• Un goût de paradis

     

    Elles sont de retour ! Les mangues sauvages* du marché bio ! Elles sont vertes, petites, prometteuses. Il faut les mettre à température ambiante dans un torchon de coton ou de lin (si vous êtes snob, ça marche aussi), ou dans une coupelle et surveiller leur maturité, 3 à 5 jours environ. Quelquefois un peu moins ou un peu plus. Il vous faudra être attentif à ce trésor de la nature, car la mangue procure un sentiment de bien être et de beauté intérieure, ce qui n'est pas le cas des bijoux.

     

    Vous n'êtes pas un exotique venu d'Afrique, des Antilles, d'Asie ou d'Amérique latine ? En êtes vous certain ? Oubliez couteau et fourchette,  découpe technique et tralala. Faites un effort, pelez une mangue, fermez les yeux, ouvrez la bouche. Croquez tout  jusqu'au noyau jusqu'aux cheveux de la graine . Et voilà ! Vous en êtes !  Notre monde n'est il pas fabuleux ? Qui êtes vous ? Un terrien gâté par toute sa planète. D'où venez vous ? Mais de la planète des saveurs ! Où allez vous ? Au marché bio place Bistan !

     

    Un goût de paradis

     

    Et brusquement, entre la lange et le palais vous est révélé la certitude, la preuve que  vous etes un être privilégié, et un soupçon de l'existence de Dieu et de sa bonté vous effleure, parce qu'il faut quand même finir la mangue. 

    Et si vous en avez trop acheté, faites un chutney, ça vous changera. a servir avec un poisson braisé ou une volaille sautée. Le bonheur !

     

    Un goût de paradis

     

    Un goût de paradis

     

    *sauvage : un mot qui fut très tendance en matière culinaire. Ne pas confondre avec le bon sauvage, où le sauvage tout court !! Ça n'a pas le même goût.

    * mangues sauvage de Fred - Marché bio du samedi – Place Bistan du Forum

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Réconciliation

     

    Au cœur de ce bijou qu'est Fontfroide, Avril s'est ouvert sur un dimanche lumineux, celui de la celebration de l’Agneau Pascal. Le Choeur Grégorien de Paris nous a offert l'occasion de nous "revêtir de vêtements neufs", et d'apaiser nos esprits agités face au bruit et à la fureur du monde. Nous tentons de parcourir le chemin qui mène des ténèbres vers la lumière, de l'ignorance à la connaissance, de la lumière à la joie.

    La richesse du chant gregorien s'expriment dans ces voix tendres et magnifiques qui montent vers le ciel et traversent cette voûte gothique, et relient nos coeurs à l'univers,  rendant gloire à ce Christ si énigmatique, figure d'espérance, pendant que s'enfuit le temps.  

    Christ est amour, nous dit Becam et  “L’amour est toute une histoire” . Christ est Roi, et Palestrina nous le redit, encore et encore.

     

     

     

     

    Réconciliation

     

    Le Christ, la montée du calvaire : Iconographie Ethiopienne

     

     

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  Mon voisin Mowgli 

    Dans la rue Droite existe un immeuble qui fut quelques années un des ces lieux que leur propriétaire concède à la ville ou à un organisme social quelconque pour faire œuvre de salut public. Il accueillait donc des gens en errance, en difficulté, en réinsertion et en vivre ensemble : ex prisonniers, ex brisés de la vie, ex demandeurs d’aide ponctuelle.

    Un jour Mowgli est arrivé. Avec ses démons propres, (toute une troupe) son histoire tourmentée et dès lors ce fut l’enfer pour tous et pour moi, une terreur personnelle et quotidienne. 24h sur 24, toujours ouverte !

    En un an à peine, l’immeuble s’est vidé de ses 4 autres occupants. Mowgli perdait la clé de la porte d’entrée ? Il cassait d’abord la vitre centrale pour pouvoir entrer, puis, la démontait, la remplaçant plus tard par les plaques métalliques entourant certaines bennes à ordures de la ville, pour refaire une entrée estampillé “ville de Narbonne”, avec les petites fleurs bien centrées, une réussite dans son genre. 

    Mowgli perdait la clé de son appartement ? Il  cassait le mur à côté pour y faire un trou et entrer tranquillement.

    Mowgli avait froid, ou trop chaud, ou tiède ? Il montait sur le toit tripoter la chaudière !

    Mowgli pensait qu’il avait acheté l’appartement. Qu’il appartenait à son père qui était très riche. Il a voulu refaire la salle de bains. Il a démonté le water, le bac de douche, au grand dam du locataire du dessous qui recevait de l’eau sans cesse dans son studio, et les a déposés près de la benne au bout de la rue.

     

    L’immeuble, vide, lui appartenait entièrement : Il montait sur le toit terrasse pourtant condamné par le propriétaire, en me criant : hé hé je suis plus haut que toi ! Il cassait le carrelage en petits fragments pour les remettre en mosaïque sur les murs, ou le sol; démontait les autres portes pour en faire des meubles, allait faire son ciment à la fontaine de la place Bistan où d’ailleurs, un des petits bassins de réception est toujours bouché.

    Je n’ai jamais su d’où provenait ce ciment, ces outils.

    Et tous les jours, toutes les nuits, le son de la perçeuse, de la disqueuse, de la masse contre les murs, de la musique, sauf quand il partait en cambriolage, puisqu’il était sous surveillance de la Bac !!

    Le soir du résultat des élections présidentielles (2012), avec quelques amis nous attendions les résultats autour d’un apéro dinatoire, écoutant les commentaires journalistiques et faisant les nôtres.  Mowgli lui, était dans la rue en train de casser du bois. Quelques passants passaient en s’en fichant. Qui se serait intéressé à un arabe cassant du bois dans la rue à part moi, toujours sur le qui vive  ?  Une heure plus tard,  une odeur de brûlé se répand brusquement. De la fumée sort de l’immeuble voisin. Grand affolement.  

    - Hola, Mustapha ? Qu’est ce que vous foutez encore, Mustapha ?  

    - Ah, j’ai fait un four pour faire cuire du pain comme dans mon pays, dans mon pays on enfonce ça dans le sable pour la cuisson(tout content de lui en plus)

    - Mais bordel Mustapha rentrez dans votre pays faire votre pain, vous allez nous foutre le feu, moi j’appelle les pompiers !

    (j’ai toujours vouvoyé mon voisin par politesse, et toujours manifesté du respect par prudence , je ne l’ai jamais insulté ailleurs qu’en mon for intérieur et il n’a jamais su que je l’avais surnommé mowgli ,à qui il ressemblait un peu)

    Donc ballet des pompiers, excédés, de la police, excédée, (Mowgli étant une célébrité locale) et de moi, excédée aussi, c’est devenu mon état naturel, parce que les voisins, hein... étaient pas excédés du tout, pourvu de cette infinie capacité à s’en faire voir des vertes et des pas mûres, des acides, des très amères. Fichus voisins ! 

    Entre l’indifférence des juges, insensibles au désespoir du propriétaire qui tentait de vivre de cet immeuble, (oh ce n’est pas bien grave des dégradations, on ne peut l’expulser pour cela), la lâcheté des voisins (il fait du bruit, on n’en peut plus mais il n’est pas méchant), l’impuissance des services de la mairie convoqués pour constater l’insalubrité totale du lieu (on attendra que sa carte de séjour soit périmée – ça, il faut l’entendre pour le croire) et l’impossibilité de déménager parce que pour ça il faut des sous,  il a fallu 2 longues années, une éternité, pour retrouver la paix.

     

     J’ai veillé des nuits entières dans la crainte qu’il ne défonce, dans un excès de zèle et un désir d’agrandissement, le mur de ma salle de bains, mitoyenne de son studio. Aux aguets jour et nuit. En prison dans ma propre maison à cause de l’autre. Je n’oublierai pas (enfin quand j’y pense) le soir où, complètement contaminée, en pleine folie moi même, j’ai attrapé une barre à mine et ai ouvert la porte dans l’intention de monter chez lui pour le tuer, lui taper dessus jusqu’à obtention du silence, cette denrée si merveilleuse. J’ai refermé la porte et adressé une petite prière au ciel, qui s’est tenu coi, bien entendu. Puisque j’avais déjà la réponse : ne pas faire de mal à son prochain, un tien vaut mieux que deux tu l’auras pas, le salaire du péché c’est la mort, tu ne tueras point, tu ne mangeras pas les animaux qui ont des sabots et qui ne ruminent pas, tant va la cruche à l’eau mais tu ne vas pas casser nonnonnon  tu ne casseras point,  etc…”.  

    Il suffit d’un seul être et tout est surpeuplé de bruit, de fureur, de démence, de désespoir. Ceux qui ont vécu ou vivent cette situation comprendront.

     

    De guerre lasse, après 2 ans de batailles, l’eau et l’électricité, et le gaz lui furent coupées. Nouvelles angoisses en pensant à des bougies. Il alla faire une crise de démence à l’accueil de feu EDF. Et se retrouva à la rue... 

     ...En rentrant de soirée quelquefois je tombais sur lui, blotti dans un sac de couchage contre le mur de la maison, promesse tranquille d’une perspective assurée de stress et de nuit blanche.

     Mon voisin Mowgli

    Puis un jour, dans le journal, un fait divers criminel me fait sursauter : mais ça, ça ressemble à du  Mowgli !  Dans son errance, il avait échoué chez un individu qui avait accepté de le loger, le pauvre. Mowgli l’a étranglé, lui a passé une corde au cou et l’a accroché à la cabine de douche pour simuler un suicide. Ce qu’a cru la police dans un premier temps. Mais tourmenté par ses démons, il sest rendu quelques jours plus tard au commissariat pour avouer son crime parce que, dit il, Allah lui parlait dans sa tête et lui avait dit que ce qu’il avait fait n’était pas bien. La police municipale n’avait pourtant pas arrêté de signaler à la Nationale qu’il était dangereux, mais vous connaissez la chanson maintenant. Plus ils sont dangereux, plus ils “ont la foi”, plus on les bichonne. 

     

    Je ne peux m’empêcher de penser que tous ces services, ces structures d’aide qui encadrent,  “insèrent”, suivent,  ravitaillent un individu, le loge, paient son loyer, ses charges, refusent d être efficaces. L’humain déficient est livré à lui même : personne n’a eu l’idée de le faire travailler dans une casse, ou sur un chantier de démolition quelconque où il aurait pu se dépenser la journée. Je n’ai jamais, jamais croisé quelqu’un avec une telle capacité de travail... capable de tout casser 10h sur 12, toute l’année.

     

    Quant aux gens, voisins ou non qui ont toujours à la bouche le mot solidarité, fête des voisins, vivre ensemble et autres foutaises, hélas, vous pouvez passer de porte en porte pour obtenir une plainte groupée, une action quelconque, vous n’obtenez rien. Ils préfèrent devenir fous. Chacun pour soi et le diable pour tous.

     

    Le propriétaire a récupéré son immeuble et engagé, m’a t’il dit, plus de 50 000 euros de réparations. Il ne loue plus qu’à des étudiants maintenant. Vacciné contre la solidarité !

    Après avoir erré sur le territoire depuis 1998*, en semant sur sa route des cailloux faits de violences diverses, Mustapha Ridoine* Mowgli, enfant de la jungle humaine, dort en prison depuis. Du moins je veux le croire. ( il était gentil pas méchant)  Notre République aime tant ces fous furieux et criminels et les libère si vite, que je ne béerais pas d’étonnement en le voyant un jour place de l’hôtel de ville. Prêt à refaire tout un appartement ! Et plus, accessoirement…

     

     

    *infos presse. Un nom gravé dans ma mémoire parce que quand même, quelle tristesse et quel sentiment d’échec que cette incapacité à aider son prochain. Mea culpa. Vestra et nostra culpa.

     

     

     Mon voisin Mowgli

      

      

     

     

    Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique