• Sur le boulevard, les feuilles tombent

    Sur le  boulevard, les feuilles tombentÇa sent terriblement l'automne ce matin sur le Boulevard 1848. C' est certainement le plus arboré de la ville : des platanes des deux côtés du trottoir, et des pins au milieu de l'allée centrale. Je voulais compter les arbres, mais j'ai oublié. Une autre fois.

    Un boulevard propre, soyeux, (je n'ai pas vu une seule crotte de chien à l'aller comme au retour) des médecins tout le long, une salle de gym, un bureau de poste, un fleuriste  et un atelier de prothèse dentaire qui a l'air d'une patisserie pleine de cupcakes. Mais pas un seul café ou restaurant. C'est un boulevard plutôt résidentiel, animé par l'alternance de petites maisons et d'immeubles.  Les kakis mûrissent, les pins friment, les platanes perdent leurs feuilles. Il a du cachet ce boulevard, et un air si tranquille ! Et quand il débouche sur le bd 1830, hop, on fait demi tour et on regarde tout dans une autre perspective. J'habiterais bien là, moi, sous les arbres....

    Sur le  boulevard, les feuilles tombent

     

    Sur le  boulevard, les feuilles tombentSur le  boulevard, les feuilles tombent

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le  boulevard, les feuilles tombent

     

     Sur le  boulevard, les feuilles tombent

     

     Sur le  boulevard, les feuilles tombentSur le  boulevard, les feuilles tombentSur le  boulevard, les feuilles tombent

     

    Sur le  boulevard, les feuilles tombent Sur le  boulevard, les feuilles tombent

     

    Sur le  boulevard, les feuilles tombent

     

    Sur le  boulevard, les feuilles tombent

    « Magicien inattendu, profanes envoûtésDonc, dans le terrier, du rififi »
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :