• Pépé raconte une histoire...

    Pépé raconte une histoire...Pépé raconte une histoire...

    Nous avons (presque) rencontré le gaillard, sémillant septuagénaire et tout récent président du Parc Naturel Régional,  qui a bien voulu répondre à nos questions, à nous le peuple qui ne comprend rien à rien.

    Alors Bernard Devic, vous êtes président du PNR, vous êtes content ?

    Oh oui, je suis super content ! Je viens de recevoir un super joujou. Avec un groupe de copains, un gouvernement que j'ai créé, on va jouer à construire des cabanes, à couper des arbres, tailler quelques haies, c'est un parc, on va jardiner.

    A quoi sert le PNR ?

    Je ne sais pas encore ! mais on explore des pistes. On mettra des panneaux pour indiquer que là c'est le PNR, et à côté non. La départementale 6009 va devenir une véritable vitrine

    Comment cela ?

    La route on va la rebitumer, pour que les 4x4 ne soient pas trop secoués, qu'on puisse rouler confortablement quoi.

    Quelles sont vos ambitions, si vous en avez ? 

    L'économie. L'économie. L'économie, avec un L majuscule :  L'Europe va donner de l'argent. On veut devenir des outils parce que l'agriculture, l'environnement et tout ça, ça a besoin d'outils. On va ajouter de la valeur ajoutée à l'ajoutée valeur. Avec l'argent on fera disparaître les derniers acteurs économiques, comme le CPIE du grand Castelou avec mon prédécesseur, puis on accusera quelqu'un d'autre . C'est un dossier qu'on sait traiter. Ne vous en faites pas, petit, on réussira à le claquer tout ce fric, d'ailleurs ceux qui nous le donnent , comme les conseils général et régional, c'est des copains à moi. Ils sont dans le coup.

     

    Pépé raconte une histoire...

      

    On veut devenir un outil fédérateur sur les dossiers agro environnement ou climatique. Par exemple on peut s'occuper des plages. Mais ça peut être sur n'importe quoi d'autre. On s'en fout en fait ! On répond à vos questions pour vous faire plaisir !

      

                  Exemple d'outil fédérateur

    Oui mais concrètement, qu'allez vous faire ?

    Eh bien d'abord, on va se faire plagiste. C'est pas mal comme job saisonnier. Le gouvernement est d'accord. Ensuite on se fera agent de la circulation. C'est ce que demande le gouvernement. C'est pour cela qu'on va refaire la route. Dossier important. Pour faire une vitrine. Pour aller à la plage. Ça interfère l'économie. Il nous faudra quelques années pour définir des pistes. Ensuite, le territoire va devenir un levier de valorisation avec des actions.

    Pépé raconte une histoire...

    Pépé raconte une histoire...

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

    Modèle Devic de levier de valorisation économique d' actions                          Plagiste interférant avec l'économie

    Le canal de la robine n'a pas été curé (à Narbonne en tout cas) depuis plus de 4 ans. Avez vous des projets à ce sujet ?


    Des projets ? Oh, on inventera bien quelque chose. Figurez vous que le PNR a déjà calculé qu'il se perdait 1 million de mètres cubes d'eau par an. A cause du Canal. De l'eau sale en plus ! Tout ce gaspillage. Il faudra peut être l'assécher ce canal. On fera une route à la place. Mais tout cela se fera petit à petit. Rendez vous en 2020. Ou plus tard... Ou jamais !

    C'était l'interview de  la France vieillissante :  cool, cool d'être un pépé !

    Le véritable article dans le journal d'ici du samedi 4 octobre. Traduction libre !

     Source images : Google images

      

     .... Pendant que la génération  2014 travaille

     

    Pépé raconte une histoire...

     

     

     

     

     

     

     

     

    Marie Noelle Garbay élue à l'unanimité au comité directeur de l'hôpital de la ville. La santé des narbonnais, pfft ! Voilà une terre sur laquelle ne chassent pas les sbires de j'aime Narbonne.

    Revendiquer l'exécutif : la ville centre qui finance beaucoup ( 78%, ah ces chiffres !) le fonctionnement de l'agglomération du grand narbonne, doit obtenir un droit de parole qui pèse dans les orientations de la dite agglo et non se contenter de commissions communautaires consultatives. Et pour cause, le fonctionnement de cette agglomération est incohérent :

    Logements sociaux (98% à Narbonne) gérés par le maire de... Bizanet,  Mirepeisset, Tombouctou ?

    Finances gérées par le maire de Ste Valière (500 habitants). Mais c'est ou ça ?

    Transports gérés par le maire de Marcorignan : 2 lignes de bus à tout casser

    Président de l'agglomération : maire battu, champion de l'immobilisme.

    Géré par Narbonne, ville principale de l'agglomération : rien du tout. ça mérite la guerre...

    Les élus au travail doivent avoir une obligation de résultat. Nous sommes sûrs d'avoir le maire durant 6 ans, mais les élus peuvent être interchangeables ?  Mesdames, Messieurs les élus, nous, électeurs, vous avons à l'œil. Une campagne de communication sur leur travail aura lieu dans les prochains jours. Gare aux heures de colle !

    Et que :

     

    Le métier sur l'ouvrage : en 6 mois, 15 vices présidences créées, 2 postes de conseillers communautaires délégués (pour les copains) inventés, un poste de directeur de cabinet de Bascou , du bla bla, pour un corps en péril dont les finances périclitent et annihilent tout espoir de développement de quoi que ce soit.

    Dans le poulailler : effaré en 2008 de découvrir "des failles dans les finances de Moynier", ce banquier Ortiz, 11ème sur la liste optionnelle des élections de mars,  s'accommode tout à fait d'un poste honorifique de conseiller communautaire délégué. Payé à ne rien faire, (évaluation des politiques publiques, on en a plein la bouche mais on va tout recracher), il n'a encore traité aucun dossier, ni participé à aucune délibération. On dirait Goupil. En tout cas il est dans la place. Et il croque !

    Souvenirs de Monsieur Détail  2008 : Autant de microdécisions (à propos de la création d'une fanfare de senior) qui illustrent une méthode : le changement par le détail. " On ne supprime pas, on remplace ", résume Guigue. Il a parfaitement intégré la philosophie de Bascou.  (l'Express 2008, sur l'arrivée de Bascou à la municipalité.)


    Pépé raconte une histoire... Mais aujourd'hui, point de détails : les j'aimenarbonneux travaillent à plein temps comme pigistes, occupant fermement la presse, 7 jours sur 7, page 1, page 2 ou page 3. De vraies pipelettes de Narbonne !

     

     

     

    Pépé raconte une histoire...

     

    sources images : logo j'aime pas Narbonne : Facebook "j'aime Narbonne je dis basta communauté"

    oui oui : Google images

    « L'Oeuvre et la flammePrécis de décomposition »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :