• Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     

    L'hiver, malgré leur tronc quasi argenté,  on peut les confondre avec n'importe quel arbre nu, et l'été, avec n'importe quel autre arbre feuillu. Quand on ne les connait pas... Mais au printemps, alors là,  leur singularité saute aux yeux. D'étranges fleurs apparaissent, aériennes, toutes en finesse, minuscules, provocant l'étonnement. Ce sont elles d'ailleurs, qui permettent leur identification. En grappes vert jaune, elle ressemblent à tout ce que l'on veut, sauf à des fleurs.

    Nos 3 mousquetaires vivent tranquillement au pied de la villa Saint Eutrope  et illuminent le delta de la rue Bonnel,  entourés de voitures, de bennes à ordure, de chats. Admirons les sous toutes les coutures, ils sont toujours parfaits, ces Érables Negundo, ces Érables à feuilles de frêne !  On l'a échappé belle ! Sans eux, le lieu serait affreux !

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     

     les 3 mousquetaires

     

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     fleurs en grappe

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

    Inconnu à identifier les 3 mousquetaires

     

     les 3 mousquetaires les 3 mousquetaires

     

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Asparagus que fais tu là ?

    Dans la Clape, et dans toute la région méditerranéenne, pousse l'Asperge sauvage, délicieuse plante très courue pour ses... asperges. Elle a beau tenter de se cacher, de ramper sur le sol, les amateurs la trouvent toujours. C'est qu'elle a beaucoup à offrir.

    L'Asparagus acutifolius, à cause de ses petites feuilles acuties, aiguës, et un peu piquantes, de ses rameaux flexueux (quel joli mot !) i.e. qui poussent en zig zag, présente une silhouette si élégante, si aérienne et d'une telle finesse qu'elle  provoque l'admiration et la créativité, notamment en matière de décoration florale. Associez la à un lys blanc ou un Arum rose, et vous serez convaincus.  

     

    Asparagus que fais tu là ?Asparagus que fais tu là ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

    En septembre, elle s'orne d'une multitude de petites fleurs blanches au parfum de miel,  très courtisées par les abeilles.

      Asparagus que fais tu là ?

     

    Et voici les fruits :  d'abord verts, puis noirs - on les appelle des haies - et cAsparagus que fais tu là ?ontiennent une à deux graines destinées*, bien sûr, à perpétuer le cycle, pour qu'au printemps, la fête de la cueillette recommence, et que la famille des Aspagaracées croisse et se multiplie à la surface de la terre sèche, aride ou sablonneuse qu'elle affectionne. Et elle ne s'en privera pas, dioïque qu'elle est : la douce union de fleurs mâles et femelles  ne peut qu'être bénéfique, pour notre plus grand plaisir gustatif.

      

     

    Asparagus que fais tu là ?

    Car on va dans la clape, non seulement pour admirer le port de l'asparagus, , mais pour cueillir ces pousses nommées turions, qui constituent l'asperge elle même. Que vous les engloutissiez en rentrant ou les congeliez pour plus tard,  vous êtes sûrs de vous régaler et d 'ingérer vitamines A et B en quantité.

      

    Asparagus que fais tu là ? Asparagus que fais tu là ?

     

     Alors, tous aux asperges ! Il y en a encore...

    Asparagus que fais tu là ?

     

    Asparagus que fais tu là ?

    On retrouve la célèbre omelette aux asperges  sauvages jusque sur Google Images !

     * ingérées par les lièvres et autres lapins, les graines rejetées et dispersées germent et donnent une nouvelle plante. Oui, c'est un peu caca !

    Sources images : planche botanique : télabotanica - Omelette : Google images

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Rendez moi mon ami !

      Flèche rouge : pin récemment assassiné

     Ils étaient 12 compagnons, tous très beaux, et, plantés en 2004, ils ont constitué la plus parfaite des réalisations de la ville. Ils ne sont plus que 11 maintenant. L'un deux a brutalement disparu durant mon absence. Le choc a été si violent ! A la place de mon pin préféré, vous savez, celui qui penchait si délicatement vers l'accueil pitchoun, un vide ! Non, que dis-je, un moignon sanglant, une victime sacrifiée. Sauvagement coupé par la main de l'homme ( Nous sommes à peu près certains que ce n'était pas une femme)

    Mais que s'est il passé ? Le pin s'est il cassé sous  l'action du vent ? Aucunement. Le pin sait résister. Le vent et les pins savent faire bon ménage sur la place. Gênait il la circulation ? Ah voilà ! Il gênait les camions de livraison, il penchait trop pour être conforme, pas assez droit pour l'urbaniste !

     Rendez moi mon ami !Rendez moi mon ami !

    Le principe de précaution, ce sournois, cet inintelligent, ce destructeur d'initiatives, a encore frappé. Au lieu de réaliser un exploit, de faire preuve d'amour et donc d'imagination, d'entreprendre une tentative de redressement sur 2 à 5 ans, de réparer, on a préféré couper bêtement. Que sont ces jardiniers qui ne jardinent pas ? Des assassins ? Des sans âme ? Des qui plantent des arbres en bétonnant leur collet ?

    Après le Magnolia du moulin du gua, le Cèdre du parc de la Révolution, le Saule pleureur de la passerelle entre deux villes, voilà qu'on me coupe encore un arbre, comme ça, pour rien.

    RENDEZ MOI MON ARBRE !

      

    Rendez moi mon ami !Rendez moi mon ami !Rendez moi mon ami !

     

    Haubaner, oui on peut essayer.  Réparer oui, pourquoi pas ?        Couper ? Non, c'est nul !

    J'attends de voir quand un autre arbre sera replanté, pour remplacer celui qui ne contribuera plus à la magie de la place Bistan. Sinon, je préparerai une petite pétition.

     

    Rendez moi mon ami !

    Rendez moi mon ami !

    Rendez moi mon ami !

    Rendez moi mon ami !

    Rendez moi mon ami !

      

     Je suis très triste. Mais Sir Antony mène l'enquête, ICI. On trouvera les coupables !


    Source image pin haubané : Arbres en feuilles

     

      

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique