• Saison 4 ?

     

    Pas de chance ! Le producteur et le réalisateur se sont pacsés et se sont tirés avec la caisse au Panama. Il n'y a donc pas de saison 4 pour l'instant.

    Cela n'empêche pas les mêmes figurants, et intermittents de continuer le spectacle. Celui de ce soir a d'ailleurs été rapide et tout à fait ordinaire;< Le journal d'ici vous en fera un compte rendu fadasse et sans saveur, avec une vague pointe de parti pris. Ce sera toujours ça de pris !

    Mais voici, à la place,  un conseil municipal filmé en France, même rituel, même objet, mêmes élus interchangeables. Pour n'être pas trop dépaysé, j'ai choisi une ville des Bouches du Rhône, l'autre sud. Cela nous évitera  d'entendre parler pointu et de nous mettre en rogne*

     

     

    Si la ville de Narbonne mettait en ligne les vidéos des conseils municipaux, nul doute que nous prendrions parti en toute connaissance de cause, sans prêter l'oreille aux cabales de toutes sortes. Et nous serions responsables de notre parti pris. A Rognes en tout cas, les élus sont invités à éteindre leur portable, ce qui n'est pas le cas à narbonne où l'on voit Jacques Bascou jouer au crush candy pendant la réunion et se réveiller soudain, l'oeil hagard, effaré, se mettre à battre des jambes dès qu'il est cité !!

    Vous n'avez pas 2 heures à consacrer à un C.M étranger ? Qu'à cela ne tienne ! Voici une  seconde vidéo, beaucoup plus courte, qui nous donne un aperçu du futur de Narbonne. A mon avis ça ne fera pas beaucoup de changement : Ils racontent déjà les mêmes craques que les adultes...

      

      

     

    * Elle est facile, celle là !

    Au moment ou j'écris ce pseudo billet, 531 personnes ont visionné ce conseil municipal. Imaginez 531 personnes présentes, sur place, les élus fileraient doux.... Enfin, peut être !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Ma ville en tenue d'été

     

    Blanc, doré et couleurs, seules teintes de rigueur en cette fin d'été... avec toujours cette lumière magique qui baigne la ville et nous donne cette indicible sensation que tout est infini. Une lumière qu'il faut boire et voir de ses propres yeux, de son propre être puisque, des siens bridés, le taiwanais ne sait que la filtrer... 

    C'est le moment de jeter un dernier regard de vacancier avant, pour certains, de replonger dans la barbarie du revenu mérité. Choisir de ne regarder que ce qui est beau, esthétique, stimulant. Puis tout regrouper en un kaléidoscope pour le souvenir, en mélangeant passé et présent. Evoquons des visions passées : celle d'un hibiscus sur la terrasse du Lindo café, ou du chant de l'eau jaillissante des fontaines disparues, des façades anciennes d'où nous contemplent reines ou romains, sérieux comme des papes. Avant d'imaginer l'air de la ville quand le Muréna et la Multimodale se feront face, tels deux sphinx d'urbanisme ! 

     C'est l'été encore, il reste un peu de temps pour regarder, vivre sa ville, autrement certes, mais toujours pareil, certes aussi !

     

    Derniers jours d'été 

    Derniers jours d'été

    Des fleurs, des fruits, des arbres

    Ma ville en tenue d'été Jours d'Août

     Ma ville en tenue d'été

     Des visages souriants et des architectures bienveillantes

      Ma ville en tenue d'été

    Derniers jours d'été

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Un palais rose et des fontaines perdues

    Derniers jours d'été

     De l'eau, des bateaux

     Derniers jours d'été

    Des entrées secrètes et des fleurs minuscules

    Derniers jours d'été

    Des lampes pour la nuit et des maisons fermées 

     Derniers jours d'été

    Derniers jours d'été

    Derniers jours d'étéDerniers jours d'été

    Des endroits qu'on traverse, en musardant

     Derniers jours d'été

     Des maisons où jamais on n' entrera, mais errer dans le parc sous l'œil vigilant d'Ernest

     

    Derniers jours d'été

    Vous ne les regardez pas ? Elles si, de leur regard bienveillant, elles veillent sur le boulevard !

     

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Du vit à la Marseillaise

     

    - Mesdames, mesdames, qui va faire une petite pipe ce soir ? 

    - Celles qui vont faire une pipe ce soir, levez la main !!

    - Mouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! crie la femellitude dans son ensemble, en levant la main.

    C'était jeudi soir, sur les Barques, à Narbonne, France, ex pays des lumières, demeure accueillant de nouveau les ténèbres blanches d'un sperme chaque jour plus stérile, mais éternellement bavard. Le machin dénommé Patrick Sébastien ouvrait le bal de l’animation pour tous  et toutes, dans un esprit de gaudriole couillue,  bon enfant couillue, ayant probablement touché une recette financière des plus couillues

     Un peu plus tôt, on a pu croiser bébé Charli qui, dans sa poussette motorisée, amusant les badaud de sa voix de... bébé, jouait son rôle d'artiste de rue et nous poussait à nous demander : mais qui sommes nous exactement pour avoir droit à tant de merde?  Question peut être posée aussi par ces garçonnets, tout de kaki vêtus, et veillant à nous protéger de tout, sauf de la vulgarité....

     

    Du vit à la Marseillaise

     

    C’était barques en scène, hâtivement traversées pour rejoindre des lieux plus civilisés en croisant heureusement les «femmes à barbe», maîtresses de la voix....

    Août s’achève.... 

    A 2h, porté par une légère brise jusqu’à la terrasse ou j’admire un ciel privé d’étoile et de gloire, l’air de la marseillaise se fait entendre. Le jour de gloire est arrivé. Une petite gloire couillue ! En pleine nuit !

     

     

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique