• Petite revue, comme ça

     

    Petite revue, comme ça

    I - LES DISPARUS

    Petite revue, comme ça


    Adieu chevaux de la police montée, adieu petit passeport pour le XXIème siècle ! De toute façon avec le coronavirus, restons chez nous, dit-on ! Avec 7,31% le petit David Granel a été vaincu par le Goliath électeur Narbonnais, mais aussi par ses errances passées.. Oui c’est un peu facile mais bon.... Péréa n’a pas aidé, la lrem arrière non plus.

     

    Petite revue, comme ça


    10;93% auraient permis à Nathalie Granier Calvet de se représenter. Et non, et c’est bien dommage. Son mouvement compte cependant demeurer une force vive, capable d’initiative «citoyenne» et  destinée à durer. C’est bien.


    Et il y a eu Jordan Perello avec 1,26%

     

    Petite revue, comme ça


    Les gens sont méchants : C’est vrai quoi ! On éradique les insectes et les nuisibles; pas les gens, sauf si on a dans les veines, du sang de génocidaire. Ne jamais jamais souhaiter de mal à un adversaire. N. Delvallez s’est montrée méchante sur ce coup-là mais c’est quand même quelqu’un de bien puisqu’elle manifeste contre l’islamophobie. En tout cas, avec 1,1%, les électeurs, qui se méfient des vrais extrêmes, l’ont écartée de la course. Retour à l’envoyeur : éradiquée soi même !


    II - LES (RE) PARTANTS

     

    Petite revue, comme ça


    Le menacé d’éradication fait 10,39% ! Le blondinet s’étonne de son faible score, probablement dû selon lui, à la malédiction du coronavirus. Son programme, sa personnalité ne sont nullement en cause. Il se représente joyeusement. En s’axant sur le National, un atout idéal en ces temps de désespérance française, renforcée par les coups de boutoirs de hordes étrangères et barbares. Un vrai Don quichotte ce jean François Daraud grâce à qui Narbonne sera désormais internationalement connue ; on le verrait bien semer le bazar au conseil municipal !!


    Les Jean-François sont de gros travailleurs, et ont foi dans ce qu’ils croient être leur mission. Ils ont cependant à maîtriser leur instabilité pour rester calmes et crédibles.

     

    Petite revue, comme ça


    Après un cours sur la proportionnalité donné à Nec, pour rien, l’ombre de Ste Cluque s’est définitivement éloignée des écologistes.
    Les Robines (avec les points sexuels inclusifs là où il faut - vous corrigerez de vous mêmes - et n’ont rien lâché (d’après l’ expression chère aux résistants de tous bords  (koh lantiques, nuit deboutiques, négritiques, etceteratics...) de ce 21 ème siècle de plus en plus confus..
    On se demande, sans vraiment se le demander, puisque c’est la marque de fabrique d’une gauche toujours stratège pour le pouvoir, pourquoi ce retour à ce qu’elles avaient déjà rejeté et avec un score qui leur permettait de se représenter sans problème. Le tout maintenant est de savoir ce qu’elles tiennent vraiment en matière de voix. Ces transactions EELV/PS en auront peut être refroidi beaucoup. Quoique....les Robines sont très plébiscitées et EELV est le vote de secours quand on ne veut pas des autres candidats. On leur souhaite tout de même bonne chance : il serait intéressant de savoir ce qu’est, dans la vraie réalité de la vie, une ville écologique solidaire, et blablabli...et, avec une ethnologue, une journaliste, une médecin, un ornithologue, etc... elles géreront la ville scien-ti-fi-que-ment.

    Les Viviane sont gaies, actives et ambitieuses. Bonnes communicantes, elles s’intéressent aux sujets sérieux, qu’elles ne maîtrisent pas toujours et ont tendance à la pédanterie.

     

    Petite revue, comme ça

    Celui qui se plaint sans cesse dans le journal : Ste Cluque - est il besoin de le dire - conforté avec ses 23,81 % ne lâchera rien non plus. Il a démarré sa campagne avec une plainte contre le maire (qui, face à sa sempiternelle surexcitation, lui avait demandé s’il prenait de la créatine) il la poursuit à coups d’accusations diverses et de déclarations fracassantes. C‘est une campagne anti-Mouly, rien de plus. S’il reconnaît que la Ville doit avoir sa place au Grand Narbonne, c’est seulement si c’est lui qui est élu.
    Agité, querelleur, s’ il est élu il sera encore plus mauvais que Bascou. Méfiance donc... Méditons simplement ce délicieux proverbe béarnais : Où il y a la rose, il y a l’épine. Plus encore si c’est une rose forcenée ... Aux vrais Socialistes, et il y en a encore, courage, votre tour viendra, avec un meilleur candidat.


    Les Nicolas ont besoin d’être admirés et vus. Idéalistes, ils s’entourent de gens en lesquels ils croient tout en s’en méfiant.

     

    Petite revue, comme ça


    Sous les quolibets, les insultes, les accusations, les turlutaines, Didier Mouly poursuit sereinement sa campagne, matinée d’écologie et de sécurité sanitaire. Ce n’est pas dans le journal qu’on l’entendra dégoiser ou dégobiller sur les autres. Mais faut il vraiment s’étendre sur cette candidature ? Beaucoup le donnent gagnant. On verra...s'il dépasse les 34,63 %
     

    Les Didier ont un grand sens du devoir et de l'ordre établi. Leurs avis sont souvent bons mais leur entêtement peut les priver des conseils judicieux d'autrui.


    III - LES ENCORE Là MAIS PAS POUR LONGTEMPS

     

    Petite revue, comme ça


    Le fantôme du hibou : Hanté par Mouly, remords et hallucinations assaillent le hibou qui voit la main du maire partout, au point d’avouer que après avoir lancé un concours de maîtrise d’œuvre en 2014, voté des mille et des cents pour des études de faisabilité, et même des 300 0000 euros pour réhabiliter et agrandir le parc des expositions, c’est la faute du Maire si rien n’a été fait. Quand on ne veut pas, on ne peut pas.
    C’est drôle, Didier Mouly disait : «vous verrez que Jacques Bascou ne fera rien de ce qu'il annonce» ....
    Il y a surement des Jacques efficaces.
     

    Tout ce spectacle est couvert par le journal d’ici qui a ses propres vedettes et applique toujours le même bon vieux principe des cochons d’Orwel : Tous les animaux sont égaux mais certains le sont plus que d’autres.


    Le peuple (composé d’à peine 30% de Narbonnais, cosmopolitisme oblige) attend sans état d’âme de voir de quelle sauce il devra s’accommoder. Il a compris que les «le monde nouveau... ; les nous sommes les seuls qui...  ; et les «nous portons des valeurs et nous sommes portés par des valeurs...», tout ça, c’est comme les amateurs de frites Mc Cain : Ceux qui en parlent le plus sont ceux qui en ont le moins....


    N’oublions pas et c’est là l’essentiel, comme nous le rappelle si opportunément Stéphane  KOWALCZYK que nous sommes déjà des «richards de vent» et «qu'habiter  Narbonne, c’est habiter le monde entier. Et ça, aucun candidat ne peut ni nous le donner, ni nous l'enlever !     

    « Aïe, à ne rater sous aucun prétexte !3 juillet, le maire est réélu ! »
    Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :