• Aïe Aîe !

    3 enfants blancs

    Quand on est prisonnier de l'image, disait Doisneau, cela vous donne toutes les audaces.
    Je n'aurai pas celle de parler de son travail. En un peu plus de 100 photos, il se décline, que ce soit sur l'enfance, le monde du travail, les scènes de la vie  courante, en une surprenante intemporalité.  Touchante, émouvante, moderne, toujours d'une grande beauté,  l'oeuvre de Doisneau est proposé jusqu'au 13 septembre, au chateau de la Nauze à Bram. 
    4 euros par cb ou par chèque uniquement, mercredi, samedi et dimanche de 14 à 18h au Parc des Essars, Avenue Georges Clémenceau, 11150 Bram
    Toutes les infos ICI

     

    Aïe ! Cul


    Quand on est prisonnier du sexe, disait quelqu'un d'autre, il faut transformer sa prison en salle de jeux. ... Violette Guyot et Jean Christophe Alix s'en évadent carrément dans un jouissif petit opuscule, un livre d'art pour être juste où, de tercet en triolets, car le haïku est toujours musical, le trait d'Alix  est sublimé jusqu'à la poésie légère de Guyot. Un vrai chant des Muses !

     

    Aïe, à ne rater sous aucun prétexte !

     

    Pour une somme minime (10 euros) voilà l'occasion de s'offrir (et d'offrir) un de ces plaisirs qui nourrissent, in fine, la vie intérieure et la joie des adultes. Si si !

    A commander au Chant des Muses qui en donne même un aperçu

    Bon week end à tous les visiteurs de Narbona Pulcherrima et aux autres bien sûr !

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • zéro + zéro = éblouissement

     

    0+0 = la tête à toto. Dessiner est aussi simple que cela : représenter l'objet ou la pensée que l'on a en tête. Il faut ensuite y adjoindre le talent, un don  pour le dessin, de la volonté, de l'inspiration une belle capacité de travail.... On obtient alors cette éblouissante exposition réalisée et proposée par  17 artistes. Un évènement à découvrir en un parcours linéaire : La Poudrière à la chapelle des pénitents bleus, en passant par la galerie Beaun'Art.

    On y découvre l'élégante africanité de JC Alix, l'immensité du minuscule  de Mounia Kansoussi, l'étonnant univers urbain de Cedric Torne fait de pointillisme pointilleux et de rotring dans des paysages urbains parfaitement achevés, et 14 autres dessinateurs qu'il faut aller découvrir... pour s'émerveiller.


    Nous sommes exceptionnellement gâtés : Merci donc à tous ces artistes pour ce cadeau, cette exposition d'une grande et belle qualité, à voir et à revoir, comme toujours.

     

    zéro + zéro = éblouissementzéro + zéro = éblouissement

     Une leçon de philosophie de Mounia Kansoussi

     

    zéro + zéro = éblouissement

    Une leçon d'urbanisme pur de Cédric Torne

     

    Vernie le février, l'expo se terminera le 1er mars. Pour ceux qui étaient absents lors du vernissage, en voici quelques photos : Phil Taka photos

     

    zéro + zéro = éblouissement

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Avant d'être si haut perchés, les flamants roses sont d'abord des bébés aux longues pattes , blancs duveteux et mignons comme tout. Mais on a rarement l'occasion de les voir de près.  Marie Laurence Schmitz, dont le succès ne se dément pas,  nous les montre dans leur enfance et décline d'adorables petits oisillons, espiègles et joyeux comme leur auteur. Les voici sur les cartes qui accompagneront les cadeaux, que l'on enverra aux amis pour les saluer de sa plus belle écriture, ou que l'on collectionnera.

    C'est doux, (tout comme leur prix) c'est tendre et chatoyant, tout ce qu'il faut pour cette période si spéciale.

     

     

     

    Pour vous les procurer, c'est chez Marie Laurence Schmitz

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique