• Que lire, ou que relire qui ne soit ni de l'économie, de la politique, de la philosophie, de la sociologie ? Et pourquoi pas un peu tout cela  ? Une pincée d'Art et d' 'histoire, 2 cuillerées à soupe de polar et de politique, un zeste d'ethnologie et de  découverte .

    En 6 livre, loin loin de l' "immédiateté" si chère à tout le monde, voici la rentrée littéraire de Pulcherrima.

     

     

     

         

    La rentrée littéraire

       

     Découvrir Narbonne

    Sans conteste, la vedette des étés passés, présents, à venir. Les touristes l'avaient pratiquement tous sous le bras, malgré son grand format.

    Martin Guillemot nous propose , à nous éternels touristes de notre ville de la redécouvrir avec des informations essentielles, des photos,  et des promenades historiques à faire et à refaire, pour sillonner historiquement sa ville.

    A avoir dans sa bibliothèque, impérativement.   

    10€, ICI

     

    Une sélection littéraire

     

    Une sélection littéraire

     

       

     

    Ballade à Narbonne - Frédéric Lheureux

    Narbona la Romaine, capitale gauloise

    Mars fût ton protecteur et Neptune ton âme

    il perça sous ton sein la révolte albigeoise

    qui consomma tout de ses flammes

    Revoilà aujourd'hui, rayonnant de lumière cette ville belle et singulière

    C'est en rimes historiées, en historimes que Frédéric Lheureux chante Narbonne et son patrimoine en un travail original et singulier.

    18€, ICI et dans les librairies

     

    La rentrée littéraire

       

     Narbonne - Laurent Bonneau 

    Faut il reparler de cette œuvre d'art ? Mais oui, car elle fait partie de celles que l'on garde et que l'on montre aux amis et visiteurs.  Laurent Bonneau a signé un album où Narbonne est croqué de quartier en quartier, et de hauteur en hauteur. Admirablement préfacé par Olivier Delobel, c'est un beau livre à s'offrir et à offrir aux visiteurs qui viennent l'été chez vous et qui connaissent peu Narbonne. Pour admirer tranquillement la ville dans son fauteuil. 2 grands artistes pour un ouvrage, avouez que pour 20 euros ce serait dommage que vous vous en privassiez !!!

    20€, dans les librairies de la ville 

           
    La rentrée littéraire    

     Le code du silence- Catherine Bécam

    Le polar qui a secoué le Narbonnais, au point que certains n'ont pas osé le lire. Et, oui, on en parle encore car il fait grande impression sur ses lecteurs.

    "Un journaliste, un rien désabusé par sa récente éviction du groupe de presse qu'il sert depuis plus de 30 ans, Une riche héritière, fille d'un des plus gros négociants en vin du coin, lancée en politique, disparaît, Un commissaire désigné pour mener l'enquête en terre narbonnaise, Pour une histoire à tiroir où le silence est de rigueur, et où le poids du secret pèse comme une chape de plomb sur les femmes et les hommes d'ici.

    Un polar qui nous confronte aux atavismes qui traversent inexorablement les générations et pointe les traces indélébiles qui fissurent les psychés des familles de la bonne société." 


    15€, ICI et dans les librairies de la ville

           

    Une sélection littéraire

     Image modifiée

       

     Empreinte Occitane Régionale- Christian Loumagne 

    Christian Loumagne, fils des hautes Corbières, nous révèle l'Occitanie dans toute son amplitude : minérale, économique, humaine, culturelle.

    Des chansons de nourrice aux recettes de cuisine, en passant par la psychologie du Languedocien (dont on en apprend de belles), Empreinte occitane régionale est un livre document qui se lit avec plaisir et étonnement.

    Ce document d'une grande précision, est une source de réflexion et d'inspiration pour ceux qui œuvrent et vivent sur ce territoire. Car pour mieux l'appréhender, il convient de se connaître en tant que Languedocien  pour mesurer les possibilités et enjeux futurs de l'Occitanie. Le "catharisme" ne suffira pas.

    Ecriture brillante et didactique, d'une belle érudition, Christian Loumagne a mis tout son cœur dans cet ouvrage qui fait en partie écho à son premier livre intitulé "Mon village Languedocien en Hautes Corbières".

    15€, ICI

           
    La rentrée littéraire    

    L'Assassin du Mémorial Act - Laurette Mas

    Pour finir, un policier d'ailleurs, qui se déroule sur les terres françaises du Nouveau Monde.

    L'inspecteur Lurel est un ancien de la brigade de Sarcelles. Le crime, il connaît. Mieux, il maîtrise. Muté en Guadeloupe sur sa demande, il arrive sur son île au moment où la construction du Mémorial pour l'esclavage bat son plein. Mais dans ce paradis tropical, d'étranges morts naturelles viennent freiner l'enthousiasme qui anime ce formidable projet. Qui s'amuse à passer des colliers d'esclaves au cou des cadavres avant qu'ils ne soient découverts ? Pourquoi ? Un brin mystique, Lurel se fie à son intuition. Lui suffira-t-elle ? Car cette fois, il faudra prouver qu'il y a eu crime et bien malin sera celui qui pourra le découvrir...

    Un roman palpitant qui se lit en dégustant un grand verre de punch coco, mais surtout sans alcool, pour ne pas se faire avoir par l'assassin !

    18€, ICI

     

         

      

         

     

     Bonne lecture !

      

    source image :  Peyrepertuse

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • la galerie

     

    La galerie AMJaumaud se transforme en véritable musée, 2 mois durant, regroupant les œuvres d’une trentaine d’artistes, certains déjà exposés ces 5 dernières années, d’autres qui exposeront bientôt.

    La mise en scène est parfaite, et on se plonge avec délices dans un mélange chatoyant et joyeux d’œuvres tirées de pulpe de coton, ou de bronze, de bois ou d’encre, œuvres rêvées par des hommes et des femmes qui puisent à la même source créatrice et nous en reversent l’onde pure de façon différenciée, unique évidemment, nous rappelant que chacun est un univers à part entière.

    Entre les sculptures de Jean Christophe Alix ou d’Anne de Crécy, les arabesques de papier de Langlois, les collages de Vassilkov ou les gravures de Judith Rotchild, on navigue ainsi sur la magie du trait le plus précis au plus flou, dans les mystères du baroque et de l’abstrait, les interrogations du figuratif, et toujours, toujours dans ce mystère qu’est le talent, le don artistique.

    Et si l’évènement d’Anne Marie Jaumaud a démarré un 1er mai, c’est bien pour souligner le fait que l’artiste est un travailleur à part entière.

    Même si ce travail, création pure, que l’économie se dépêchera de marchandiser, est d’essence quasi divine.

    5 ans de travail, 5 années de don aux visiteurs. Et une magistrale rétrospective, à goûter grâce aux nomenclatures préparées par la galeriste, qui vous racontera la naissance spirituelle et technique des beaux arts exposés. C’est une exhibition d’œuvres à voir, à revoir, au long de ces deux mois, pour tous ceux qui ont raté les expositions précédentes, mais aussi, pour les plus chanceux, à acquérir,

    C’est somptueux ! Et à mon avis, exceptionnel. Vraiment !

    Rue Cabirol, du jeudi au dimanche, de 11H à 19h

     

    la galerie

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Intemporelle surprise

     A la Poudrière, Gautier D. se taille un beau succès Avec plus de 500 entrée en 9 jours. Ses intemporelles sont une vraie surprise et un coup de cœur pour les visiteurs.

    Si la jeunesse du style est en cours d’affirmation,  (c'est sa première exposition) mais prometteur, le contenu révèle une belle richesse intérieure. Encre de chine, peinture à la spatule ou au bâton, décrivent sculpturalement la prééminence de l’homme, et picturalement, la dérisoire vanité des activités de l’homme, dans corid’homme par exemple, mais aussi sa place si colorée dans la géométrie du monde physique et spirituel.

    Des œuvres exposées qui offrent une réflexion métaphysique : C’est beau, prometteur et touchant.  Jusqu'au jeudi 23 mars. Vite vite !

    Facebook GAUTIER D.

     

    Intemporelles surprises

      Intemporelles à la Poudrière

     

    Métaphysique encore au Waw, où Serge Griggio, accompagné de quelques amis, Leon Diaz Ronda, Jo Ballard ou encore Mazzino, expose « Morsure »

    J’aime être entouré de mes amis, dit-il je montre toujours un ou deux de leur tableaux quand j’expose. Il pourrait ajouter : je suis aussi à la recherche de la pierre philosophale, car c’est à une œuvre vraiment mystérieuse que s’attache le beau Serge.

    Morsure de l’acide nitrique sur le zinc, zinc mordu, martelé, de chimie en alchimie, serge griggio se collète avec la matière pour en faire émerger paysages étranges et fugitives figures, l’amenant ainsi quasiment à la sublimation*. C’est forcément abstraitement abouti et c’est du Griggio. Il n’y a rien de plus à dire : place aux yeux et à l’imaginaire.

     

    Intemporelles surprises

    Morsure , au WAW, boulevard Gambetta jusqu'au 14 avril

     Intemporelles surprises

     *Sublimer : faire passer la matière de l’état solide à l’état gazeux

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique