• Crimes et botanique

     

    Pourquoi la beauté appelle t-elle si souvent la barbarie ? On peut se poser la question lorsque l'on observe la façon dont sont traités les arbres un peu partout et ici en particulier. Aucun respect, aucun amour, aucun savoir, le végétal n'est pas assez dynamique pour qu'on le cajole. Et d'autant moins que ceux qui s'en occupent le font pour un salaire. Pas assez élevé apparemment !
     

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique

     

    Crimes et botaniqueCrimes et botaniqueCrimes et botanique

    Résultat : négligés, non rebouchés, ces trous ne sont plus que  porte d'entrée pour le nouvel ami du platane, et peut être aussi le  nouvel allié des décorateurs de la ville, le chancre coloré, et tous ses petits copains.

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique

                                     port naturel du peuplier,                          port narbonnais du peuplier

    Ici on élague en étêtant. Plus rapide ! Là, on a taillé l'Albizia du pont de la liberté. Liberté de la tronçonneuse. Le charme du lieux disparaît instantanément. Je le constate froidement et me demande : pourquoi des tailles aussi sévères, pourquoi changer le port de cet Acacia ? 
     

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique

     

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique

     

     

     

     

     

     

     

     L'urbanisme fait encore mieux que le jardinier. Le long de la rue de Lyon par exemple, la construction de logements justifie la barbarie. Le promoteur estime que les futurs résidents ne seront que des miséreux qui n'auront donc besoin ni d'arbres ni de beauté. Faut pas déconner : Cyprès : 0 - logements A- sociaux : 1 ! On coupe tout !

     

    Crimes et botanique

     Des cyprès, de l'ombre, du charme, des habitant biodivers

    Crimes et botanique

    plus de cyprès, plus d'ombre, plus de biodiversité, et une future mêlée sociale

     

    Il faut dire que tant qu'on pourra replanter, on coupera. Et alors que l'on sait faire ceci, on préfère faire cela, pendant qu'on nous parle toujours de coût : 

     

    Crimes et botanique

     Ceci : une jolie mise en scène

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique

    Cela : parking de St Bonaventure : un goudron parfaitement réussi !

    C'est ainsi un peu partout dans la ville : le jardinier a définitivement fait  le choix de la facilité, et de la laideur. Et quand il coupe, il ne remplace pas. Trop fatigant ! Onéreux !

     

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique 

     

    Qu'adviendra t'il de celui là ? sera t'il redressé à temps ou attendra t-on qu'il soit une gêne pour les voitures pour le couper ? Ah, excellente réponse quelques jours plus tard ! C'est du beau travail ! Il y a donc de l'espoir !
     

    Crimes et botaniqueCrimes et botanique

     

    Espoir ténu quand même. Tout cela nous coûtera cher : on ne compte plus le nombre de pauvres gens allergiques à tout, et même au soleil pour certains (les pauvres ! ) Moins il y aura d'arbres dans la ville, moins il y aura de bien portants. Plus  il y aura de laideur, et plus les esprits sombreront dans la laideur. Un jour, on élaguera les jardiniers eux mêmes.

     

     Un grand merci à Anne Sarda pour ses précieuses observations.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    <embed src="http://mypicpals.com/slideshow.swf"
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     

    L'hiver, malgré leur tronc quasi argenté,  on peut les confondre avec n'importe quel arbre nu, et l'été, avec n'importe quel autre arbre feuillu. Quand on ne les connait pas... Mais au printemps, alors là,  leur singularité saute aux yeux. D'étranges fleurs apparaissent, aériennes, toutes en finesse, minuscules, provocant l'étonnement. Ce sont elles d'ailleurs, qui permettent leur identification. En grappes vert jaune, elle ressemblent à tout ce que l'on veut, sauf à des fleurs.

    Nos 3 mousquetaires vivent tranquillement au pied de la villa Saint Eutrope  et illuminent le delta de la rue Bonnel,  entourés de voitures, de bennes à ordure, de chats. Admirons les sous toutes les coutures, ils sont toujours parfaits, ces Érables Negundo, ces Érables à feuilles de frêne !  On l'a échappé belle ! Sans eux, le lieu serait affreux !

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     

     les 3 mousquetaires

     

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     fleurs en grappe

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     

     les 3 mousquetaires les 3 mousquetaires

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique