• Bonnes vacances à tous, amusez vous bien et profitez en bien. Car la rentrée sera magique ... et il faudra être à la hauteur !

       Pulcherrima : Lat. 43.11° N - Long. 3.05° E 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •   

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La riviera narbonnaise.

    Narbonne est depuis longtemps reconnue pour sa beauté, son passé historique, sa position géographique. Les Romains qui l’avaient établie capitale de Rome hors d’Italie ne s’y étaient pas trompés. Pline l'Ancien la décrivait comme une véritable Italie, et Martial, le consul poète célébrait sa beauté en vers choisis.

    C’est pourtant une ville dont on entend peu parler dans l’hexagone, car elle ne propose aucun rendez vous fameux. Elle y résonne cependant avec un écho ténu, mais certain. Car son soleil attire. La preuve, c’est qu’on y note une augmentation continue de la population d’ 1%. 

    Située au bord de la Méditerranée, dans le plus grand vignoble du monde, proche de Toulouse et Barcelone, villes attractives par excellence, on y fait du vin, qu’on boit bien en s’y endormant en toute internationalisation.

    Dénommée Carrefour de l’Europe du Sud il y a quelques années, elle devient une ville où l’on reste de plus en plus. Plus ou moins 54 000 habitants, certaines populations n’étant pas comptabilisées, car plus ou moins visibles et car Schengen oblige.

     

    Lxxn.  AD LIBRUM SUUM. 
    
    Nondum murice cultus^ asperoque Morsu pumicis aridi politus , Artanum properas sequi, libelle; Quem pulcherrima jam redire Narbo , Docti Narbo Paterna Votieni Ad leges jubet annuosque fasces : Votis quod paribus tibi petendum est , Continget locus ille, et hic amicus. Quam vellem fieri meus libellus !

    Lxxn. A son livre 
    Le murex n'a pas encore décoré tes pages ,
    la rude
    morsure de la pierre-ponce ,
    employée à sec , ne t'a pas
    encore donné le poli ,
    cher petit livre j et déjà tu t'em
    presses de suivre
    Artanus. Artanus que rappellent dans
    la délicieuse Narbonne, oîi naquit le docte Yotienus, Fexercice des lois et les devoirs de sa magistrature. Sais-tu deux choses que tu dois désirer avec une
    égale
    ardeur? ce sont :
    un séjour comme Narbonne
    et un ami
    comme Artanus.

     

    Mais qui vit à Narbonne, pourquoi et comment y vivent-ils ?

     

    Le schéma plébéien ressemble à celui de beaucoup de villes françaises. On peut distinguer 4 groupes :

      

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

    source : deux degrés 

     

    1. Les locaux : 30% Narbonnais, nés à Narbonne ou dans les villages environnants. Ou encore immigrés de longue date (espagnols et maghrébins surtout). On les reconnaît (un peu) à leur accent chantant et caressant et si certains se réclament résolument de l’Occitanie, ou du catharisme, voire de la franc-maçonnerie bétonneuse de réseau, c’est parce qu’ils savent qui ils sont.

    2. Les néos: 20 % souvent travailleurs indépendants, souvent csp +, souvent bobos de goche, mais aussi simples salariés qui ont su faire leur trou et leur vie à Narbonne. Ils parlent généralement pointu ou fade et voudraient « que ça bouge plus ». Reprochent à l’autochtone (fort sensé par ailleurs, régulièrement envahis par les touristes) de n’être pas assez accueillant. Très actifs, ils contribuent surtout à l’augmentation des prix de l’immobilier. Restent entre eux, comme à l’étranger. Paraissent de temps en temps dans la presse sous des identités d’instigateurs, de novateurs, et de tout ce qui rime avec leurre. On les aime bien car ils impulsent.

    3. 15% La population à « identité » forte : les gitans et les maghrébins. ¼ d’entre eux sont des Narbonnais de toujours, soit quelques siècles pour certains, ou quelques décennies pour les autres. Souvent surnommés, sur un ton de doute, « ces gens là ». Capables de créer des royaumes entiers de non droit. Paraissent aussi dans la presse, sous des identités d’emprunt et pour des faits généralement sans gloire . Les aime t’on ? S’ils vous acceptent, oui, un peu.

    4. «35% Les migrants, terme générique que l’on peut attribuer aux :

    A) fauchés, qui peuvent vivre du rsa au nord comme au sud : normands, ex parisiens ou du Creusot, ou de Montceau les Mines, ou des Antilles), ce sont également des néos

    B) expatriés tout court, (salariés ou indépendants venus travailler dans le sud ) ou de guerre, ou économique, ou climatiques, ou pourquoi pas Narbonne ? (africains, anglais, américains du nord et du sud, Européens de l’Est, Irakiens etc.) qui font de ce carrefour un endroit d’un cosmopolitisme réel mais très discret et d’un tout nouvel aloi !

    Ils ne paraissent pratiquement jamais dans la presse. Ce sont des gens plutôt tranquilles.

    Et comme dans toute ville qui se respecte, ces catégories restent résolument étrangères les unes aux autres. C’est plus simple de vivre ensemble en ne se mélangeant pas. C’est ce que le gouvernement refuse de comprendre, et il ferait bien de prendre exemple sur Narbonne où l’on vit heu-reux et où l’on se ré-ga-le tout le temps.

     

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     Description rapide de la mentalité locale

     

    Comment vivent-ils ?

    Et bien, vaille que vaille, c’est certain.

    Narbonne est encore une petite ville, pauvre, mais relativement tranquille et agréable à vivre. Bien sûr, tout n’y est pas parfait. Comme partout dans le pays on observe un nombre exponentiel de voiles et de foulards, (identité affirmée) de gens désaxés, (identité perdue) de voitures et de poubelles brûlées, (identité de chaos) ce qui prouve que cette ville marche au rythme du progrès qui permet à chacun d’aller où il veut et de vivre comme il l’entend, libre d’emmerder son voisin ou de le prendre en considération. Banal.

    Tout aussi banal, c'est une ville qui bénéficie d’un nombre raisonnable de supermarchés, de boutiques de fringues, de zones industrielles (sans industrie généralement), d’un centre d’enfouissement des déchets, d’une usine nucléaire, d'une desserte autoroutière, de pharmacies, d’un hôpital, d’une clinique, de maisons de retraite, de tennis, d’un golf 18 trous, d’un aérodrome, d'un hélidrome, de centres d’équitation, d’une école de voile, , d’un espace de co-working, de 2, 5 musées, d’un tas d’école, d’un festival d’archéologie et de cerf-volants.

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

    Trésor sur le mur du cloitre de St Sébastien

     

    Globalement, les gens sont plutôt heureux de vivre ici, même si ceux de la périphérie évitent le centre ville. A la question : pourquoi vivez vous à Narbonne ?

    65% ont répondu : pour le soleil, parce que j’adore la mer, et on est pas loin de la montagne !

    Je suis né ici et j’y suis bien (15%)

    C’est une petite ville à taille humaine, on se sent en sécurité, il ne s’y passe jamais rien à (5%)

    Je suis venu bosser et je suis resté, ce n’est pas mal ici mais je n’y resterais pas toute ma vie ( 8%)

    3% ont répondu : ben… comme ça !

    Ils manquent 4% à qui il n’a rien été demandé. Des estrangeros…des diasporés, des qui sont bien partout.

     

    En une chanson, tout sur Narbonne : vedette locale exprimant son amour pour sa ville , ce qui permet à la rédaction d'ignorer le sujet rugby (très très très très important ici) pour cause de souffle au cœur. Nous pouvons quand même signaler que  les championnes de France de Rugby sont Narbonnaises ! hip hip hip ! hourrah !

     

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     Championnes de Rugby

    A Narbonne donc, les gens vivent bien. Pauvrement pour 85% mais raisonnablement heureux. Et si vous n’avez pas de voiture, vous pouvez en faire le tour, à pied, à midi comme à minuit, ça reste relativement cool. Pour l’instant ! Ses petites rues sont charmantes, ses bâtiments intéressants et plein de surprises. Et même si on installe de plus en plus de caméras de vidéo protection surveillance, ce qui parait de mauvais augure, c’est juste parce que nécessité fait loi. Ou l’inverse !

      

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Que faire à Narbonne ? 

    On peut tout faire ici, sauf peut être trouver du travail. Ci-dessous, un bref aperçu en images de ce que peut être la vie à Narbonne et ses alentours, sans lesquels elle ne serait rien.

     

     

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     

     

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le vent  : c’est la grande affaire de la région, soit il vous rend fou (parait-il), soit vous l’adorez. il faut savoir qu’il ne pleut pas souvent par ici, ce qui peut désespérer ceux qui aiment la pluie. Mais il reste le Cers, une merveille de créature qui vous booste à longueur d’année et chasse les idées noires. Ou blanches. Qu'il soit marin, du nord, de l'ouest, Il fait la joie des véliplanchistes, des kite surfeurs et de tous les aficionados du vol, purifie l’air, défait constamment brushings et coiffures, soulève les jupes, et favorise la pollinisation !  

    La clape et les corbières

    Narbonne est un joyau, certes. Je vous passe les côtés historiques, géologiques ou physiques des lieux mais quand on peut se croire par endroits en Toscane, ou dans les Mornes des Antilles, ou fugitivement au Japon, face au paysage estampé par la brume dorée du couchant qui, dans le lointain, bleuit les Pyrénées et irise la mer, quand on respire le parfum du buis qui grille sous le soleil, les fragrance du romarin, du thym, du genévrier ou de la myrte, celle de la mousse qui cache les champignons, 

    Quand la daube de sanglier ou le loup fraichement pêché vous ravissent les papilles, et ne parlons pas des vins, plus de 25 appellations AOC rien que dans la Clape où les routes sont bleues ou vertes, que les châteaux et vignobles s'enfouissent au pied des falaises, que les brûlages de fin de journée vibrent dans une lumière si douce, si pure, que la  ville est la maison où on peut encore rentrer tard de soirée en toute tranquillité, on se dit : oui, ici, c’est une bonne petite ville.

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sur le plan économique, passons sur la pointe des pieds sans nous faire voir car nous ne sommes pas embauchables : ici, l’argent tourne en boucle, en circuit très très fermé. On déjeune chez la copine, on dîne chez la tante, on s’assure chez le copain, et on va danser chez le cousin. Une économie très très famille, qui confère un charme tout féodal à la région.

    Sur le plan politique nous avons une équipe municipale délicieuse et une opposition charmante. Narbonne a tout d’une grande. Les débats y sont vifs et fructueux, la gestion de la ville fait l’unanimité et son contraire. Nous ne nous y attarderons donc pas !

    Sur le plan culturel : Bon, il ne faut pas trop espérer de merveilles. On est au pays de la sieste et non de la frénésie culturelle, ce qui est bien plus sain pour le mental. Bien sûr nous avons des associations et des individus qui tentent de faire des choses, mais peu sont durables à Narbonne : le vent balaie tout sur son passage !

    Les retraités peuvent compter sur nombre de conférences et de vernissages, les jeunes peuvent profiter d’un espace sympa pour s’ébattre, que ce soit sur l’eau ou sur terre, et d’une scène musicale plutôt dynamique dans la région, mais l’auteur de ce billet n’y entend rien… pour cause de surdité.

    Des personnages qui sortent du lot (choisis de façon parfaitement neutre et aléatoire par ordinateur) et savent fédérer tous les types de population sans parti pris d’élitisme. 

    Citons tout particulièrement Lise Alvarez, créatrice du wiki narbonne, un site super complet sur la ville, ce qui n'est pas rien, Stéphane Kowalczyk, Anne Marie Jaumaud, créatrice de la première vraie galerie de la ville,  Guy et Sandrine Montagné, créateurs du premier café théâtre, J.F.R. auteur anonyme de chroniques touristiques hilarantes, Benoit Perez, fondateur de  Narbonne solidaire,  Marc Azéma créateur du festival d’archéologie. Bien entendu, qu’ils soient auteurs, ou animateurs, ou créateurs, ils sont nombreux dans notre agglomération : il y en beaucoup, beaucoup d’autres, à vous de les découvrir ou de les faire découvrir ! Et bien sûr, Willow ! 

      

     Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour mieux connaitre la ville :

    • les courses au trésor  en vente à la boutique du palais et les visites guidées à la demande 

    • La marche, le nez en l’air et le regard curieux, ya pas mieux, vraiment !

    • Découvrez notre petite Riviera locale et faites le grand tour vers les îles Planasse, Aute, Ste Lucie sur l' étang de Bages et sur un bateau à fond plat

    •  Découvrez la tombe de Gentille Cohen, notre cantinière napoléonienne et le parc de la Campane

    • Des sites : ils sont dans la blogroll à gauche dans « blogs d’ici »

    • Et bien sûr, à observer, des coutumes qui nous viennent tout droit de la belle époque  et/ou de l’étranger : les bars de plage, les lounges places, les vintages choses, et bientôt les ombrelles, les robes de dentelles et les burkinis à gogo.

    Qu’en disent les visiteurs ? 

    Voici un petit florilège d’avis sincères et spontanés sur Narbonapolis dont voici les sources : ici, et . Je vous invite à les explorer, à en tirer les conclusions qui s’imposent ( comme : alors, combien d’étoiles pour Narbonne ?) puis, éventuellement, à interpeller/féliciter/engueuler vos élus.

     

    Mr ReallyLes points positifs : La ville reste tout de même calme ( même parfois trop ). Bonne géolocalisation proche de beaucoup d'espaces verts agréables. Magasins toujours à proximités. Ensoleillée.

    Les points négatifs : Ville grise avec une constante odeur désagréable et nauséabonde, ville souillée par la présence de merde de chien tout les 100 mètres. Canal de la Robine ( inexistant ou alors totalement caché ou gâché par une triple couche répugnante de déchets en tout genre. Narbonnais, Narbonnaises très peu sociables ( sauf quand il s'agit de rumeurs ou d'histoires débiles ). Sécurité à impérativement revoir, beaucoup de "zones à risques" dû à un regroupement de mongoles sauvages dans un même lieu. Bref Narbonne tant de points négatifs, heureusement ce n'est qu'une ville de passage pour moi et je plains sincèrement les personnes rattachées à ce village sans ambiance ou tout n'est qu'apparence trompeuse.

    Etienne 11 : Les points positifs : La ville est très jolie je trouve avec ses halles, le canal, la cathédrale, les barques, le climat agréable si vous supportez le vent, la clape, la mer à 2 pas, la ville est assez (trop) tranquille, les gens grandes gueules mais malgré tout assez simples et sympas. Je la trouve assez sécurisée par rapport aux autres villes voisines, peu de bandes de racailles malgré tout, mais...

    Les points négatifs : mais une inertie politique terrible, 20% de chômage ne venez pas ici pour faire carrière ! un bout de rocade qui n'est toujours pas fait au bout de 30 ans ! pas d'étudiant donc une ville ou on s'ennuie vite quand on aime sortir sauf l'été c'est vrai. Sachez si ça vous intéresse que le 11 est le 2è département le plus pauvre de France, mais géré depuis la nuit des temps par le PS ceci explique cela. Difficile de se faire des amis mais c'est vrai aussi ailleurs. Ville très embouteillée.

    Narbonnais 21Les points positifs : La ville est agréable pour sa qualité de vie : proximité avec la mer. Possibilité d'aller dans les corbières ou le minervois pour s'aérer.

    Les points négatifs : Le gros défaut reste l'attractivité économique de la ville. Par ailleurs, aucune formation supérieure de qualité.

    Jep 11 en 2014 : Les points positifs : ville très agréable assez jolie, climat magnifique, la clape, la plage à 10 km, au milieu des vignes, propre et assez sure ce qui n'est pas le cas de beziers, carca ou perpignan...

    une des meilleures villes de la région sans aucun doute

    Les points négatifs : très peu d'emploi malheureusement, une pseudo rocade, et pas assez d'étudiant pour animer la ville l'hiver

     Vite reparti en 2014 : Les points positifs : Du soleil, une petite ville jolie avec la Robine qui la traverse.

    La campagne à proximité.

    Les points négatifs : la vie culturelle et économique est proche du néant.
    Les commerçants sont peu accueillants et ferment très tôt et sont peu accessibles
    Beaucoup beaucoup de vent
    La mer n'est finalement pas si proche que cela (et est très froide)
    Les Narbonnais sont souvent repliés entre eux

    Roger : N'écoutez pas les éternels mécontents !
    "Ville très agréable à vivre, malgré une présence "politicienne" un peu lourde, notamment dans les médias locaux."
    Ce que j'aime à NARBONNE "Devenu narbonnais, j'apprécie son architecture, son histoire, les équipements, le climat, la cuisine, le vin, le sourire des gens (quand on sait leur parler) et la nature, avec la proximité de la mer et des corbières..."
    Ce que je n'aime pas à NARBONNE "Le manque de civisme de certains (habitants et touristes) et les témoignages falsifiés = on voit que lydia, qui critiquait la saleté... Et le nettoyage, s'en est aperçue et a republié 2 jours après le même message "corrigé", sous un autre pseudo !"
    (avril 2013)

    Magalie : Narbonne le déclin d\'une ville
    "Narbonnaise depuis toujours je n'aspire plus qu'à unechose partir de cette ville mal-famée. Comme beaucoup l'ont dit le centre ville est sale, plus que bruyant entre lavalse des camions de nettoyage dés 6h du matin, les cloches qui sonnent à 7h30, les cassos qui gueulent dans les rues presque tous les soirs c'est un enfer ! De plus les conditions de stationnement se sont dégradés à un point ou il n'estquasiment plus possible de se garer sans ramasser un pv ! Côté travail vous l'aurez compris narbonne reste sur ses acquis, quelquesnotables se partagent le gâteau les autres crèvent la dalle et ce quel que soitla couleur politique de la municipalité. Les gens se promènent avec des chiens dangereux sans laisse, sans muselière enleur faisant faire leurs besoins au nez et à la barbe des municipaux. Si vous êtes retraité narbonne c'est parfait à condition d'éviter le centre, sinon ville à fuiril n'y a rien ici pour les jeunes !"
    Ce que j'aime à NARBONNE "Tout les alentours les plages, la clape, les étangs, le soleil."
    Ce que je n'aime pas à NARBONNE "La saleté, le bruit, l'insécurité, le chômage, l'inactivité de la municipalité (qui ne répond même pas aux courriers) le manque d'animation dequalité (alors qu'il y en a dans les villes voisines. Bref narbonne a tout faux, complètement endormie le carrefour du sud."
    (juin 2012)

    Conclusion : si vous êtes bien dans votre région, restez y, vous aurez raison et nous sommes déjà bien assez nombreux ici ! Mais si vous voulez venir y vivre, n’hésitez pas, nous partagerons nos trésors et nos pauvretés, puis, nous vous laisserons à vous mêmes. Car nous sommes très occupés à être heureux de vivre par ici, et, même fauchés, à garder la tête et le bras hors de l’eau pour ne pas noyer le vin…

    Et oui, vous l’avez compris : il fait très très bon vivre à Narbonne pour tous ceux qui savent apprécier ce dont ils bénéficient, ce qu’ils ont, l’endroit où ils sont et surtout, la qualité des amis dont ils s'entourent.

     

     

    *1000 Mercis à l’équipe de deux degrés, qui animent le site d’urbanisme le plus fun qui soit, pour l’autorisation d’utiliser leur schéma. 

     Laissons le mot de la fin au très regretté Tignous

     

    Fait il bon vivre à Narbonne ?

     

    Fait il vraiment bon vivre à Narbonne ?

     

     

     

    Source traduction Poème  :   Epigrammes 

    Sources images: cerfs volant : phil taka, copyrith réservé - Rugbyféminines : le journal d'ici

    mentalité locale : piqué sur un facebook, retirable sur simple demande.

    Marc Azema : archéologie culture  cité idéale de Luciano Laura : google images

    Logo narbonne solidaire: sur le facebook

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La première fois.

     

    J'avais 15 ans et lui 29

    Pour la première fois nous étions seuls

    Je savais ce qu'il me voulait

    C'était la première fois

    Je levais la tête

    Il me touchait l'endroit avec ses doigts

    Je retenais mon souffle,

    "j'ai peur", dis-je

    Il me demanda de me soulever un peu

    Je gémissais

    Ça commençait à me faire mal,

    du sang coulait

    Mais je me comportais comme une femme

    Je n'en pouvais plus.

    Je remplissais la salle de gémissements,

    C'était la première fois qu'on m'arrachait une dent

     

    Merci et bravo à : M.R de Bouleternère, auteur - Bol d'air de l'Indépendant du 4 février 2012

                                    à M.C, qui nous a fait découvrir ce texte si évocateur.

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires