• Ma ville...de pensées moroses

     

    Sans grande surprise, le nouveau préfet de l'Aude, arrivé, a opté pour la création de l'usine de "dépollution" Areva. Areva c'est l'Etat, l'Etat est l'employeur du préfet, le préfet représente l'Etat, l'Etat c'est nous aussi. Et nous considérons, comme notre élue écologiste  que c'est une "bonne chose que les nitrates soient traités". Sans compter, dixit un autre élu, que la création d'une vingtaine d'emplois  n'est pas à négliger.

    Il est un peu tard pour pleurer sur le passé, sur l'absence d'une énergie citoyenne chargée de veiller sur malvesi depuis ses débuts puisque, globalement, nous refusons de nous mobiliser, de nous politiser pour notre avenir parce que de toute façon 2500 personnes sur 53 000 c'est déjà pas mal. Personne ne l'avait vu venir, cette cheminée !

    Ce n'est donc pas la peine de nous rassurer en nous parlant de contrôles plus stricts, par  qui, par rapport à quoi ? on a pas peur, d'ailleurs on aura surement déménagé dès la première pose de pierre !

     

    Du coup,  de très sérieuses et angoissantes questions se posent maintenant :

    Si Narbonne est classée ville Seveso (dramatisons un peu tout cela) les loyers vont ils baisser ? Faut il continuer à faire des enfants ? Pourrons nous continuer à manger les champignons de la Clape ? Les 183 Narbonnais (le journal se réjouit de nous l'apprendre) assujettis à l'impôt sur la fortune vont-ils déménager ?

    Et cela vaut il la peine de continuer le muréna, de construire une salle de spectacle,  d'aménager les berges de la Robine ? Ces hauts lieux seront ils compatibles avec une cheminée d'usine de 27m de haut, crachant et purifiant le nitrate qu'il faut absolument traiter ? 

    Sur quel lien cliquer pour résoudre le problème ? Quoi, il n’y en pas ?  

    C'est une bien funeste histoire qui se poursuit... Cloaque de la Gaule au 15ème siècle, Narbonne poubelle du Monde aujourd'hui ?  

     

     Ma ville...de pensées moroses

     source image : inconnue mais explicite

    3 évènements peuvent donc avoir lieu simultanément sans que la ville ne soit paralysée. Ou alors c'est que l'on a eu peu d'échos du chaos provoqué par un match, une cirque et une salon expo dans le même périmètre, au même moment. En revanche nombreux ont été les cris d'orfraie de l'opposition à la multimodale, aimablement relayée par la presse. Démocratie : gouvernement de salon du peuple... 

    Recours à gogo : second recours du banquier Ortiz contre la salle rejeté. Gifle entière pour l'un, demi victoire pour l'autre, La multimodale n'en finit pas d'embrumer les idées. En tout cas, j'aime Narbonne tiendra bon : ne le dit elle pas ? la salle multimodale ne passera pas par nous !  Comme le Sida !

    Ma ville...de pensées moroses

    Impasse ste cluque et impasse ortiz !  Ce sont les noms lancés au maire par les intéressés sur la proposition au public de donner des noms de rues aux nouveaux lotissements.  Impasse, un mot qui rime désormais avec élus de l'opposition. C'est tout à fait ça !

    Annoncée lors du retrait de ses délégations au CCas, Réalisée cet automne, la rétintégration de Marie Noelle Garbay est effective.

    Tandis que le licenciement de la DGS Nathalie Umbach agite les couloirs et le conseil municipal de ce soir (sans grand intérêt d'ailleurs). Parachute doré en vue ? ! Ben alors Monsieur le Maire, quel est ce bazar ?

    Ma ville...de pensées moroses

     Après la mutuelle santé de la ville, voici un nouveau dispositif pour l'accès à meilleur marché à l'énergie et peut être un jour l'eau. Quand je pense à tous ceux qui ne peuvent se chauffer l'hiver, Je dis bravo à cette riche idée. Bravo monsieur le maire ! L'énergie des Narbonnais, ICI !

    Ils n'en sont pas encore à se réclamer de la folie mais ça viendra. Quand ils ne brûlent pas de voitures tous les 15 jours, ils caillassent des bus dans les quartiers où ils ont la chance d'avoir des appartements et un environnement décent.  On est déjà clairement dans la maladie mentale, cette nouvelle exception française. 

     

     

    Ma ville...de pensées moroses

     

    Bon ça ira mieux plus tard... Sûrement !

    Ma ville...de pensées moroses

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ma ville... de remarques en ragots

     

    Découvrir par hasard la pub d'un élu pour son activité commerciale. On peut toujours essayer de faire rêver....avec son échoppe et sas services ! Figaro ci, Figaro là, Figaro partout, les barbiers et autre salons de coiffure se font de plus en plus nombreux dans la ville. Ce qui annonce, non pas une augmentation de Hipsters à fort pouvoir d'achat, (non, pas à Narbonne), mais la fuite dans une économie de plus en plus barbante et poilante et qui se rase elle meme !

    Ma ville... de petits shoppings

    Ma ville... de petits shoppings

      

    Publicité toujours, pour notre usine préférée, une entreprise qui "roule pour le monde entier", relayée par  l'indépendant version électronique, initialement dans la rubrique publis info. Malvési, qui nous demande : "connaissez vous Areva Malvesi ?" nous dit avoir investi 500 millions d'euros en 10 ans pour réduire l'empreinte environnementale. Oui, mais à quelle distance exactement ? Une communication destinée à charmer les experts penchés sur le dossier TDN ? Ou à nous informer que Narbonne sera sacrifiée à la fée électricité ?

     

     

    Ma ville... de petits riens mignons 

    source : http://www.lindependant.fr/publis-infos/areva/

    ou http://www.lindependant.fr/2017/09/15/connaissez-vous-areva-malvesi,3051596.php

    ou  http://www.lindependant.fr/2017/07/12/connaissez-vous-areva-malvesi,3033717.php

    Non je ne fais pas de publicité à l'indépendant. Je cite !!

    La Rotonde deviendrait sinon cubaine, du moins latino !  Il faudra nous revoir cette peinture verte verte et nous faire un endroit ouvert à tous, et surtout chaleureux !

    Et après le Mac Do, le Crystal café, le Fou Chantant, et le Grand Bazar, (j'en oublie un c'est sûr) le local abandonné devrait reprendre vie à l'aide des célébrités locales ! Une nouvelle vie pour l'ex  89 ? A suivre  !

     Ma ville... de lieux  en ragotsMa ville... de lieux  en ragots

     

    Des énergisants: la bijouterie Bot s'est installée à Pignon sur Rue et à la place  s'est posé Namasthé. Une très jolie boutique, avec de jolis objets liés au thé entre autre, qui fait pendant à la plus belle pâtisserie de la ville, la note sucrée, qui obtient tout un tas de louanges de ses clients ! située un peu plus haut pour ranimer la rue de la Parerie, qui s'"orientalise" d'ailleurs à toute vitesse", une rue encore si active il y a à peine 15 ans ! 

    Ma ville... de petits riens

     

    Ma ville... de petits riens

    source images : Google image + clic sur image. merci

    Commerce, terrorisme, coup de gueule  : Des salopards zigouillent des gens sur tout le territoire sur de pseudos injonctions allahesque et qui en fait les frais ? Les femmes, encore et toujours. Y en a marre. Que vous ayez 20 ou 80 ans, pas moyen de mettre les pieds dans une boutique ou un magasin, de faire ses courses tranquillement sans qu'un type n'exige de voir le contenu de votre sac à main, de vous faire ouvrir votre sac, à l'entrée, à la sortie. etc.... 

    Découvrir la fin de la saison en réservant une table aux Jacobins, et apprendre sur le tas la meilleure façon de ruiner la réputation d'une bonne table : éviter soigneusement d'amener les couverts par leur manche, mettre le doigt dans le pain servi dans une corbeille métallique pourtant pourvue d'une petite anse, faire valdinguer les assiettes pleines sur la table, apporter les  verres à eau et les jeter sur la table tout en tournant les talons, 2 gestes simultanés pas facile à réaliser. Que faire ?

    Finir, sans état d'âme  le déjeuner chez Célestin où un délicieux far aux pommes nous fait oublier le pruneau en basket rouge qui nous a servi incompétence et grossièreté à la sauce jemenfoutiste.

    Et avant de faire le gros des courses pour s'alimenter comme d'habitude, (et diminuer la  budget resto) emporter les canellonis, les lasagnes ou les charcuteries du Sapori d'Italia. La dolce Vita  !

     

    Ma ville... de petits riens

     

    Dolce Vita à prolonger en poursuivant la découverte de notre virtuelle ville via les "poétiques", dans la liste des blogs d'ici,  colonne de gauche. Les fragrance de Magali, les élégantes réflexions d'Anne Marie la galeriste, les pensées buissonières de Christian Pastre qui nous rappelle par exemple que : Nous ignorons à quel point nos nuits sont précieuses. La plus grande partie est une rassurante préparation à la mort et, dans les rêves, nous expérimentons la liberté de faire n'importe quoi.

    Dans la vie aussi, nous sommes libre d'expérimenter un peut tout. Comme par exemple, pour rester dans la note commerciale,  ce rêve de 2 minutes de nos commerçants adorés :  Ah, pouvoir renouveler sa garde robe chez Labau !!!!

     

     

    Et pour finir, Petit clin d'œil à la divine Sandrine, qui bientôt, très bientôt, nous dévoile une parcelle de sa nouvelle vie dans les larmes du bonheur, court métrage réalisé par Maryline Planche, actuellement en cours de montage et qui sera en avant première en fin d'année. Où ? A suivre ICI !

    Linda dolce vita !

     Ma ville... de petits riens mignons

        

    Bonne semaine à tous !

     ------------------------------------------------------------

    Nota bene : vous l'avez remarqué, je vous sais très attentif (!!!) les créateurs du collectif AICI étant très occupés, le site ne sera pas actualisé de sitôt, ce dont m'a informé une de leur rédactrice. Je l'ai donc enlevé de la blog roll (trop déçue, une vague histoire d'amour inachevée, on sait toujours pourquoi on a aimé,  etc. ...) mais le lien est toujours le même : AICI. Allez voir, c'est du beau travail qui s'inscrit tout droit dans  la mémoire locale ! Et pour le plaisir inépuisable de la lecture, l'article de Viviane Thivent, ICI. On ne s'en lasse pas !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Saison 4 ?

     

    Pas de chance ! Le producteur et le réalisateur se sont pacsés et se sont tirés avec la caisse au Panama. Il n'y a donc pas de saison 4 pour l'instant.

    Cela n'empêche pas les mêmes figurants, et intermittents de continuer le spectacle. Celui de ce soir a d'ailleurs été rapide et tout à fait ordinaire;< Le journal d'ici vous en fera un compte rendu fadasse et sans saveur, avec une vague pointe de parti pris. Ce sera toujours ça de pris !

    Mais voici, à la place,  un conseil municipal filmé en France, même rituel, même objet, mêmes élus interchangeables. Pour n'être pas trop dépaysé, j'ai choisi une ville des Bouches du Rhône, l'autre sud. Cela nous évitera  d'entendre parler pointu et de nous mettre en rogne*

     

     

    Si la ville de Narbonne mettait en ligne les vidéos des conseils municipaux, nul doute que nous prendrions parti en toute connaissance de cause, sans prêter l'oreille aux cabales de toutes sortes. Et nous serions responsables de notre parti pris. A Rognes en tout cas, les élus sont invités à éteindre leur portable, ce qui n'est pas le cas à narbonne où l'on voit Jacques Bascou jouer au crush candy pendant la réunion et se réveiller soudain, l'oeil hagard, effaré, se mettre à battre des jambes dès qu'il est cité !!

    Vous n'avez pas 2 heures à consacrer à un C.M étranger ? Qu'à cela ne tienne ! Voici une  seconde vidéo, beaucoup plus courte, qui nous donne un aperçu du futur de Narbonne. A mon avis ça ne fera pas beaucoup de changement : Ils racontent déjà les mêmes craques que les adultes...

      

      

     

    * Elle est facile, celle là !

    Au moment ou j'écris ce pseudo billet, 531 personnes ont visionné ce conseil municipal. Imaginez 531 personnes présentes, sur place, les élus fileraient doux.... Enfin, peut être !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique