ! – ndlb

    Didactiques :

    - C'est qui là haut ? Les enfants en cœur : Romus et Rémulus !

    - Oui Romulus et Rémus. Et qui a créé Rome ? - Rémus et Romulus ! - Non c'est l(un des deux

    - Romulus - Oui c'est bien lui - Oui, parce que Rémulus, il était jaloux et ils se sont entretués.

     Érudits :

    - Ah ! La louve romaine ! C'est la réplique de la réplique qui fut donnée à Narbonne en 1982. Il y en a une à Rome, en bronze, je crois que c'est l'original...

    - Aqui estaba la via appia, y la lupa...

    Semi érudits

    - Oh, c'est Romulus et... Romulus et.. oh zut ! - Ouais ouais. Romulus et Trucullus !

    - C'est la louve, parce que Narbonne était romaine...

     

    Petit monument, petits bavardagesPetit monument, petits bavardages

     Ignorants :

    - Oh chérie, regarde le cochon ! - Où ça maman où ça ? - La haut regarde ! - Ah oui un cochon, avec des petits enfants ! -Pourquoi ya des enfants ? - Ah, Je ne sais pas !

    - Le loup ? Où ça papa ? Ah oui je le vois, il est avec Mowgli ? Les parents ne répondent rien...

     Blasés :

    - ...On la voit partout cette statue, à Gérone, à Rome, ici..

    - C'est quand même moche ce truc. Il faudrait en faire une fontaine sèche : creuser un tronc dans cette arche pour y récupérer des sous. Les touristes seraient ravis !

     Petit monument, petits bavardages

    * Propos épars, décousus et véridiques , récoltés au fil du temps, émis par les passants, touristes et autres curieux.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Propriétés privées

    On leur a dit qu'un grand Musée ouvrirait ses portes là : ils se sont installés, pour être les premiers à y entrer. Ils attendent, des hommes de l'Est pour la plupart. Ce sont les motivés. Mais il y en a de plus dilettantes, plus bohêmes, de simples euros nomades. Leur conception de l'habitat ressemble beaucoup à celle des adeptes du camping : toiles de polyester imperméabilisé, toit double anti UV, haubans coupe-vent. Bien sûr, ils ignorent que pour 18 000 fois 1 euro, ils peuvent avoir une mini maison écolo, ou même mieux, un habitat de hobbit en kit .ICI *. Et ils n'ont peut être pas 18 000 € en poche.

    Propriétés privées

     Mais je m'égare. Déshérités, marginaux, perdus peut être, ou tout simplement réfractaires, ils se sont installés ici et là, mais toujours dans des coins bucoliques notez, le long du canal douteux.

     

    Propriétés privées

    Petit campement solidaire Narbonnais . Eco campement, habitat participatif et tutti quantif . Toilettes sèches. Eau minimum. Clodos,  écolos, bobos et bonobos, même combat ?

    La construction de l'euro-nomade est simple et légère, : pitons, toile de tente, petite palissades, mobilier pour les plus organisés. On y voit même un véhicule. Rouge ! La grande classe !

     Propriétés privées

    Habitat bien délimité, station d'épuration à proximité . Voici un modèle d'abri bien structuré

    Propriétés privées 

    Propriétés privées

    le même modèle que ci dessus, dans un style plus avachi, plus souple. (Le cellier !)

    Si l'on constate une certaine uniformité dans ces abris,  ce qui évite le côté disparate que l'on observe dans certains quartiers,  leurs habitants, soucieux d'esthétique paysagère les personnalisent, évidemment :  barrières, bordures de bois, plantation, décoration. Ce n'est pas parce qu'on ne peut s'offrir une vraie maison que l'on se laisse aller.

     

    L'habitat collectif est plus spacieux et plus élaboré : fibre de verre et acier pour une armature souple mais résistante,  2 ou 3 cabines, moustiquaire, belle hauteur sous plafond (jusqu'à 2 mètres), capacité de 6 à 8 personnes. Une belle résidence.

    Propriétés privées 

    Ci dessous, l'habitat tient plutôt de la Chrysalide, construction naturelle parfaite s'il en est. Le rêve réalisé d'un architecte doué, méconnu, mais qui a bien évalué l'impact privatif des herbacées qui entourent le logis. Intouchable !  

    Propriétés privées

    Bien sûr, les contraintes liées à l'occupation d'un espace donné ne sont pas encore tout à fait maîtrisées, notamment en matière de déchets. Un temps viendra où il faudra soit creuser des trous à proximité du camp, soit n'utiliser que des objets très rapidement  bio dégradables. Pour l'instant, on transforme l'inconvénient en avantage ! Rome ne s'est pas bâtie en un jour !

     

     Propriétés privéesPropriétés privées

     

     

     

     

     

     

     

    Bio couchage sur matière en décomposition : température dégagée : +- 35° Celsius

    C'est une avancée technologique déjà maîtrisée par le nomade, tandis que la science roupille dans son fauteuil subventionné et que le contribuable engraisse edf : La mise en œuvre et l'utilisation des phénomènes biochimiques pour  le confort humain. Vous pensez déchéance, misère** ? Mais non,  la misère n'existe plus depuis que les riches ont inventé la journée du refus de la misère, et en réalité, tout ceci, qui préfigure l'avenir, deviendra furieusement tendance au fur et à mesure des diverses crises en cours.

    Urbanisme du  futur ? Qui sait ? Même si tout ceci nous fend le cœur, impuissants que nous sommes à gérer notre propre  misère, de par la montée des eaux,  les cop 21, 22, 23 N+1, les camps de plus en plus nombreux de personnes déplacées, la connerie de nos gouvernants paumés, l'avidité des industriels et la nôtre, il sera peut être utile, demain, de se déplacer rapidement avec sa coquille sur le dos !

    Aujourd'hui, le long de la Robine, un nouveau quartier s'est installé. Pas encore branché, ni très visité, mais sécurisé et protégé par la gent canine.

    Demain, un monde de propriétés privées nomades ?  Peut être. A moins qu'il ne soit déjà en cours d'institutionnalisation. Cela a déjà commencé ! 

        

    Propriétés privées

    Tous en rang svp et que rien ne dépasse  ! Wikipédia - Don Quichotte Sarl***

     

     Propriétés privées

     Comme une biche soupire après les courants d'eaux... le déshérité soupire aussi...

     

     * Oui le monde est très divers, varié, à plusieurs vitesses  et franchement tordant. On parie que ces éco constructions pas chères seront raptées par d'ignobles promoteurs !

    ** la maison de l'amitié est juste en face. Douche, nourriture, hébergement sommaire en cas de grand froid, le 115 n'est pas seulement un numéro de  téléphone, c'est aussi un projet auquel vous pouvez participer  en devenant urbaniste amateur. Soyez solidaire, offrez une tente ! (Déductible du montant de vos impôts, négociable avec le  président normal.)

    *** +- 895 000 personnes sans logis ou mal logées en 2016 - 30 000 enfants SDF - un doublement de cette population en 10 ans. Entre temps, dans un monde parallèle, on construit à grands frais des musées, des bureaux et autres espaces. La sociologie a de beaux jours devant elle...

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique