•  

     

    Sur les bords de la Méditerranée, on sait, au matin, savourer un petit déjeuner millénaire, preuve de sa très grande valeur : une tranche de bon pain tartiné d'huile d'olive vierge. Simple, savoureux, bourré de bienfaits. Le meilleur petit déjeuner qui soit !

    Voici la tartine, seigle, pain complet ou Couské, ce délicieux pain aux fruits confits créé par Maury, boulangerie Narbonnaise. Et voici l’huile d’olive. Au Basilic. cette herbe qui, comme la sarriette rajoute des ans à la vie, réconcilie les amoureux et envoûte les hommes.. Une huile créée par Cyril Codina. Là, tout près, du côté de Lagrasse. Il suffit de verser l’élixir sur le pain et de l’étaler un peu. Si vous en avez sur les doigts, léchez les soigneusement  pour n'en perdre goutte, puis jetez vous sur la tartine. 

    On se retrouve dans le poivré du basilic qui parfume une huile dorée, douce, ronde. Un produit au goût inimitable de luxe, comparable à l'effet que font en bouche les perles des oursins très fraichement pêchés, ou un champagne excellent. Sur la langue, la fragrance s'étale, enrobe le palais. C'est le moment de mordre dans une tranche de pommes, ou mieux encore, de banane et là, c'est la perfection  Les saveurs font prudemment connaissance d'abord, puis se bousculent joyeusement pour mieux se fondre en apothéose de « médecine a couler», projetant l’esprit  dans un univers où un soleil brumeux, murissant les olives, faisant fleurir le basilic,  nous prépare ce moment de communion avec nos sens.

    Un moment intense de bonheur gourmand ! Garanti !  

    Bon week end à tous !

     

     

     

    Huile d'olive au Basilic de Cyril Codina, créateur de vinaigre, créateur d'huile, créateur de musée. Grand Créateur.

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • La fête de l'arbre

     Telle une résurgence des coutumes païennes, les fêtes de l'arbre se sont mutipliées dans le pays. Lagrasse, village classé parmi les plus beaux de France, a la sienne depuis 3 ans.

    Beaucoup de monde ce Dimanche  3 décembre dans ce lieu très visité : le public d'abord, puis les exposants, puisqu'en définitive il s'agit de proposer les produits liés à l'arbre. Des livres d'abord, comme le surprenant ouvrage qui fait "parler" les arbres. Ecrit par Bruno Weiler et Anne-Laure Rigouzzo-Weiller, il nous les présente sous leur aspect astral. Au cœur de soi, au cœur des arbres est un ouvrage poétique qui nous révèle la justesse du chêne, la générosité du figuier et l'ardeur du Génévrier,  évoquant ainsi la similitude entre hommes et arbres. ( à moins que ce ne soit l'inverse).

    Puis les conférences où l'on découvre toutes ces choses liées au végétal, que, comme le nom des étoiles ou des oiseaux, on devrait tous connaître par cœur.

    Et puis, bien sur les produits de la terre : arbres, graines, arbustes sous leur aspect brut mais aussi transformés.  On est d'ailleurs face à la boutique Cyril Codina dont l'éclatant talent transforme en diamant les fruits de la vigne, de l'olivie, du figuier, dans ses créations de vinaigres, huiles et vin. Les Jardins de Talos, Nature et verger, acteurs de la bioversité nous font découvrir leur travail et leur amour de la terre. Et beaucoup d'autres, enfants de l'arbre, humain tentant de s'élever au plus haut.

    C'est un bel évènement, dans un bel endroit.   Un hurluberlu derrière une grille, des arbres colorés qui illuminent les pierres, des ruelles moussues.

    Et pendant que se déroule la fête, le chat est dans les artichauts. 

    La fête de l'arbre   

    La fête de l'arbre

    La fête de l'arbre

     La fête de l'arbre

    La fête de l'arbreLa fête de l'arbre

     La fête de l'arbre

    La fête de l'arbre

    La fête de l'arbre

     La fête de l'arbre

      

    photo 1 : création enfantine - Lagrasse 2018

    photo 10 : le platane de St Guilhem le Désert

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Les roses de Jacques Bascou

     

    2018 réussit beaucoup aux roses. Il y a des années comme ça, où certaines plantes, sans avoir fait régime, sont plus belles que l’an précedent et resplendissent d’une lumière inaccoutumée.

    Et puisque celles du jardin des Archevêques ont disparu pour être remplacées par des plus neuves, des plus vigoureuses, on admire celles de la Robine, nombreuses, capiteuses, divinement parfaites, on s’enfouit dans leur blancheur et on va y fourrer le nez, parce que ça sent diablement bon.

    Il est heureux qu’un socialiste ait réussi les roses… blanches.

     

    Les roses de Jacques Bascou

    Les roses de Jacques Bascou

    Les roses de Jacques Bascou

    Les roses de Jacques Bascou

    Les roses de Jacques Bascou

    Les roses de Jacques Bascou

     

     

    Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique