•  

     Et comment vont nos arbres préférés ?

     

    Ils sont nombreux en ville : il y a les marronniers de la sous préfecture et des rues de Lamourguier X Dugommier, le cerisier de la rue P.L Courrier, une vraie splendeur au printemps. Les jeunes sophoras du cours Mirabeau et leurs arbustes fleuris.

    Des arbres "remarquables" que comptait Pulcherrima,  le Magnolia du moulin du gua et les cèdres des jardins St Paul et Révolution ont disparu. Le saule pleureur de  la passerelle entre deux villes aussi. Et les 27 platanes des Barques. Et les buis du jardin des Archevêques, parce qu'on a pas trouvé de vaccin pour les sauver. Mais bon il en reste plein d'autres. On les voit tous les jours, on les adore et on leur adresse un petit salut secret en passant. C'est ça l'amour.

    La photo est ancienne (2017) mais il était encore là hier. Sous l'œil de St Just et St Pasteur, face à a boutique de la cathédrale, Cupressus est toujours en odeur de sainteté. Sa fine cime se purifie de jour en jour ! Et ce n'est pas le frivole bambou qui rogne son image : bien au contraire, il n'en est que plus auguste.   

     

    Et comment vont nos arbres préférés ?

     

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    Peignés, recoiffés, ratissés, les palmiers entre deux villes rutilent littéralement. Leur  troncs resplendit d'un ocre savoureux, c'est étonnant ! Qu'ils sont beaux. On apprécie ce geste d'amour des jardiniers. 

     

    Et comment vont nos arbres préférés ? Et comment vont nos arbres préférés ?

     

    Rue de la Monnaie, un précieux palmier caché qui crie coucou je suis là !, à chaque passage. Une lumière dans ces rues privées de vert.

     

    Et comment vont nos arbres préférés ?

     

    Le discret magnolia de la médiathèque s'épanouit avec bonheur, apportant non seulement une touche exotique à ce verre et bois culturel mais aussi une belle sérénité à ce coin de la bibliothèque. Une belle idée, la meilleure de la construction.

     

    Et comment vont nos arbres préférés ?

      

    En déambulant dans le quartier de Bourg où les maisons se serrent amoureusement les unes contre les autres, on débouche sur l'Oasis créée par le Mélia de la place Nadi. Non mais quel charme !

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    Le Yucca, pauvre petit mexicain décharné et transplanté du cloître aux berges de la Robine a tout l'air de dépérir. C'est qu'il n'est plus aussi abrité maintenant , sans compter qu'on a du lui couper quelques branches pour faciliter le transport.  On espère que ce n'est qu'une petite grippe passagère et qu'il s'étoffera. Va t'il fleurir cette année ? Tiens bon mon yucca  !!! 

    Et comment vont nos arbres préférés ? Et comment vont nos arbres préférés ?

    Le métasequoia poursuit son petit bonhomme de chemin. Malgré une taille un peu barbare côté droit, il a toujours fière allure. On y voit déjà des bourgeons . This so great Gastby !

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    Et voici 2 de nos oliviers baladeurs, cette fois ci au pied du monument aux morts. A croire qu’ils se déplacent la nuit. Ou alors ils se multiplient. Tantôt décoration mobile, tantôt illusoire protection contre les voitures islamiques terroristes. Arbres de la paix, ils semblent être partis en croisade dans toute la ville.  

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    Olivier toujours, mais possédant une résidence fixe, celui ci confère un charme d'antan à cette demi place en ignorant courtoisement les tas de ferraille qui déparent la rue. Plus vieux, donc plus sage.

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    L'arbre des pagodes et le tilleul qui, par-dessus mais aussi par-dessous la Robine se font face, poursuivent leur dialogue enchanté. Ils ont d'ailleurs la ferme intention de vous parler d'eux un de ces jours. De longévité, de beauté et d'amitié aussi.

     

    Et comment vont nos arbres préférés ? Et comment vont nos arbres préférés ?

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    Quant aux platanes, ah les platanes, il semble bien qu’en définitive, ils résistent vaillamment au chancre coloré même si l'hiver ils ont l'air bien osseux. Le platane, arbre des villes du sud ?

    Et comment vont nos arbres préférés ?

    Après les mini palmiers, les grenadiers, voici les torsades résineuses et les lauriers sauce (miam) pour animer la rue Jean Jaurès. On admire la constance des jardiniers qui malgré l'assassinat régulier de ces plantes par les vandales, continuent à tenter de végétaliser cette rue sans arbre. (ça fait un peu logo pharmaceutique non ?)

    Et comment vont nos arbres préférés ?

     

    A part ça, ça va….Et s’il y a des arbres remarquables dans Pulcherrima, dites le, criez le, mais aussi, adoptez* en (en secret) et  aimez les. On se sent riches d'avoir de si beaux amis.  

     

     

    * adopter, pas épouser.

    Google Bookmarks

    3 commentaires
  •  

    Centenaire à Duilhac

     

    Traverser les siècles fut une formalité. Faire le lien entre le ciel et la terre, une évidence ! Planté au bon endroit, par droit divin pourrait on dire, car après tout, j'ai incarné nombre de dieux dans l'esprit des hommes, je suis un univers à moi tout seul. Autour de moi mes congénères sont bien jeunes ! J'ai vu bien des changements dans mon petit village, allez, des métiers ont disparu, des piscines sont apparues, des maisons ont été abandonnées et de nouvelles construites. La population s'est succédée à elle même, au fil des siècles mais  on dirait qu'aujourd'hui les hommes sont moins visibles sous les futaies, ne se rassemblent plus pour me fêter, ne viennent plus ramasser des glands pour les cochons. Il y a bien longtemps que je n'ai vu de cochons d'ailleurs.

     

     Centenaire à DuilhacCentenaire à Duilhac

      

    Certes, le temps m'a quelque peu malmené : quelques cicatrices, quelques boursoufflures ici et là, car j'attire régulièrement la jupitérienne foudre, mais doué  d'une énergie infinie, je jouis parfaitement du vent, de la richesse du sol où je suis planté - regardez donc de près cette terre ! - faisant la conversation aux plantes, aux oiseaux et aux hommes, même s'ils ne m'écoutent plus et ne me parlent plus. Quel âge ai-je ? Qui le sait ? 10, 15 ou  20 générations d'hommes ? 3 ou 5 siècles ?  le souvenir s'en perd... dans ce joli village de Duilhac. 

     

     Centenaire à DuilhacCentenaire à Duilhac

    Robur je suis,  de la Grèce à l'Aquitaine en passant par la Scandinavie. Incarnant toujours les mêmes forces physiques et spirituelles : longévité, incorruptibilité*, sagesse, puissance. J'ouvre les portes de la connaissance et du savoir. Ami de Jupiter, Axe du monde,  je suis l'abondance, la générosité, la justice, l'hospitalité. 

     

    Centenaire à Duilhac

    Mais à Duilhac, nul ne semble s'en soucier, nul ne vient écouter le chant du bruissement de mes feuilles dans le vent, ou en tresser des couronnes, nul ne me vénère. Les hommes d'aujourd'hui ont  d'autres dieux. Et il n'y a plus de guerriers...

    Au pied de Peyrepertuse, pourtant, je continue  d'enchanter amoureux des fées et des dryades cachées dans ma ramure, câlineurs de mon tronc à qui je fournis mon énergie, promeneurs attentifs, car dans mon impériale majesté, dans ma divinité, ma sagesse, de siècle en siècle, je demeure. A Duilhac sous Peyrepertuse...

     

    Centenaire à Duilhac

     

     * Le bois du chêne a la propriété d'être incorruptible. 

    Où c'est,  Duilhac ? Peyrepertuse

      

    Centenaire à Duilhac

     

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  Petit Japonais deviendra grand

     

    Le cycas, originaire du Japon, n'est pas si fréquent sous nos cieux mais se plait beaucoup dans nos jardins. Très décoratif quoique très piquant , il fait le bonheur des amateurs de palmiers. 

    C'est au printemps que le cycas construit les étages nouveaux qui le feront grandir. C'est le flush du végétal; par nouvelles touffes, nouveaux bouquets feuillus au cœur des feuilles précédentes, là où l'on n'imaginerait pas qu'ils puissent s'installer. Pas de crise de logement donc, et un étalement en revoluta.

     

    Petit Japonais deviendra grand

     De toutes petites tiges, surgies d'un lit de mousse font leur apparition, puis s'allongent en délicates volutes, tendres, appétissantes.

     

    Petit Japonais deviendra grand

     

     

    Petit Japonais deviendra grand

     

     

    Petit Japonais deviendra grand

     

     

    Petit Japonais deviendra grand

     Tout cela va très vite. En une semaine, on observe un nouveau bouquet de feuilles palmées, qui s'élancent d'abord tout droit vers le ciel, puis s'inclinent progressivement pour regarder autour d'elles.

    Petit Japonais deviendra grand

     

     

    Petit Japonais deviendra grand

    Délicatement ourlées, bouclées, douces et duveteuses, elles affirment leur caractère au fil des jours pour devenir rigides et piquantes en pointe. C'est qu'elles ont une vie unitaire et solidaire à remplir pour créer, fleurs et noix compris, en continu, et quelquefois, jusqu'à 200 ans, le Cycas. 

     

     Petit Japonais deviendra grandPetit Japonais deviendra grand

     

    Petit Japonais deviendra grand

     

    Une géométrie fascinante, révélée par des passionnés de cycas.

     

      

    Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique