• Résolution N° 1 : spik ingue gliche

     

    Résolution N° 1 : spik ingue glish

     

     petit blanc, petit nègre, intersabirisation globale ?

      

    Un concours de pêche au bord de la robine ? Voilà les journaleux qui nous annoncent du street fishing (en oubliant le benchmarking bien sûr) ! Vous aimez les sport nautiques ? Vous savez alors ce qu'est le flybord, le jet ou le kitsurf,   adeptes du  snorkeling que vous êtes. Les majorettes font dorénavant du twirling, et se rebaptisent d'ailleurs pom pom girl. Et qui s'intéresse à la mercatique aujourd'hui ? Si vous ne prononcez pas marketing, zêtes pas dans le coup. Not on the go. On n' éclate même plus  de rire gauloisement,  on dit  lol ! (avec l'accent français quand même, faut pas rêver)  Et tutti fuck quanti  !

     

     

    Cela date de l'après guerre : même à l'époque ou les versions française des films américains traduisaient FBI par F Bé I et non F bi aye, l'anglais envahissait déjà sournoisement le langage vernaculaire. Marcel Aymé, résistant linguistique de la première heure, écrivait souitecheurte, bloujine, coquetèle, etc... mais c'était sans compter Erasmus, les méthodes américaines "mondialisantes" des entreprises, les séries télé et le snobisme des masses qui balayèrent impitoyablement ces tentatives de survie. 

    Aujourd'hui tout le monde bredouille peu ou prou l'english qui fait résolument partie de notre quotidien, et si vous ne comprenez pas ce qui est écrit dans les journaux, vous pouvez écrire le vôtre, ou plus simplement, bande de paresseux, vous munir d'un dico et parler l'anglo saxon. A moins que vous n'ayez besoin d'un coach ? Car tous les domaines de la vie sont concernés et les anglicismes se multiplient avec l'accès par tous à la technologie. Liker, smartphoner, uploader , tweeter sont plus usités que péter, ( ne pas confondre péter avec Peter,  prénom anglais qui se prononce piteur),  roter ou voter (qu'on ne dit même plus en privé). Devons nous résister au french basing* ou laisser courir ?

    De plus, témoin les pubs d'aujourd'hui, les conversations ont l'air plus irrésistibles et palpitantes quand elles sont dites en anglais . Exemple :

     

     

    Résolution N° 1 : spik ingue gliche

    1 -T'ai -je parlé du super chemisier que j'ai trouvé l'autre jour aux soldes

    2 - Tu sais quoi ? J'ai perdu du poids finalement

    3 - Il faut absolument que je vous parle de mes dernières vacances

      

    L'homme et le chien, qui ne parlent pas anglais (yaddaient en classe, probablement) sont complètement largués par cette conversation de haut niveau.

      

    Alors pour 2015, et ne pas avoir l'air tarte lors de la lecture du midi libre, apprenons tous l'anglais : Vous voulez vous y mettre ? Voici un cours accéléré (2mn) dispensé par les Deux minutes du peuple : good learning ! (goude leurningue) Interro en fin d'année !

     

     

     

     

    * moi pas savoir traduire, damn shit !

    Source infos : la vie de tous les jours !

    Source image : blogs.silc.fr

    « Horoscope 2015Mort ? JAMAIS ! Puisque je suis Charlie ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :