• Ma ville...de février

     

    Nos élus nous racontent des choses 

    Dès Mars, une permanence par mois , rue des colonnes au siège de NN pour rencontrer l'élu de votre choix, et l'engueuler, le féliciter, lui faire part de vos attentes et donner votre opinion. Profitez en ! Il y a aussi les conseils citoyens qui permettent de savoir de près ce qui se passe et vérifier si vos suggestions sont prises en compte...

    Stationnement : Le maire promet d'observer la situation 3 mois durant. Un observatoire aurait été mis en place pour recueillir doléances et félicitations sur le nouveau plan de stationnement en vigueur depuis le 1er janvier, quitte à le modifier, ce que ne manquent pas de faire les usagers (médecins, policiers) et autres automobilistes. A ce jour, la mairie affirme n'avoir reçu aucune plainte particulière (hum hum, et hum...!) Pour la consultation en ligne, ce sera à partir de aujourd'hui sur le site de la ville. Bon, pour 2 euros de l'heure, le bienheureux piéton peut s'offrir un café à n'importe quelle terrasse

    On sait que le Romanum n’est plus Muréna mais Narbo Via hein ! Via comme voie, comme carrefour du sud, et rond et rond petit narbo martius. Les noms changent mais comme le disait une récente affiche du Grand Narbonne sans Narbonne : "vous habitez ici" !! ça bosse dur...

     

    Ma ville...un peu délirante

     

    ... Donc, la statue d'Hubert Mouly sera déplacée au carrefour des plages et regardera le palais des sports, pour laisser la place à un hôtel 4 étoiles, hôtel qui ne remplacera nullement la maison de l'"amitié !! Ah ce béton armé qui attaque tout...

     Le petit gros qui marchait, poursuivi par une bête agonisante mais qui mord encore. Voilà le PS désélu, le supporter et le promoteur le plus ardent du Front national qui accuse tout le monde de collusion fasciste et d'indignité, et pleurniche de ne plus être dans le jeu, fâchés de n'avoir pas rallié le député local EM.  Mais dégagez vous vous mêmes !

     

    Ma ville...un peu délirante

     source : parti socialiste

     

     Ma ville...délirante, mais bofMa ville...délirante, mais bof

     

     

     

     

     

     

     

    Puisque personne ne me demande mon avis, je le  donne, (la démocratie avec plaisir)  je trouve étrange que la ville  s'engage dans des projets laids, abîmant l'espace, inutiles et qu'elle devrait se méfier de trucs qui s'appelle "commission de régulation de l'énergie". On va donc recouvrir un parking arboré, qui sert aussi de marché de "plein vent"  avec des panneaux photovoltaïques dont on ne sait toujours pas que faire une fois usés. On avance....

    La boxe, ça eut payé, ça paye plus : Le maire a donc remis  une médaille à un champion de boxe du monde résident à Narbonne. On est ravi d'apprendre que le cum qui vous casse les pieds à l'entrée et à la sortie du monoprix pour voir le contenu de votre sac à main sait aussi cogner. 

    Bon, le 89 a (ré) ouvert. Néo 89, néo concept, néo néo.... néant ? Faut voir.

    Triste braderie : Des matelas en face de Sephora, des parfums à 2 euros devant Labau, la braderie avait vraiment une drôle d'allure. Ou plutôt pas d'allure du tout. En cette froide semaine de février on aurait voulu des lanternes chinoises, des babouches arabes, des bonbons et des objets d'art. Et du cassoulet en cornet. On a rien trouvé à acheter, mais on a eu droit à la soupe musicale habituelle. Non non non. Et non.

    Ma ville...un peu délirante

    Heureusement, le dressing géant fait le plein et émerveille. Une expo qui fait 1500 visiteurs en 9 jours ? Aux pénitents bleus et à la poudrière, les costumes de carnaval vénitien éblouissent et donnent envie de s'habiller en couleurs. Jusqu'au 25 mars. C'est aussi de la culture. Qui l'eût cru ?

     

    Ma ville...un peu délirante

    Sacrilège : Beethoven a disparu. Il est devenu souvenir. Bon c'était le plus vieux de la bande et ma foi, même si l'on ne veut pas vivre tous les aspects de son époque, ils s'imposent à vous.  Exit donc Ludwig, place au Waw. Je m'y attendais mais qu'est ce qu'il me manque !

     

     

    Ma ville...délirante, mais bof

     

    Et pour toi, lecteur du 21ème siècle, maintenant que tout yen a être gratuit, quelques pictogrammes (ça veut dire dessins) adaptés à ta capacité de réflexion et ton niveau d'éducation, pour expliquer à toi ce que toi pas faire dans une bibliothèque, médiathèque et même discothèque... Tu le vois, grâce à toi on progresse !. Le cul, le tutu , le rel  pour tous.

     Et pour finir, rien à voir, mais pour toimoinouvouzeu lecteur du 21ème arrondissement, siècle et thèque, une petite musiquette, pour être dans l'ambiancette pour tous et actuelle et ouverte sur le monde. C'est parti !  

      

      

     Bonne semaine à tous !! Carnaval est mort, et il y a des jeux en Corée !

     

    Ma ville...de février

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Ma ville... vue d'en haut

    Oui, parce qu'il faut quelquefois prendre de la hauteur. Pour répondre aux questions telles que : où suis je ? Où irais je ? il importe de savoir où nous sommes déjà. 

    De là haut, tout parait plus palpitant : c'est une aventure qui démarre, et on a comme l'impression de mieux maîtriser sa ville, sans compter que l'on fait des découvertes étranges. Un réservoir perdu en rase campagne, un étang insoupçonnable, une courbe prononcée de notre canal, des "échiquiers" sur les toits... 

    Et comme google Map met en ligne ses  vues  prises  2 ans plus tôt, on a le bonheur de voir le pré où sera construit la Zac des Berges de la Robine, totalement vierge, le Muréna n'existe pas sur son emplacement,  et la multimodale git encore dans les limbes. C'est rigolo !

    Envolons nous donc aujourd'hui, - il fait 14 degrés mais bien couverts, face à l'écran,  de solides pantoufles aux pieds, ça devrait aller -  et voyons donc, de ci de là, Narbonne... autrement, sise en ses 3 cantons qui s'étalent de jour en jour, telle une flaque d'eau qui s'élargirait de plus en plus. 

      

    Ma ville... vue d'en haut

    Le trésor de la ville  : le palais des Archevêques et la Cathédrale

    Ma ville... vue d'en haut

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une  rivière de platanes boulevard Gambetta

     

    Ma ville... vue d'en haut

    et  L'oasis du terrain de pétanque rue Fabre d'Eglantine

      

    Ma ville...vue  d'en haut 

    La médiathèque et son bassin disparu (une histoire de moustiques), le palais du travail, , l'échiquier de la maison des jeunes et son jardin des Vicomtes, l'école Sévigné et sa coupole .

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Entre la voie ferrée et les jardins des cheminots  coule la Robine jusqu'à l'Aude 

     Ma ville... vue d'en haut

     La distillerie coopérative disparue

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Le domaine de Creissel encore entier, dont le charme contraste avec la laideur des nouveaux lieux d'"activité"

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Le domaine st Georges et sa pépinière abandonnée, où nous avons déjà été faire un tour, ICI

    Ma ville... vue d'en haut

    Un truc mystérieux plein de mystère

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Le parc de la Campane où l'on ne va pas assez souvent et où l'on trouve des grisets (champignons très doux) des amandes et des figues. Sans compter ce que j'ignore. C'est immense !

     Ma ville... vue d'en haut

    Toujours à Campane, perdue en bord de route dans la solitude la plus totale, la tombe de Gentile Cohen, cantinière napoléonienne, déjà en enfer sous d'énormes pylônes électriques

     

    Ma ville... vue d'en hautMa ville... vue d'en haut

    vue du sol 

    Ma ville... vue d'en haut 

    Fontfroide dans son écrin de verdure

    Ma ville...vue  d'en haut

     Des lieux moins glamour comme Malvesi,  le fléau d'Isildur qui pèse sur Narbonne;

    Ma ville... vue d'en haut

     ou St Lambert, pôle multi filière, centre d'enfouissement des déchets de la région et d'ailleurs et comme le site ci dessus, source de richesses, quand même !

     

    Ma ville...vue  d'en haut

    Des logements très particuliers, nommés "dernières demeures" ici le cimetière de Cité près du clos de la Lombarde

     

    Ma ville...vue  d'en haut

    à gauche le théâtre, au milieu le petit aspirateur, à droite les ex serres municipale et un bout de la feue maison Gomez

     Ma ville... vue d'en haut

    Vue d'ensemble, avec le pré où se construit la future Zac des Berges de la Robine,(et où l'on découvres des tombes romaines) la maison de l'amitié, le parc des expos qui sera bientôt retapé

     Ma ville... vue d'en haut

    Les magnifiques chevaliers cathares,  pas facile à voir d'en haut. 

     Ma ville... vue d'en haut

    Des champs dont le message hieroglyphé est destiné au ciel

     Ma ville... vue d'en haut

    On passe Bages, Peyriac, pour s'attarder sur notre minuscule riviera locale, la Nautique, puis on fonce jusqu'à Ste Lucie,

    Ma ville... vue d'en haut

    pour, par la mer, continuer jusqu'à la magnifique Collioure. Pourquoi ne pas s'y arrêter ?  C'est l'endroit idéal pour déguster des tomates à l'ail et des anchois !

    Ma ville... vue d'en haut

    Une jolie balade pour la semaine qui commence.  

    source images :  Monumentum  

     

     

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Le maire a causé dans le poste

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Grande première ! Oyez ! Oyez ! 4 ans après son élection, les papys (Jean Claude Jules et Michel Santo) invitent le maire de la ville sur Radio Barques dont c'est- déjà ! - la troisième en saison !!! C'était le 13 janvier 2018. Quelle surprise ! On avait parié qu'il ne serait jamais invité. On s'est trompé, tant mieux. 

    Que nous a t-il donc dit ? Pas grand chose vu le format de l'émission et/ou  la grande amitié qui règne entre les deux hommes. Ce fut donc principalement des questions dont nous avions déjà les réponses qui furent posées.  Mais nous avons appris quelques nouvelles petites choses : 

    Le déménagement de la police municipale dans les locaux de l'Aspirateur.  Projet qui pousse le bon peuple à se demander si le lieu est vraiment judicieux et si ce local technique ne poussera pas les policiers à se confire dans trop de confort. La marche est bonne pour la santé mais il faudra trotter menu pour ramener un portefeuille perdu. Le maire rappelle que ce quartier  est vaste , sans compter la nouvelle zac qui connaîtra aussi son taux de délinquance, comme partout. 

    Le local rue Fabre deviendra un immeuble d'habitation. 

    Cela dit, depuis sa transformation en lieu culturel, l'aspirateur, fermé le dimanche en plus, a rarement fait plus de 6000 entrées (scolaires compris) par exposition, ce qui montre que les Narbonnais et la "culture" se rencontrent de loin en loin, de temps en temps. L'Aspirateur, qui est pourtant un local magnifique, n'a jamais trop aspiré le public. 

     

     Le maire a causé dans le poste

     

    et la Zac des berges de la Robine : les travaux ont démarré.  Des tombes romaines y ont été découvertes dans la plus grande discrétion et on n'en aurait rien su sans le blogueur célèbre. Que vont-elles devenir ? 

    Je n'ai pu me rendre à l'invitation des promoteurs de la zac, nous dit Monsieur le Maire, mais il s'agit d'une découverte très importante. C'est une découverte privée puisque le terrain appartient à Alenis. Vont ils s'approprier ce bien pour le mettre en valeur ? Il y a des intérêts économiques en jeu puisqu'un projet immobilier est en cours. Il y a 40 ans, le site du clos de la Lombarde où devait être construit le centre de sécurité sociale, devenait un centre de fouilles. Depuis ce temps l'état à permis à la ville de poursuivre ces fouilles. Aujourd'hui, sa gestion devient administrativement et financièrement difficile. Une collectivité va t-elle prendre cette nouvelle découverte en charge et à quel prix ? 

     

    Le maire a causé dans le poste

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     la future cité heureuse où gisent déjà des romains ! 

     

    La multimodale qui fait mal ? "Si on arrêtait ce projet, beaucoup y perdraient financièrement. Les maçons bien sûr et les cabinets d'études.  C'est un projet et une promesse de campagne qui hérisse l'opposition qui a pourtant l'occasion de dilapider l'argent public et au grand narbonne; et au département. Les arguments du maire sont connus : atout pour l'attractivité culturelle et économique de la ville, projet raisonnable, prix non inflationné. (Nouveau Narbonne annonçait en 2014 20,16  millions). 

    Cet investissement a été travaillé avant les élections et je ne veux pas revenir sur une promesse de campagne. Le permis a été déposé, on ne peut que dire nous irons jusqu'au bout, sauf si l'état, ou la justice (conformité mise en marché, appels d'offres, etc)  y mettent un terme. Notre plus grande salle (le théâtre) ne contient que 900 places. La multimodale n'est peut être pas indispensable, mais très utile. Y renoncer aujourd'hui serait méconnaître les besoins des Narbonnais. Quant au coût, pour le moment; le contrat de conception réalisation bloque le prix que nous avons  fixé en conseil municipal. 

    On verra ça quand on découvrira une autre série de tombes !

    M.Santo : ce qui me chiffonne c'est que ce genre de projet se réalise, se conçoit et se gère par des intercommunalités

    Voilà un argument que la Birocheau, qui s'éparpille dans l'anti moulysme, pourra reprendre, histoire de se focaliser sur son combat. 

    Réponse du maire : Oh, mais je ne renonce pas à faire appel à l'agglo pour qu'à nos côtés, elle participe à son fonctionnement !

    Bien. 

    Le maire a causé dans le poste

    un coût annoncé de la multimodale - journal nouveau narbonne

    Candidature pour les prochaines municipales :  En 2020, Didier Mouly aura 69 ans. Il se représente. Il l'a dit de vive voix.  Aurons-nous la chance de pouvoir voter pour une jeune femme dans cette région ? 

    Le sieur Santo, toujours tourmenté par le parvis du théâtre, souligne le fait qu'il faut s'en occuper. (Ça fait 10 ans qu'il est dans cet état ; ce sera donc à un maire dynamique de faire le travail) 

    Réponse : oui; c'est vrai on ne peut laisser le parvis dans cet état. (il avait été annoncé qu'il serait réparé il y a quelque temps) On découvre alors que  la rocade Est se termine bientôt (waouh !!) Que ce sera l'occasion de re-créer une circulation-déambulation en ruban  de l'entrée Est jusqu'à la place Voltaire (à  pied environ 6 kilomètres)  en passant par la salle des ventes, le rond point des colonnes, le muréna, le théâtre donc, les berges, etc...

     

    Le maire a causé dans le poste

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le parvis en 2015

    Voilà donc un maire bien actif, qui tient à réaliser ses projets. Ça nous change de notre ex monsieur oui oui mais j' fais rien !

     

    Prochain et éternel invité : la sainte opposition, Nicolas Ste Cluque. Il en a des choses à dire ce bonhomme là !

    Voilà, c'était un petit compte rendu pour les 49 259 Narbonnais qui n'écoutent pas radio Barques. On se demande pourquoi. Et qui d'ailleurs ne lisent pas non plus Narbona Pulcherrima !!!! On se demande pourquoi aussi...

    Bonne semaine à tous !

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique