•  

    Une artiste singulière

     

    De pigments et d'eau, de barbelés et de bois, de mer et de vagues, de ces éléments, nous sommes amenés dans la peinture d'Anne Marie Jaumaud.

    Elle n'est pas seulement une galeriste, c'est aussi un peintre talentueux. Une artiste singulière qui repère généreusement les autres talents et nous offre trop rarement le sien.

    Ainsi cette exposition exprime un engagement en une peinture habitée, on ne sait comment car les pigments d'Anne Marie Jaumaud révèlent, à notre grande surprise, la présence de nombreuses "entités". Car ce qui nait sous la peinture du peintre lui échappe quelquefois, se déployant en toute autonomie. C'est ainsi que du cobalt, de la poudre de métaux surgit le Couillu. Mais pas seulement lui. Visages flous, non dessinés mais surgissant clairement du geste pictural, du trait hardi, ou du thème central.

    Engagement figuré dans le thème de ceux qui se déplacent. Les barbelés conduisent à l'oiseau d'or dont on ne sait s'il emporte les âmes des migrants au paradis ou en enfer. Migrants d'Irlande, migrants d' Afrique, migrants de Migration, embarqués sur mer embarbelée, des vagues qui battent furieusement et laissent entrevoir, lointaine, une théorie de silhouettes, ou de buildings, c'est selon le regard, espoirs de ceux qui croient arriver au port, un mirage de ville, déjà en cours de submersion, où n'attend aucune statue de la Liberté.

       

    Une artiste singulière

     

    Et pourtant, le symbolisme qui structure sa peinture  donne des tableaux joyeux, qu'ils soient lueurs d'espoir, clair de lune ou mer furieuse. Le travail d'AMJ est d'une grande puissance. Au bout du pinceau, il exprime les valeurs  que l'on a en soi : amour de la liberté, de la justice, de l'humanité.

     

     

    Anne Marie Jaumaud

     

     

    Une artiste singulière

    Galerie 113 

    36 avenue Frédéric Mistral - Castelnaudary

    Jusqu'au 26 mai 2018

     

      

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Leon Diaz RondaLeon Diaz Ronda

    Se poser sur une chaise et la quitter, être là et ne plus être là, seule la chaise témoin de l’existence de l’’être qui s’y est posé une fois, un jour, la contempler de là où l’on fut. Des chaises, comme des incarnations de nous-mêmes.

    Sortir de l’ombre, s’incarner dans la lumière être là et disparaître. De l’illusion ou du réel, quelle est la part de notre réalité ? Sommes nous vraiment ici, avons-nous été là , et où sommes nous lorsque nous sommes absents ? Est-ce L’Œuvre qui me donne vie  ou l’inverse ?

    Eblouissant, magique, inouï, bouleversant, Léon Diaz Ronda est bien au-delà des mots, au delà de la réflexion. Il est  au cœur de notre essence, de notre existence, et magnifie jusqu’au vertige, pour nous la restituer, questionneuse encore mais sublimée,  notre insignifiante humanité. C’est beau à… vivre.

    Merci à vous, Leon.

     

     Leon Diaz RondaLeon Diaz Ronda

     

    Galerie AMJaumaud, rue Cabirol,  du jeudi au dimanche de 11 à 19h. Jusqu'au 20 mai 2018

    Photos : le taïwanais, détails de tableaux

      

     

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  Culturel ?

     

    Les costumes de carnaval ont réintégré leurs cartons pour faire place aux "métiers d'art, créateurs du futur" une petite semaine durant. Jusqu'au 8 avril, de 10 à 18 h, ce "savoir faire " artisanal franchit la frontière de l'art, autorisant toutes les transmutations du métier, à l'art. A la Poudrière  on découvre graveurs, tapissiers, céramistes, créateurs de bijoux ou de cartons (comme les célèbres Karlingueuses), dans des ouvrages tous plus beaux les uns que les autres dont peu, malheureusement évoquent réellement le futur.  C’est la 2ème Edition de l’évènement.

     

    Culturel ?Culturel ?

               Myriam Julien                                                                                             Manon Damien

    La sobre beauté du fer martelé par Boris Klein, artisan forgeron, nous émeut et la vague de Manon Damiens, sculpteur d’espace qu’on ne présente plus, nous annoncent les baignades de l’été qui vient. Quant aux papiers découpés de Pascal-Olivier Reynaud, ils sont aussi visibles, toujours jusqu’au 8 avril,

    A la galerie Jaumaud, où les livres d'art continuent d'enchanter et de surprendre les visiteurs qui religieusement enfilent les gants blancs mis à disposition pour feuilleter ces trésors.

     

    Culturel ?

     

    Il vous reste encore 2 jours pleins !!

      

    Au Waw, Suzanne Navarro qu'on connaît un peu en tant que Sculpteur alterne sculptures et peintures pop rock mais pas seulement qui, en do majeur souligne la magie de la présence féminine. Jusqu'au 30 avril au 12, Boulevard Gambetta.

    Culturel ?Culturel ?

     

     images:  atelier de la Licorne

     

     

     

                                                                                                  

                                                                                                              Sculpteurs Arssen 

     

    Max Jouy réédite les bleus envoûtants de sa "surprenante" Méditerranée tandis que Valentine Lastra esquisse l’intimité marine en vagues et écumes quasi abstraites, d’un bleu changeant comme l’océan. Jusqu'au 30 avril à la galerie BeauN'art , 3, place Salengro

      

    Evènements à gogo !Evènements à gogo !

                          Max Jouy                                                                             Valentine Lastra

     

    Galerie ou d'ailleurs vous pourrez découvrir lors du vernissage samedi 7 à 19H le joli projet de Fredéric Lheureux  appelé : "jeu m'instruit". En partenariat avec l'association "des mots, des livres et vous", il s'agit de transformer la ville la ville en parc d'attraction culturel, pour décourir et mieux connaître la Narbonne antique et  mythologique

    On peut voter pour le projet sur Jeu m'instruit . Voici la vidéo de présentation du projet.

     

    Celle qui réenchante Mozart et revisite la flute enchantée, qui magnifie Cuba  dans ses peintures, la talentueuse Françoise Golobic expose... à l'office du tourisme. Figurations et abstractions sont éblouissantes ! Et surprise, les bijoux de Zam Création sont aussi proposées aux regards.

     

    Evènements à gogo !Evènements à gogo !

    Françoise Golobic

     

    L'art du pli va se voir sur Cours, et Claude Tassus Bauléry inaugure dans sa délicieuse galerie boutique cette exposition le 12 avril et présente sa nouvelle collection jusqu'au 30 juin. Une jolie soirée en vue !

     

    Culturel ?

      

    Et pour ceux qui préfèrent la musique, Saint Bonaventure fera résonner le Requiem de Fauré le samedi 7 à 17H. Tarifs : 6 et 12 euros. Et ma vigne en musique , festival désormais classique et narbonnais, étendra ses ceps dans  la salle des Synodes et de la Cathédrale. Les tarifs vont de 10 à 30 euros pour les concerts payants. Du 7 au 15 avril.

    Et pour ceux qui préfèrent le théâtre, Bang Public se joue le 10 avril au théâtre bleu et c’est la version film ! 5 euros pour l’entrée; A ne pas manquer au lieu de vous morfondre chez vous, surtout qu’on ne sait jamais quoi faire le mardi soir.

     

     Culturel ?

     

     Art sur mur, exposition permanente avant travaux :

     

    Evènements à gogo !

     Androna del pelegrins ou plus banalement Impasse Jussieu

     

     Bon week end culturel !

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique