• La culture vue par nos élus

    L’exposition reçut la visite du Numéro Un en personne. Derrière les toiles puissantes du Peintre, qui représentaient le Numéro Un en première ligne, le Numéro Un devant un marteau pilon, le Numéro Un visitant un élevage d’asticots moderne, le Numéro Un sauvant un peuple voisin du retour en arrière qui le menaçait, il ne remarqua pas tout d’abord la minable gravure du Barbouilleur, dont on ne sait pas si elle représente un doigt, un membre viril ou un chromosome saisi de folie subite.

    La gravure déplut au Numéro Un. Notre peuple n’éprouve pas le besoin de ce genre de choses, dit-il, parce que notre peuple a besoin de tout autre chose.

     

    Le soir on créa une commission extraordinaire pour combattre le Barbouilleur et ses semblables. […]Le Peintre donna lecture d’une résolution : considérant que les oeuvres du Barbouilleur n’ont aucune valeur, les détruire pour éviter des conséquences fâcheuses et cesser d’admettre son existence. […] (mais) Le Peintre sauva quelques gravures du Barbouilleur de la destruction et les emporta dans son atelier. Il décida de copier celles qui étaient à peu près acceptables. Mais tout ce qu’il entreprenait (un doigt, un membre, un nez, un arrière train féminin, un vilbrequin, des intestins, etc.) finissait toujours par donner soit un portrait du Numéro Un, soit un portrait d’Adjoint, soit une vache laitière de haut rendement, tirée d’un éditorial…

     

    Alexandre Zinoviev. Les Hauteurs Béantes – l’Exposition

     

    Rien n’a changé.  Nos Numéros Un et nos Peintres, que l’on ne voit jamais nulle part, ni au musée, ni aux expos, ni aux concerts, savent que nous avons “besoin de tout autre chose”. Ils créent donc des commissions extraordinaires et,  pendant que nos Barbouilleurs locaux, talentueux mais frappés d'inexistence tirent le diable par la queue, ceux qui connaissent nos besoins en  débattent en public,  avec ardeur, passion et détermination*, ce qui nous permet d'espérer des lendemains contemporains qui chanteront à tue tête et culturellement !! Ecoutons les attentivement :

      

      Bon week end(culturel) à tous !

    * Propos artistiques distillés en séance publique. Conseil municipal du 15 mars 2018. Occitania orientale.

    Images : Chevaliers Cathares de  Jacques Tissinier - corde de Claude Viallat à la salle des Consuls. 2017- Louis Jammes à l'Aspirateur 2016

     

     

    La culture vue par nos élus

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Article proposé par Antony Duff. Photos : Antony Duff.

     

    Totems, Tours d'orgueil  

     Narbonne, Ville de deux Totems.

    Totems de pouvoir et de richesses. Totems d'oppression et de corruption.

    Sous un ciel chargé d’inquiétudes, le Totem de la mondialisation, de la  technologie et du progrès, distille des nuages incessants d'incertitudes, de peurs, de doutes.

    Tandis que le Totem d'Antiquité et de mémoire d'une  certaine Foi , sombre et devient fantomatique. ....

     

    Tours d'orgueil

    Tours d'orgueil

    Totems, Tours d'orgueil 

     

    Tous les premiers samedis du mois, Manifestation silencieuse place de l'hôtel de ville avec  Rubresus, Familles Papillons, Colere, Codem et vous.

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    CM 29 mars  DES SOUS DES SOUS

     

     

    Le conseil municipal de ce jeudi 29 mars 2018 apr J.C s'est ouvert par une minute de silence en hommage aux morts par islamisme. Didier Mouly a ensuite suggéré qu'un lieu de la ville soit baptisé du nom d'Arnaud Beltrame.

    Il a été marqué par beaucoup d' absences et par l'entrée en séance d'Hélène Sandragné, somptueuse dans une robe et un manteau  griffés "Elégance parfaite". A côté, tous les autres élus avaient l'air fagotés. On vote pour elle si elle se présente un jour  !

    Consacré au budget primitif de 2018, ce conseil a été, en gros, identique au débat d'orientation budgétaire du 15 mars  : mêmes chiffres, mêmes arguments pour et contre, même brouhaha. Seule différence, l'absence des contre-ténors de j'M Narbonne, N. Ste Cluque et J. Bascou, qui a permis au groupe de se lâcher totalement.

    Le budget a comme d'habitude donné lieu au pas de 4 que l'on connaît bien maintenant : présentation par E. Belloti, contre-attaque de M. Ortiz, réplique de B. Malquier et conclusion de D. Mouly. Et vote contre de l'oppo. La routine !

     

     

    Résumé du budget pour 2018 en millions d’euros : la dette baisse, passant de 60,4 à 51,9 en 4 ans, les dépenses augmentent mécaniquement,(66,15 )  les recettes augmentent (71,73 millions pr 2018,les investissements aussi,(26 millions environ) les excédents sont reportés et des provisions sont faites au cas où. Et des économies sont réalisées… Tout va bien !

    Une litanie de chiffres a été déroulée, pendant laquelle nous avons choisi de sombrer par le fond,  mais pour résumer voici un graphique clair et parlant puisque vous n’avez que faire des chiffres.

     

    S4: des sous, des hommes, des rénégats

     

    Renégats en folie  : A une remarque de Bertrand Malquier, Isabelle Herpe ,je crois régais vigoureusement : Bertrand, tu ne vas pas nous traiter de socialiste à chaque fois qu’Ortiz pose une question ?

    Brouhaha instantané : ça n'a rien à voir avec le budget-  oui moi je fais partie de j’m Narbonne mais je ne suis socialiste, - moi non plus moin non plus, - moi je n’ai jamais été encarté…accompagné de signes énergiques de dénégation des mains et de la tête.

    Je ne savais que socialiste était un mot qui vous faisait cet effet ironise le maire, pendant que le photographe de presse immortalise les vigoureux derniers Mohicans !

    Seule Mme Sandragné précisera qu’elle est socialiste et fière de l’être. Elle assure ! Même si en fin de séance, elle vote apparemment pour au lieu de contre une délibération, récoltant en retour le regard fixe et féroce du sieur Ortiz !

    Il faudra créer un jour une “rue des socialistes”, pour le souvenir…

     

    S4: des sous, des hommes, des rénégats

     

    Toujours émaillé de moments surprenants, voire délirants,  le conseil municipal s'est terminé par un pot en l'honneur de Xavier Belart, qui fêtait ce soir ses plus de 30 ans. La suite au mois de juin, où l'on verra où en est la ville avec son budget. Peut être... On fatigue un peu à force !

     

    Sources images :

    la major : Monumentum 

    Monnaie Narbonne - Indiens : Google image

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique