• S3, où Marie No donne le Tempo

    Elle tente sa chance pour l’investiture macron. On ignore si elle a fait campagne, si elle a ses chances, si elle a même participé à la marche en marche du 2 mai. Mais elle se heurte à la pierre d’achoppement qu’est la charte de Nouveau Narbonne à laquelle elle a implicitement adhéré. Alors, que dit cette charte, est elle vraiment claire, explicite, compréhensible, etc. ?

     Je m’engage dans le cas ou je serais élue et pour la durée du mandat :

    1. A ne faire état dans mes actions en faveur de la gestion municipale, ni de mes conceptions ou d’engagement à caractère politique, ni d’appartenance à une formation politique

    2. A n’instaurer, dans le cadre de mon mandat municipal aucun débat ni aucune discussion touchant à un problème de politique, de parti national ou international, de telle façon qu’en ma qualité d’élue municipale, je ne m’occupe que des actions communales, dans l’unique intérêt de la ville de Narbonne.

     Tout ceci écrit dans un français des plus clairs, accessible au premier venu. Une relecture de cette charte serait donc profitable aux élus NN. Pas d’engagement politique, pas de prise de position politique, pas d’adhésion à un parti politique, sauf s’il est fantôme, comme le P.S., sous peine de sanction.

    Directrice du CCAS, en charge d’une des délégations les plus importantes de la municipalité, Marie Noelle Garbay est, ce jeudi 4 mai au soir, lors du conseil municipal, destituée du poste d’adjointe au maire et privée de ses délégations. Avec les sous qui vont avec, sauf erreur du service de paie.  Mais aussi, avec, parait-il, la possibilité de revenir, après les élections, en septembre.

     L’accusation : il a été constaté que Mme Garbay, qui a signé une charte et accepté de ne pas faire état de ses engagements politiques, n’a pas respecté son engagement depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Ne s’est pas présentée aux réunions auxquelles elle devait être présente. Fait donc preuve d’une surcharge personnelle d’activité…Ses délégations lui ayant été retirées, ce poste d’adjointe ne peut être maintenu. 

    Les plaidoyers :

    Mme Bossis : nous sommes contre cette décision bien que nous soyons opposants à son programme car nous portons, nous, un projet plus ambitieux pour la ville (sans blague !)C’est la deuxième femme exclue de votre majorité. Vous avez pourtant loué son travail. Nous voterons le maintien de son poste d’adjointe, nous ne nous abstiendrons pas sur cette délibération. Car nous reconnaissons son travail et son engagement auprès des Narbonnais. S’abstenir signifierait soit S3, où Marie No donne le Tempoque nous nous désintéressons du sujet, soit que nous soutenons cette décision. Marie Noelle Garbay reste une opposante politique, mais nous reconnaissons son travail et sa préoccupation pour des Narbonnais.

    Nous notons en outre montre un certain flottement dans votre majorité. 6 personnes sont déjà désengagées. Nous aurions, en outre, préféré un vote à bulletin secret pour une véritable expression démocratique (dans le secret, véritablement)

      

    S3, où Marie No donne le Tempo Jean Claude Julès : je ne peux en conscience voter pour la suppression  du poste de Mme Garbay. Même si cette décision correspond aux engagements signés par chacun des élus nouveau narbonne, ce qui permet une plus grande concentration dans la tâche municipale, j’ai le sentiment qu’il y a 2 poids, 2 mesures. (affaire César) J’ai d’autant plus de raison de ne pas me mêler de cette histoire, que j’ai moi-même été privé de mes délégations pour avoir simplement eu l’outrecuidance de marquer mon désaccord et ma déception sur la direction prise par l’équipe dès le début. Victime d’un traitement arbitraire, je ne peux donc m’associer à cette sanction et je m’abstiendrai…

    Ste Cluque : si le contrôle de légalité se penche sur cette délibération, motivée par «une surcharge personnelle» le résultat sera négatif et le tribunal administratif statuera en votre défaveur.

    La décision :

    Qui s’abstient ? 2 , Julès et le discret Giardina.

    Qui vote pour le Maintien de l’élue à son poste d’adjointe ? 8 de l’opposition uniquement.

    Qui vote pour la destitution de l’élue à son poste d’adjointe ? La question n’a pas été posée, évitant aux élus de la majorité de lever la main.

     Délibération votée à l’unanimité.  

    S3, où Marie No donne le Tempo

    Mme Garbay remercie ses défenseurs, affirme qu’elle est « sans illusion et qu’elle laissera faire l’arbitraire », se lève et quitte le conseil municipal. Va-t-elle démissionner pour n’avoir pas respecté les règles du club qu’elle a choisi de rallier ? Va-t-elle assumer les risques et inconvénients de cette transversalité politique pratiquée localement ?

    L’homme de la situation : Christian Loumagne, pressenti pour  être représentant à Alenis, la société embellisseuse de vie, représentant pour 7 écoles. Face à Isabelle Herpe, pour Alenis, ou Mr Adrados, pour les écoles, la majorité fait son choix : Christian Loumagne ! Forcément ! Rire général pour le jeu.

     Courage, Christian ! C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe ! Le travail c’est la santé. Tant va la cruche, euh , courage !

    Joyeux chahut : La délibération (portant sur la vente d’une maison fait intervenir Ortiz sur la « vente des bijoux de famille ». On peut imaginer pourquoi cette mise en place de cessions foncières dynamiques, et ce n’est pas le sourire de Mr Malquier qui me fera changer d’avis, la cession dynamique est en marche. Il se fait chahuter par ses colistiers rigolards : Exclusion, la charte, la charte !

     Mignonitude : Le bambin de Cyrielle Bouisset de plus en plus craquant. Viendra –t-il aux cm jusqu’en 2020 ?

     Zac des Berges de la Robine : la ste oppo en profite pour parler du Muréna, le maire ayant rencontré Carole Delga à ce sujet, Delga qui se serait engagée pour la réalisation du parvis. Elle s’inquiète de la non démolition du garage gomez qui retarderait le chantier de 6 mois, induisant des surcoûts, impactant la vie économique de la ville, et de l’inconséquence du maire quant à ce dossier. (Le musée devait être livré en 2016, puis cette année, puis plus tard)

     

    S3, où Marie No donne le Tempo

    Réponse du maire : vous commencez courtoisement et terminez par des propos désagréables. Parlons plutôt de votre inconséquence puisque nous passons d’un musée de 100 millions d’euros annoncé par Georges Frêche) à un bâtiment de 42 millions d’euros. Qui est le plus inconséquent, les élus socialistes qui n’ont pu conquérir la région pour obtenir un grand musée, ou les élus qui gèrent au mieux les intérêts de la ville ? Ce musée n’aura pas l’ampleur que vous imaginiez.

    Nous apprenons donc, pèle mêle, que le garage Gomez (sis en face de la maison de l’amitié) est en pourparler quant aux dédommagements attendus pour quitter les lieux, et que c’est long. 200 000€ d’indemnités ont été proposés, augmentés de 120 000 par la région. 

    Que la dite Région remplacerait le parvis (côté Robine) du Muréna par un parking. Il faudra donc consolider les berges et préserver un passage pour les piétons et les cyclistes.

     Qu’elle table sur 75 000 visiteurs l’an, visiteurs qui iront probablement dépenser leur argent à Bonne Source, que les matériaux de construction (béton spécial) du dit musée provient d’Angleterre et se détériore sous notre merveilleux ciel, ce qui entraîne un surcout et un retard dans la livraison du Foster, mais ça, on a l’habitude des retards,

    Que les Cadets de la défense vont toucher 11 000€ de subventions, ce qui est très bien, Que le Ccas a équilibré ses comptes et que sa subvention baisse en conséquence. Qu’une mutuelle communale sera mis en place par la ville (voir la presse d’ici) comme dans 1000 autres villes, comme Béziers la voisine, nom qui fait tressaillir d’horreur Mme Flautre, qui appartient au bloc du Bien pur et écologique ; que la statue d'Ernest Ferroul, sculptée par Gibert, inscrite au patrimoine de l’Etat, va subir une réfection au niveau du texte gravé dans la pierre, (au verso du monument) ce qui réjouit l’opposition qui est persuadée d’être Ferroulienne aussi, , et que plein de choses sont en cours.

     

    S3, où Marie No donne le Tempo

    Ingrat est le métier de conseiller municipal. Patient est le public, nombreux ce soir (vous pensez, une destitution annoncée) qui s’offre régulièrement un spectacle de qualité variable.

    Bascou a peur, nous aussi d’ailleurs. Le traitement préconisé par Rubresus (Extraction des nitrates) lui parait, d’après ce que lui en a dit Areva, aussi inquiétant que celui choisi par la Société (Cuisson des nitrates dans un chaudron de sorcier*) C’est le sujet de la dernière délibération, qui vote une « motion » pour faire suite à la réunion du 6 avril, relative au projet de traitement des nitrates, et inciter le préfet à nommer un comité d’expert indépendants, autre que la Dréal et à surveiller tout ça. Je reconnais que les nombreuses informations (analyse des boues, recs pollués, inquiétude des comités de quartier, etc.) et répétitions des élus ne m’ont pas permis de comprendre le contenu précis de la motion. Mais une certaine vigilance est apparemment à l’œuvre ! Ce qui est certain, c’est qu’il faut traiter les nitrates…

    Unanimité !

     

    S3, où Marie No donne le Tempo

    JB, paniqué, piétine ses dossiers.

     

    Un bon conseil municipal animé de façon exsangue par ses participants, peut être encore sous le coup du débat présidentiel de la veille. Malgré un bruit de fond permanent courant dans le groupe j’M Narbonne, (macron, législatives, portefeuilles ou pas à venir) tout le monde avait l’air, sinon fatigué mais étrangement amorphe.

     Pour finir, rien à voir, un petit point sur les bibliothèques partagées qui connaissent un succès grandissant. Au plan St Paul, en particulier, où la bibliothèque est toujours vide, non parce que l’on n’y met pas de livres mais parce que de gros salauds viennent désormais ramasser les ouvrages déposés pour les revendre. Salauds de voleurs ! Bon je m’emporte ! Peut être fournissent ils des maisons de retraite, des mjc, des cafés…

     

    S3, où Marie No donne le Tempo

    On ne peut jamais rien faire de bien, c’est dingue !

    Et pour vraiment finir finir, en cadeau à tous mes lecteurs, dont j’apprécie la visite, (les toasts sont toujours prêts à être brandis, si si ! ) 3 petites photos de la rocade Est, qui a vraiment l’air d’être en train. Mouais. Tout son tracé est dégagé, bien qu’encore problématique. Beaucoup d’eau, beaucoup de traverses. Il faudrait y organiser un évènement, mais j’ai la flegme. 1 heure de marche, aller retour, du Rond point vers Coursan à celui de l’Amphore. L’Arlésienne deviendrait elle Audoise ?

    N’hésitez pas à aller vous y promener (un dimanche), il y a encore des fleurs sauvages, des herbes inconnues, des moutons et des poules en bordure, de petites sauterelles, des odeurs et des couleurs qui bientôt, disparaitront.

     S3, où Marie No donne le TempoS3, où Marie No donne le TempoS3, où Marie No donne le Tempo

      

    *Voir ICI, éventuellement.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Ils seront 36, 36 artistes qui ont exposé à la galerie Jaumaud depuis ses débuts. En une seule salle, 36 artistes avec 3 oeuvres. Le vernissage c'est le 1er mai, jour de repos des travailleurs. Du 1er mai au 2 juillet, rue Cabirol. A ne rater sous aucun prétexte ! 

     En goguette, artistique scientifique

    Cliquer sur l'image pour accéder à la source

     

     Les participants : 

    Jean-Christophe Alix - Annegret Gröne - Christian Hadengue - Pepe Doñate - Elia Pagliarino - Anne de Crécy - Olivier Sabatier - Fabio Arnaudon - Sylvette Kandel Geiger - Margot Guillemot-Jaumaud - Guennadi Vassilkov - Jorge Aguilar-Agón - Laurent Bonneau - León Díaz-Ronda - Chiehsen Chiu - Françoise Langlois - Philippe Guesdon - Pascal-Olivier Reynaud - Claude Tournon - Maurice Janin - Judith Rothchild - Anne Guérrin - Anne-Marie Jaumaud - André Aragon - Rémy Bertrand - Jo Winter - Hugo Ruales-Hualca - Michel Danton - Nicole Masse - Fanny Pallaro - Tatiana Rozenblat - Fatiha El Hadi - Christiane Cantarelli - Philippe Kandel - Marie Demunter - Jean-Louis Engels -

    source : Galerie AMJ

     



     

    Rafi Haladjian et Hapsatou Sy sont les premières personnes que j'ai découvert sur TDEx Paris. C'est à notre tour maintenant. Le 6 mai, de 14 à 19 h, au théâtre, premier TDex de Narbonne. Vivre au gré du vent, voilà un thème que nous connaissons bien, ce vent que nous buvons  à larges goulées pour nous remplir de son énergie, qui nous bouscule, avec lequel on se bat... Allons donc voir comment il sera traité. Ça dépotera peut être. Bon c'est 30 €. Hum, ça refroidit. Snif ! On ira lire les retours sur leur site et sur you tube , ici :

     TEDx NARBONNE

     

     Pour ceux qui s'abstiendront le 7 mai, personne ne vous fera la morale sous prétexte que le droit de vote est incontournable, l'abstention devient une manifestation de la participation à part entière. Le hashtag sans moi le 7 mai vous légitime. Aucun imbécile ne pourra plus vous dire, t'as pas voté ? Alors t'as rien à dire ! Enfin, un peu de justice. Je suis ravie.

    Sans moi 

    Pas grave non plus si ce soir, vous n’inaugurez pas la réouverture des bars de plage. Il fait trop froid.  Bon week end à tous !

     

    En goguette, artistique, scientifique

    google image  

    1er mai : fête du travail et condoléances à tous les chômeurs !

     

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Etranges échos de territoires

     

    Culture de gré ou de force : On commence à le sentir, Narbonne est en train de devenir un point central entre Toulouse et Montpellier. Ah bon ? Mais qui dit cela ? Une adepte de Bascou, créateur de Narbonne capitale de la grande région ? Pas du tout, ce sont les mots de Laure Barthet, conservateur du musée depuis 2015 2016 et dont on entend peu parler. Le travail …

    Côté populace, on a pas l’impression qu’il se passe grand-chose au musée d’art et d’histoire de la ville sauf que « De Monfreid ami et peintre du midi » est devenue une expo permanente. Il paraîtrait que des œuvres possibles de Bernard Palissy seraient en cours d’exhumation mais chut… En tout cas, le musée d’art et d’histoire servira, en novembre, de cobaye pour un atelier musée du 21è siècle. Un musée cobaye ? 

    Un musée qui bénéficiera de l'expérience de Muséomix, structure spécialisée dans la conception d’expériences et de prototypes innovants dans la médiation culturelle. Cool !

    Le journal annonce un apéro au Macar pour découvrir le projet Muséomix. Naïfs, et curieux, nous nous précipitons pour savoir de quoi il retourne. A la terrasse, bondée comme toujours, rien de significatif. A l’intérieur, personne. On s’adresse donc aux serveurs : les gens de muséomix ne sont pas encore arrivés ?

     Quoi ? Muséomix ? Qu’est ce que c’est ? Ils ne sont pas au courant. A la vue du journal, un serveur parcourt la terrasse en demandant, tel un crieur du temps passé : qui c’est, Muséomix ? Et là, un groupe de jeunes femmes dit : c’est nous - et bien merci d’avoir choisi notre café ça nous fait plaisir ! Un autre verre ?

    En parlant avec elles, on comprend vaguement qu’il s’agirait d’une sorte d’animation façon banlieue quartier difficile. Pendant un week end de trois jours, le public serait invité à faire des trucs dans le musée, on n’a pas tout compris, seulement qu’il s’agit de ces projets imaginés par des gens sans imagination, qui confondent culture et communication, curiosité individuelle et marketing. Avec quel argent allez vous faire cela demande un ami ? Euh… Quoi qu’il en soit, il s’agirait d’un projet qui doit permettre, en mode informel, (faut être en mode maintenant, comme des machines) de faire un maillage territorial pour s’approprier le musée en miroir de l’innovation, avec des perspectives très ouvertes, cela peut fonctionner pour tout lieu avec des usagers, qui vont porter un regard sur le musée, etc….

    On en a parlé tout de suite à Edouard… Leclerc. (C’est un copain) et à Decaux (c’est un copain aussi). Ça devrait marcher dans les supermarchés comme dans les parkings qui ont aussi des usagers. Du pur Macron !  

    Ça bougerait, donc. Il faudra patienter pour s’en rendre compte. Ou plutôt gager comme le dit l’article intitulé «  un réseau pour s’emparer de la culture », comme si on n’avait pas assez de terroriste sur le territoire. Gageons donc ! Tout cela restera stérilement confidentiel. Même si nous avons comme une envie d’avoir tort. Ça nous fera les pieds. A moins qu’on ne fasse un procès à tous ces gens pour …entubage culturel !

      

    Etranges échos de territoires

     

    César démissionné par le préfet, (les mauvaises surprises de la loi notrE), pour le plus grand amusement de certains, a choisi de rester élu municipal, s'engageant de ce fait dans un long combat contre la loi. Pour rappel, la compétence tourisme est retirée aux communes et transférée à l’Agglo. Un élu municipal ne peut cumuler cette fonction avec une autre du Grand Narbonne. Le prochain maire ne devrait donc plus être à la tête de l’agglo, même s’il est de goche.

      

    L’étrange rocade Est : tout serait fin prêt pour sa finalisation, les travaux recommencent à grand frais, mais personne ne pleure sur le coût de cette construction sans fin. Parait que Viola veut tenter les législatives car il est bon d’avoir un plan de carrière. Ira-t-il au bout de ce chantier titanesque ? On y croit, on tente d'ailleurs de  prendre, de temps en temps cette vieille route mythique, puisqu'en venant de Coursan à Narbonne, pour aller vers Horte neuve, le passage est indiqué; il n'y a qu'à passer en force !

     

      

    Etrange allégeance ? : Il était une fois, un petit cochon, qui souffrait beaucoup sur son territoire. Délaissé par d’autres petits cochons, mieux organisés, qui se prenaient pour des loups. Un matin, il reçut un drôle de coup de fil.

     - Salut mon cochon, écoutes on a pensé à ta situationEtranges échos de territoires

     - C’est toi, cochon plus gros que moi ?

    - Oui oui, c’est moi, cochon plus petit que moi. J’apprends que tu as des soucis, que ton territoire est inondé et défoncé, que tu as construit des maisons que tu ne peux payer, tout cela me fend le cœur, j’ai envie de t’aider.

     - Ah oui, pourquoi ? Qu’est ce que tu en retires ?

     - Eh bien écoute, ce soir tu sais qu’on se réunit pour voter pour la grosse gamelle. Il faut que le grognement soit unanime. Seulement, c’est pas sûr qu’on soit majoritaire, et on a donc besoin de ton vote exceptionnellement pour la remporter, tu sais qu’on a des opposants, des étrangers, qui vont nous emmerder. La gamelle on la partagera entre nous, tu sais comment ça marche non ?  

    - Pas vraiment, je n’ai jamais rien moi ! Pourtant on est de la même famille, on devrait se serrer les coudes, entre cochons. 

     Etranges échos de territoires- Tu as raison mais ce n’est pas si simple. C’est parce que tu vas vers l’Est, et nous vers l’Ouest. On n’a pas la même mentalité. Mais on peut se rencontrer au sud, sans problème. D’ailleurs on est déjà tous au sud. Ecoutes, tu fais entendre ta voix avec la notre et on t’en refile une bonne partie pour remettre ta terre en ordre. Ce sont tes enfants qui vont être contents non ?

    -Faut voir !

     …………………………………

     3 heures plus tard, le petit cochon qui souffrait beaucoup mais commençait à espérer reçut un autre drôle de coup de fil

     - Allo, mon cochon, c’est Cochon au dessus des autres cochons qui te parle. Cochon plus gros que toi m’a fait part de votre discussion. Je pense vraiment que si tu suis notre conseil, ça pourra s'arranger pour toi. Penses à la gamelle !

    - Bon d’accord, répondit le petit cochon. C’est vraiment parce que votre aide sera bienvenue.  

    Et c’est ainsi que le petit cochon, confiant et naïf , fit ce qu’on lui dit. IL ajouta sa voix à celles qui votaient le contenu de la gamelle. L’histoire révéla que celle-ci ne pouvait être partagée que par ceux qui allaient vers le couchant, emportant comme toujours, la Etranges échos de territoiresgamelle. Mais petit cochon continue à souffrir sur son territoire, pareil qu’avant. En plus, maintenant, on le regarde d’un air moqueur.

     Moralités : On ne fait allégeance qu’à son Roi. Le cochon qui se prend pour un loup est un faux cochon. C’est pour cela qu’à Noel, dans les pays civilisés, on le saigne et on en fait du boudin.

      

     

    Le bonnet d’âne du trimestre : un maire des alentours, qui bétonne et enlaidit son village à coup d’implantations économiques hasardeuses et de créations d’emplois précaires a Etranges échos de territoiresrécemment apporté son parrainage à Hollande, le président qui ne se représente pas. Un problème de compréhension ? Une blague de socialo ? Une façon d’exister ? Enfin il est dans le journal (il est même dans ce blog et va peut être inaugurer une série de bonnets d’âne !!) il doit être heu- reux !

     

      

     Un peu plus loin et tout autour, des sons de campagne, des informations étranges

    Dans ce grand territoire, personne n’a trop le moral. Plombée par les médias et le Cac 40, la campagne électorale française offre encore au peuple les mêmes options, sur place à ou emporter ? La gauche ou le nationalisme ? Il serait rigolo de voir toutes les stratégies de trahison et anti démocratiques du hollandisme tomber à l’eau. Il serait encore plus rigolo de constater que le peuple français vote pour la pure finance, qui avance à visage plus que découvert, avec ses petites dents pointues ! Votons français, votons Dupont Durand !

     

    Etranges échos de territoires

      

    Président des morts jusqu’au bout, voilà le manipulateur qui nous a servi de président qui vient nous parler de l’unicité de l’Europe et patiti et patata. Après avoir accepté qu’Erdogan fasse meeting sur les terres Française, juste après que l’Allemagne l’ait interdit. Un type  fait pour être adjoint du préfet de Tulle ou sous-président de la commission des fêtes du conseil général de Corrèze, certainement pas président de la République.(Pasqua) et  tout juste bon à déposer des gerbes ici et là sous la pluie. Normal 1er a reçu en septembre 2016, le prix du plus grand laquais d’Etat. Depuis, l'Elysée s' est vidé petit à petit...

     

    Tandis que, sollicité par la Guyane abandonnée, qui est un département (973) - ou on manifeste cagoulés, le visage caché, c’est la nouvelle mode, on se déguise en bandit ou en voyous - peuplé de trop de basanés pour être pris au sérieux par le chantre du pas d’amalgame, qui lui répond par le mépris et le silence. Après tout, ils n’ont pas été gazés par Bachar. Hollande* ne s’intéresse aux négrillons que quand ils s’appellent Théo, sont capables de salir la police, (ou de tenter de la tuer) de détourner de l’argent, de foutre les banlieues à feu et à sang, d’exacerber la haine. Émeutes complaisamment « comprises » par spécialistes et journaleux. Théo est il en prison ? Non, on lui donnera peut être la légion d’honneur.

    Territoire agité : Des kurdes qui se battent contre des afghans, des turcs qui se battent entre eux pour cause d’élection en… Turquie, des « jeunes » qui se battent contre la police, des supporters qui tabassent des joueurs, des candidats qui ferraillent par meeting interposé… Tout le monde se bagarre en France, sauf les Français !!

     

    Etranges échos de territoires

     

    Clochermerle : 500 000 cartes électorales envoyées en doublon aux mêmes personnes ? On peut déjà tabler sur 500 000 abstentions. Les élections n’ont même pas encore eu lieu que les résultats sont déjà faussés ! Le problème sera solutionné en 2019 d’après le ministère de l’intérieur.  Ça rappelle une certaine primaire…

     Hé oui, c’est le candidat Hamon qui l’affirme, « nous sommes des gens gentils, nous sommes de Sincères Socialistes ». Les S.S. Prometteur ! Eux aussi prônaient un certain socialisme.  (Entendu sur France info le mercredi 5 avril)

    Vivent les femmes ! Pendant que Marine le Pen explique à l’inutile Pujadas qu’il faut expulser tous les les fichés S pour éviter l’horreur et que le journaleux lui réplique qu’ils sont utiles aux enquêtes, un fiché S sème l’horreur sur les champs Elysées. On est en guerre parait il mais la fermeté est mal vue par ce gouvernement moribond. Il parait que c’est de l’outrance dans laquelle on pourrait tomber. Il vaut mieux montrer que les tueurs ne nous intimident pas, s'asseoir aux terrasses de café, tout plutôt qu'annoncer "nous vous mettrons hors d'état de nuire".

    En boucle et en vain on entend gloser, broder de petits bonshommes sans envergure, ou réactivité, ou intelligence, versant au passage leur petite larme hypocrite sur les victimes, pendant que d’autres petits bonshommes, monstrueux , ne disent pas un mot, mais tuent.

    Qu’il s’habille en prada ou en burqa, le diable est plus que jamais hyperactif.

    Entendu à la radio le 19 avril : 10% de la population française sont atteints de troubles mentaux.

    Beaucoup d'échos donc, qui ne sont que prises au piège d'une ambiance délétère, aigreur et subjectivité populaire, angoisse diffuse et sentiment d'impuissance.

    Revenons à la vraie vie, et renouons avec la beauté, à l’office du tourisme s'exposent les envoûtantes et soyeuses peintures de Jean Luc Monié, dont on se demande pourquoi elles se cachent là.  Bien sûr, c’est parce qu’il n’y a pas assez de salles d’expositions à Pulcherrima. Et que les panneaux d'affichage servent à nous montrer le personnel municipal**.

     

    Etranges échos de territoires 

    Abstraction lyrique, à l’office du tourisme, jusqu'au 30 avril me dit on, et qui a accompagné  l’évènement « Ma vigne en musique »

     Qui fut L’évènement d’Avril : c’était un dimanche passé enchanteur, tendrement lumineux, aussi léger que ces jeux d’eaux de Ravel interprété par Jan Zielinski. Un jeune interprète d’une sensibilité ténue encore, mais surprenant de maturité sur la poésie de la partition et le déroulé du chant mélodique. Avec en contrepoint, l’exquise présence d’une demoiselle et d’un arbre de la paix, signés Antony Duff.

     

    Etranges échos de territoires

    photo : Antony Duff

     Ma vigne en musique est un évènement qu’il faudra suivre sérieusement l’an prochain. Incontournablement. Crée par Cyrille Guillotin, pianiste concertiste.

      

    Poète gastronome : deux asperges entourées de lard fumé, une purée de carottes accompagnée d'une bavette du marché mais surtout, surtout, un voyage en quatre quart, fondant, avec un rien de croustillant sur les bords, fait de farine du pays de Sault, d'œufs de ferme, de beurre de Thézan des Corbières et de fraises d'Argens Minervois. En face du Musée Lapidaire, un régal purement local, et un gout de nostalgie.

    Ah ce Célestin, c'est quelqu'un !

    Etranges échos de territoires

     

    * il s'agite beaucoup en ce moment

    ** cliquer pour découvrir le personnel municipal. Etranges échos de territoires

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique