• Portel des Corbières, Portel des enfers ?

    Portel des Corbières, Portel des enfers ?

    Une femme disparaît. Il faut la retrouver. L'enquête diligentée va jeter Louis, journaliste retraité et Damand, inspecteur tout neuf à Narbonne, dans une fosse faite de sombres secrets familiaux. En sortiront-ils ? A Portel des Corbières, et dans le reste de la région, le silence, l'inavoué, l'occulte, qui conduisent à l'atavisme perpétuel est le seul mode de fonctionnement.

    Atavisme social-animal, atavisme moral, atavisme politique, caractéristiques d'un monde de larves qui interagissent dans ce livre pour le plus grand malheur de tous. On découvre comment fonctionnent les sociétés en général et la locale en particulier. Fonctionnement par l'avidité, beaucoup, la malignité, passionnément, l'intelligence, pas du tout, avec pour seul guide idolâtré, le vit, ce métamorphe sexuel.

    Dès la première ligne, on est happé dans une histoire dont les personnages sont si bien campés, bien dessinés pourrait- on dire, que l'on croit les reconnaître. Mais, attention, ceci n'est qu'une fiction ! Le texte est beau, documenté, l'intrigue bien structurée, le présent utilisé par moment souligne l'action pour mieux la dramatiser.

    De disparitions en meurtres, de manipulations en révélations, Catherine Becam ajoute son nom à celui de G.J Arnaud, et même, osons le dire, à celui de Dantec dans ses « racines du mal ». Elle nous entraîne là où les ressources de l'esprit s'unissent au mal vouloir et à la force, là où l'on ne peut trouver aucun recours* et signe un premier roman palpitant, angoissant, qu'il faut lâcher quelques minutes pour reprendre son souffle et sa sérénité. Un policier contemporain qui se nourrit d'une réalité sociale pour bien la mettre en scène et nous fait redécouvrir des lieux que nous connaissons bien, mais où nous n'irons plus qu'en prenant un maximum de précautions.

    Un polar pour l'été ? Peut être, on peut toujours se jeter à l'eau pour oublier le possible que décrit Catherine Becam, mais surtout un polar document que l'on peut lire bien à l'abri de sa petite vie tranquille, loin de la plage, loin de la bonne société. Par prudence.

    Malheureusement, le lecteur, avide de justice, reste sur sa faim. Il n'y aura pas de vengeance. Si les victimes survivantes se rédiment par elles-mêmes, les assassins demeurent impunis. Et ça, ce n'est pas normal. Mais c'est souvent ainsi, dans notre enfer planétaire.

    Un roman policier à découvrir absolument, à lire et à prêter à ses amis ainsi qu'à ses ennemis ! Car une femme a disparu...

    Portel des Corbières, Portel des enfers ?

    Le code du silence, publié chez les courageuses éditions TDO et vendu dans toutes les librairie de la ville, sauf celle des Halles, définitivement fermée. 15€

     * Dante - L'enfer

    « Nouvelles Planètes à portée de vueUne maison »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Août 2016 à 08:54

    Un excellent roman policier dont on ne peut se détacher dès la première page... Je ne peux que recommander sa lecture... Le style est incisif, l'histoire haletante et osée !

    Bonne continuation à l'écrivaine...

    Roland F.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :