• Dans la ville d'Elche écrasée par la chaleur, le Huerto del Cura,  (le verger du curé), jardin artistique national, offre sur un peu plus d'un hectare,  sa fraîcheur, sa  lumière, cette lumière que l'on ne voit que là où la verdure joue avec le soleil.

    Ce jardin est une véritable merveille : une grande variété de palmiers, de cactus, de plantes rampantes et grimpantes, d'espèces méditerranéennes, et même du Japon, ont été vues, admirées, visitées par les plus grands, comme Rubinstein, ou Sissi, l'impératrice d'Autriche. Et nous. Qui le parcourons, l'esprit en goguette,  le pied léger et flâneur, le cœur submergé par la beauté...

      

    Un jardin botanique

     

    Un jardin botanique

     L'entrée du jardin artistique

    Un jardin botaniqueUn jardin botanique

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

    l'impératrice Sissi et son palmier impérial* à 9 troncs

     

    Un jardin botanique

     

     

    Un jardin botanique

     

    Prononcez : échinocactus grusonii et non : coussins de belle mère 

     

    Un jardin botaniqueUn jardin botanique  

    Ombre et lumière  

    Un jardin botanique

    en éventail

      

    Un jardin botaniqueUn jardin botanique

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       

         Le tronc des amoureux                                                                            un stipe de palmier réparé

      

    Un jardin botaniqueUn jardin botanique

     

     

     

     

     

     

     

     

     Détails étranges, troncs mystérieux

      

    Un jardin botanique

      Toutes les villes devraient avoir un jardin botanique.

     

    * photo palmier impérial : jardin Huerto del Cura

    Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  Le mouvement des palmes dans le vent 

     

    Tel un plumeau de soie dans la brise, herbe géante, d'une tranquille élégance, le palmier élève notre esprit à la sérénité,  le berçant à des hauteurs qui avoisinent les 30 mètres. Le cœur s'apaise, attentif au bruissement du feuillage, que l'on n'entend pas, tandis qu'une palme folle tourne sur elle même.

      

    Les palmiers sont nombreux ici, à Elche, plus de 200 000, depuis plus de 2500 ans ou plus croit on, et forment une palmeraie continuellement entretenue par l'homme et par le  renouvellement des individus, qui peuvent vivre jusqu'à 300 ans.  Leur beauté atteint au couronnement,  puisque depuis l'an 2000,  ils  constituent un patrimoine mondial, consacrés par ce spécialiste nommé Unesco.  Leur élégance  confère à cette ville, héritière d'Arabes éclairés,* un cachet unique.

     

     

    L'élégance du palmier

     source photo : visitelche.com

      

    L'élégance du palmier

     Dans le campo environnant, des palmiers dattiers (Phoenix Dactyliféra) à gogo. 

    Quelquefois garrotté, encapuchonné, il voit blêmir ses palmes  à l'abri de la lumière, prenant la couleur de l'ivoire, puis transformées en objets votifs ou allégoriques pour la procession du dimanche des Rameaux, rendant ainsi gloire au Créateur. Il a l'Elégance morale !

    L'élégance du palmierL'élégance du palmier

      

      

      

     

     

     

       L'élégance du palmier

     

      

      

      

      

      

      

    Autre  élégance, sa capacité à se jouer du feu :  car la sève circule en son cœur, au centre du stipe, qui est son tronc. Sa croissance se fait par le haut, en ligne droite vers le soleil, via un  bourgeon terminal, nommé chez certaines espèces cœur de palmier, qui très prisé des humains, joyeux prédateurs que nous sommes, signe son arrêt de mort une fois coupé.

     

    L'élégance du palmier

     Troncs noircis par le feu, palmiers toujours debouts. (ici Corypha umbraculifera)

    Sophistication finale : le palmier, arbre de vie, en ses 2800 déclinaisons, accompagne l'homme qui réside sous ses palmes  dans toutes ses activités : alimentation, médecine, artisanat, construction, décoration, etc...... Quant à celui qui vit sous des cieux plus froids, il lui inspire le désir d'évasion et de paradis propre à tout homme qui grelotte sous les caducs...

    Joli Palmier, on t'aime à tous les coups !

     

     

     

    * Aux  Phéniciens, aussi élancés que les palmiers,  revient la gloire d'avoir fondé cette palmeraie  2500 à 5000 ans en arrière

    * Les Arabes installent un système d'irrigation vers le 10è siècle  et améliorent la production, la plantation et l'agencement de la palmeraie.

    Plus d'info sur le site de l'Unesco

    L'élégance du palmier

    statuettes phéniciennes : Google images

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Les gargouilles veillent...Les gargouilles veillent...

     

     

     

     

     

      

     

     

    ... sur le prince du lieu. 46 ans et toutes ses feuilles ! Le Yucca trône au centre du cloître , conférant un air exotique à la cathédrale et au palais des archevêques et fait la nique aux cyprès et aux buis taillés. Ce n'est pas lui qui sera tondu ainsi !

     

    Les gargouilles veillent...

      

    Des troncs comme des pattes d'éléphant, (il s'appelle yucca elephantipes, tiens donc !) qui ridiculisent les jardinières à ses pieds, des feuilles comme des bouquets d' épées, c'est un mâle, car jamais il ne fleurit. Je le crois du moins, ne l'ayant jamais vu paré de hampes blanches et parfumées. Comme tout anachorète, il a choisit la solitude, le calme et le silence mais pose sans fin pour les touristes et les promeneurs. C'est un austère  bellâtre, un beau gosse végétal, un faussement  monastique. Bien à l'abri dans son écrin de pierre, il ne craint rien : ni le chaud, ni le froid, ni le vent. Et avec son petit air de ne pas toucher à l'éternité, il est là pour durer.

      

    Les gargouilles veillent...Les gargouilles veillent...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et c'est ainsi que le Mexique s'invite au palais des archevèques : Tortilla et Foi se rejoignent ici !!!

      

    Les gargouilles veillent... Les gargouilles veillent...

     Les gargouilles veillent...

     

    Les gargouilles veillent...

    Les gargouilles veillent...Les gargouilles veillent...Les gargouilles veillent...

     

     

     

     

     

      

    A admirer avant la prochaine fermeture des lieux pour travaux de longue durée. (le cloître est tout défoncé il faut le rajeunir)

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique