• La Ville est-elle si moche qu'il faille la redécorer ? Ou n'est ce qu'un support culturel de plus dont il faut tenir compte ? Il faut croire que oui. C'est pour cela que l'on voit apparaître ça et là des dessins, des tags, que l'on peut admirer, disséquer et dont on peut parler.

    La MJC fête ses 70 ans et a choisi d'afficher des dessins reconnaissables : voici BB, et voici Alfred, accompagnés d'autres acteurs  de cinéma :

    Peinturlurations....

     

    En redescendant la rue Armand Gauthier, on a eu, il y a quelque temps, la surprise de voir ceci, figures délavées depuis. peut être en connaissez vous l'auteur :

    Peinturlurations....Peinturlurations....

    Des visuels pour conduire le promeneur vers une fresque géante : c'est une idée collective de l'académie des arts graphiques de Narbonne entre autres...

    Peinturlurations....Peinturlurations....

    Et voici la fresque géante en question, sur le mur d'Amalita de Zarate, tiens donc ! qui représente une femme habillée en costume méridional du moyen âge. Et non, comme le faisait remarquer certains fâcheux, une femme musulmane avec un foulard sur la tête. Ni une gitane non plus, ni une pirate. Ce qui la fait beaucoup rire d'ailleurs. L'anneau dans le nez dément en effet toute ressemblance qui serait d'ailleurs fortuite.

    Peinturlurations....

     

    Aux Peupliers, Cité populaire où l'on reviendra avant la démolition totale, c'est totale liberté et expression sur de vastes surfaces pour créer un effet de saisissement. Ce serait dommage de ne pas les montrer :

    Peinturlurations....Peinturlurations....

     

    Et pour finir, rien à voir :  une œuvre envoutante, étrange, mystérieuse. Un travail de toute beauté. Une composition de l’esprit complètement inattendue. Dans laquelle on plonge, captivé. Les dessins et peintures d’Ulysse révèlent un cheminement, une recherche dont l’aboutissement est un langage secret qu’il faut décrypter. Des lignes précises qui créent des univers, des structures de masses, que l’on peut regarder dans tous les sens. Merveilleux et sublime, tout simplement. Les mots manquent un peu.

    Au WAW, Exposition Ulysse, jusqu’au 19 janvier, une exposition incontournable, à voir absolument ! Voilà !

     

    Peinturlurations....

     Détails

    Peinturlurations....

     

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    Fichu nounours !

     

    Quoi ? On se moque encore des Chrétiens ? On fustige et ridiculise leurs croyances et symboles ? Inadmissible et punissible ! Blasphématoire et yen a moire ! Certains visiteurs rentrent et ressortent aussitôt en le criant haut et fort, allant jusqu’à insulter les hôtesses d’accueil. ... Et pour cause, un gigantesque nounours (Teddy américain) est crucifié à une croix de bien mauvais aloi. Une tête de christ sous globe est encadré de 2 hommes chiens, le pénis à l’air. Mauvais genre, mauvais genre !
     

    La provoc est de retour aux Pénitents Bleus. Après la polémique exposition de Lili Fantozzi qui mettait en scène des Vierges et des Saints envahis par des soldats de plombs,  et indigna secoua l'opinion jusqu' à Paris, voici le nounours fait Dieu par Olivier Domin dit OLLL.

     En ces temps de révolutions d'hiver mentales occidentales, la femme peut épouser Teddy, et l'homme peut en faire son dieu. Normal

    Qu’on ne s’attende pas à trouver ici une expression artistique particulière, une beauté créatrice, une sensibilité visuelle, etc... les objets proposés sont de bric et de broc, apparemment bricolés à la hâte, l’air inachevé. Mais le visiteur ferait bien de s’attarder : ils ne sont que prétextes, et les regarder suffit à provoquer le rire et révéler l’humour discret mais ravageur d’ Olivier  Domin dit OLLL.

    Fichu nounours !Fichu nounours !Fichu nounours !

    En trois symboles monothéistes hérissés d’épines, croix, croissant, et étoile de barbelés, tout est dit. La religion (car il s’agit de cela, en dépit de quelques portraits) est révélée telle qu’elle est pour beaucoup de croyants hélas ; davantage un ramassis de superstition qu’un chemin qui mène à la Divinité. Symboles de fréquentes déroutes mentales. Objets de la cruauté de la religion des hommes. Serrures de la prison des dogmes. Le Christ en a d’ailleurs tellement assez qu’il se décroche de sa croix. 

    Fichu nounours !

    C’est dur d’être aimé par des cons titrait Charlie Hebdo il y a quelques années. Reste le nounours. Inerte et objectal comme ces christs accrochés à leur calvaire dans nos campagnes. Crucifié mais pas sanguinolent. A la mode puisque gore.

    Une expo dont le propos est le propos lui même. Clair et joyeux A voir, à revoir et à re revoir aux Pénitents Bleus, place Salengro, jusqu’au 14 avril, pile poil une semaine avant Pâques. Histoire peut être, de dépassionner, purifier les lieux ? Tiens donc !

     

     

    Fichu nounours !

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Art en lavoir 

     

    Construit en béton armé dans les années 30 pour remplacer le vieux bateau-lavoir amarré à proximité, sur le canal, le lavoir de la rue Jean Jaurès a été transformé en parking, un peu après le moment où les machines à laver envahissaient les foyers.  (Merci la Mère Denis)

    On a donc décoré les murs de ce parking, bien plus utile qu'un lavoir. Qui sont les artistes ? Des enfants, des adultes ? Mystère ! En tout cas c'est bien là un parking artistique.

    Emre, Inès et Mamu (ou RAmu) ou encore DADA 69250 TKT signent des œuvres qu'on pourrait chercher à analyser et mettre en lien avec l'eau, le lavoir, la propreté, et les heures de travail de forçat qu'était celui des lavandières. Mais à quoi bon, du lavoir table rase est faite et nous avons des parkings à décorer.

    Nous pouvons désormais admirer des œuvres, qui , mine de rien, font partie du patrimoine culturel de Pulcherrima. Qui l'eut cru ?

     Art en lavoir

    Art en lavoir

    Art en lavoir

    Art en lavoir

    Art en lavoir

    Art en lavoir

    Art en lavoir

     

    C’est chouette. L’art n’est pas seulement dans nos rues, mais aussi dans nos sous-sols, nos banques, salons de coiffure, restaurants, etc. On n’y échappera pas ! 

     

    Exposition permanente, 24h/24 - Parking du Lavoir - Passerelle Entre Deux Villes

     Bon week end culturel à tous

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique