•  

     

    My béton is (not) rich

    C'est gros, c'est haut, ça occupe de l'espace avec des tonnes de béton et d'acier. C'est la multimodale qui s'installe dans le paysage. Le seul intérêt thétorique de l'arenum c'est qu'on y jouera casse noisettes et le lac des Cygnes car il y aura assez de place pour qu'une toute une troupe de ballet s'y déploie. Ce ne sera pas très confortable, bois sur banc de ciment mais on pourra y amener ses coussins. Peut être. La programmation est déjà affichée dans la ville et sur le site dédié, ( Narbonne Arena) comme un grigri qui permettrait de braver un éventuel choc administratif... 500 personnes ont déjà,au mois de mars, réservé pour le premier spectacle prévu le 21décembre 2019 avec Stars 80 & friends. Déjà international !

    Au delà des  promesses sportives et culturelles, l'arena s'ajoute désormais au chaos urbain à l'orient de la ville. Une avenue étriquée bordée de blocs de béton, tous d'un sytle différent.

    D'abord le palais des expos qui  s'effrite malgré les folles dépenses engagées par le hibou. Tout à coté le Narbo Via, en fin de construction regarde pousser les arbres géants promis par le projet et l'aspirateur se pare de blanc pendant que le théâtre vire au gris. En face le stade du parc des sports ressemble à un stade qui devra être rénové. Et bientôt un hôtel à la place de la maison de l'amitié.

    Au dessus, où au delà, mais  toujours, à un moment où à un autre, surgit la Cathédrale.

     Sacrés changements ! Sacrés chantiers ! ça fait rayonner... le béton !!

     

    My béton is (not) rich

    My béton is (not) rich

    My béton is (not) rich

    My béton is (not) rich

    My béton is (not) rich

    My béton is (not) rich

    le stade et la cathédrale

    My béton is (not) rich

    le parc des expositions

    My béton is (not) rich

    Le Narbo Via, futur musée lapidaire

    My béton is (not) rich

     L'aspirateur et le théâtre

    j'aime cette ville, elle a du punch !

     

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  •  

     

    La ville arrosée

     

    Billet inspiré par Patrick P. Photos  Patrick P.

    Que d'eau que d'eau ! On confondrait presque l'eau de la Robine et celle de la berge si on n'y voyait pas clair.  Les épisodes pluvieux se sont succédés avec frénésie cette année pendant qu'on criait au chikungunya et au moustique tigre, loups des temps modernes. 

    Par où passer ? Les trottoirs sont étroits sur les quais Alsace et de Lorraine et si l'on s'y promène son chien, le mieux c'est la berge. Les caoutchoucs sont indispensables.  Chiens contents, maîtres mécontents. Les pluies interminables de cette année ont fait de Narbonne une ville très arrosée et ça s'est vu. Beaucoup en ont profité pour patauger joyeusement dans les énormes flaques de la berge, y mirer le ciel, y tomber à la renverse.

    La ville arroséeLa ville arrosée

    Faute de mobilisation souvent, les urbains se retrouvent face à des problèmes ponctuels, mais récurrents et apparemment sans solution. Que peut faire le citoyen ? S'associer en groupement avec d'autres citoyens, acheter du gravier enrobé et boucher les trous ? S'il fut une époque où on se prenait en charge, aujourd'hui c'est plutôt illégal ! Mais qui viendrait enlever ce gravier posé par vos soins ? La mairie ? C'est donc l'occasion de la faire venir. 

    Beaucoup plus simple, on appelle les services de la voirie au 04 68  90 30  77 ou tout simplement "Allo Narbonne" au 0 800 15 13 11 . Le technicien contacté me dit que cette année il n'y a pas eu d'appel de riverains alsaciens lorrains mécontents. Que 3 personnes sont affectées aux problèmes de voirie de Narbonne à Fontfroide. Qu'au centre technique municipal situé quai d'Alsace, on sera ravi de recevoir les demandes et doléances adéquates.

    Voyez, vous êtes déjà attendus !  

    La ville arroséeLa ville arrosée

     

    On peut aussi prendre son stylo à 2 mains et écrire au maire pour lui en parler. Nul doute qu'il réagira favorablement.

     

    La ville détrempée

     

    Et voilà, le tour est joué ! Et en dernier ressort, il vous restera toujours l'arme fatale que personne ne pourra vous contester :

     

    La ville détrempée

     Ce sera pour l'automne...

     Merci à Patrick P. pour ce sujet.

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    3 commentaires
  • Ces dames... si pleines de force !

      

     Qu'elles soient belles ou moches, sages ou sévères, folles ou joyeuses, gracieuses ou défaites, en colère ou sereines, attentives, ambitieuses, généreuses ou protectrices, sur leurs épaules, elles portent silencieusement le poids d'un monde qui tournoie sans fin sur lui même, manifestant ainsi sa joie d'exister, mais aussi la douleur qu'il s'inflige,  la pérennité de la maison humanité, la beauté des jours.

    Toutes les journées sont féminines. 

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

     

     

    Ces dames... si belles, si fortes !Ces dames... si belles, si fortes !

     

    Ces dames... si belles, si fortes !Ces dames... si belles, si fortes !

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

      

    Ces dames... si belles, si fortes !

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

      

    Ces dames... si belles, si fortes !Ces dames... si belles, si fortes !

     

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

      

    Ces dames... si belles, si fortes ! 

     

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

      

     

     Ces dames... si belles, si fortes !

     

     Quelquefois bien sûr, on voit des hommes, qui, on le sait sont des femmes pas comme les autres. Ce sont les Atlantes. Souffrant sous la charge, -voyez leur tête- ou prenant un petit air crâne, ils font aussi les jours du monde.

     

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

     

    La Naïade  : St Jean St Pierre

    Caryatides joyeuses coquines : Clinique des Genêts, Quai Vallière

    2 Caryatides et leur Atlante : Bd Frédéric Mistral

    Les 3 Nourrices : Rue des 3 Nourrices

    Dames diverses, visages & mascarons  : rue Droite - Quai Victor Hugo - RP Pyrénées ...

    Le quatuor d'Atlantes : Hôtel la Dorade, Rue Jean Jaurès

     

    Ces dames... si belles, si fortes !

     

    Google Bookmarks Blogmarks

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique