• Narbonnaise Lambda, citoyenne attentive !

     

    Narbonne le 14 octobre 2014

    Annexe : 1 (observations et questionnements)

    Pièces jointes : 2

    Bulletin de vote 2014 « j’aime Narbonne »

    Bulletin de vote 2008 « Bascou pour Narbonne »

     

    A Monsieur Jacques BASCOU

    Président du Grand Narbonne

    Hôtel d'Agglomération

    12 boulevard Frédéric Mistral

    11100 NARBONNE

     

    Monsieur le Président,

     

    J’aime bien tout comprendre. Quand une idée me turlupine, elle ne me quitte pas. Il en va ainsi depuis que je suis gamine. Une question sans réponse – dans n’importe quel domaine – et voilà mon cerveau en ébullition. Mon sommeil est perturbé. Mon appétit amoindri. Il s’avère qu’en ce moment je dors et je mange plutôt mal. Cela m’a pris le 25 septembre dernier.

     

    Jusque vers 20h000, j’avais assisté au conseil communautaire. Suite à une de vos interventions, une idée, depuis, tourne en boucle dans ma tête. Je m’adresse donc à vous monsieur le Président, en espérant réellement que vous pourrez m’apaiser, en m’expliquant, car j’en ai besoin, le pourquoi du comment.

     

    Du fond de la salle, si j’ai correctement entendu, à monsieur MALQUIER - qui suggérait que les Narbonnais devraient pouvoir se prononcer par référendum sur la place de Narbonne au sein de « l’agglo » - vous avez répondu tout de go qu’aux élections municipales, les Narbonnais avaient voté POUR LES ELUS DEVANT LES REPRESENTER. Je me dis : en théorie oui. Mais au final ?

     

    Je m'intéresse fortement à la chose publique, à la vie de la cité, puisqu’au quotidien elle devient la mienne. Je lis, j’écoute. J’assiste à des réunions. A des débats. Et me fais ma propre opinion. A titre personnel j’avais, je crois, bien compris qu’en mars 2014 on allait, en plus du maire et des conseillers municipaux, élire pour la 1ère fois les conseillers communautaires qui éliraient à leur tour le personnel exécutif de l’agglomération. Dans l’esprit des Narbonnais il allait sans dire que leur vote lierait intimement le sort et de leur ville et celui de l’agglo. « Ils ne sont pas maso »

     

    Dans la foulée, lors de votre échange avec monsieur MALQUIER, des questionnements sont revenus squatter mon cerveau tourneboulé. Aussi, vu le contexte tendu, vu ce que je lis dans la presse, vu ce que j’observe – avec mes yeux de Narbonnaise lamda- j’ai tenu à vous faire part de mes observations et questionnements relatés et commentés en ANNEXE. En dehors de mon côté pinailleur, je pense être dans le même état d’esprit qu’un grand nombre de Narbonnais. Le 30 mars dernier, les habitants de Narbonne se sont prononcés, en leur âme et conscience. En leur âme et confiance.  

     

    Une majorité a souhaité change de majorité. Ceux qui vous ont soutenu sont forcément déçus. Ils se sont prononcés pour la liste « J’aime Narbonne » parce qu’y figurait tel ou tel candidat. A telle ou telle place. A plus forte raison en position éligible. Rien de plus logique. Et de plus légitime. L’ordre de présentation d’une liste à un impact. Qu’expliquer aux Narbonnais frustrés ? Voire intrigués.

     

    Le 6 avril, jour de l’installation du conseil municipal, en dépit du résultat sorti des urnes, qu’ont pu penser ou ressentir ces Narbonnais qui ont constaté que, parmi les candidats théoriquement élus de "j’aime Narbonne", certains, en tête de liste s’étaient carrément volatilisés ? A quoi bon avoir mis ces candidats en avant si dès les résultats ils devaient être absents ? A quoi serait due l’épidémie d’empêchements ?

     

    Lors du 1er conseil communautaire qu’ont pu penser les Narbonnais en général en constatant que les conseillers majoritaires en mairie allaient être totalement marginalisés ? Sans exception. Qui pourrait croire qu’en déposant leur bulletin dans l’urne, les Narbonnais souhaitaient vivre un tel cas de figure. Auraient-ils d’ailleurs pu seulement imaginer cette situation-là ? Beaucoup avaient à l’esprit les situations antérieurs ou le maire de la ville « centre » était également le président de la communauté d'agglomération. Il en fut ainsi tout d’abord avec Michel MOYNIER. Puis avec vous-même.

     

    La présidence de l’agglomération n’est pas forcément dévolue au maire élu de la ville « centre ». Cependant pourquoi notre cité serait l’exception (plutôt malheureuse) qui confirme la règle ? Où aucun des élus majoritaires ne siège en effet, dans l’exécutif Alors, même que des élus, minoritaires à la ville, sont vice-présidents ou délégué à « l’agglo » ? Et que deux d’entre eux ne figuraient pas parmi les 10 premiers de la  liste ? Le 30 mars au soir, les résultats attribuent à« J’aime Narbonne » 7 sièges sur 32 à l’agglomération. Le Grand Narbonne serait-il devenu un drôle de cas d’école ? Mais qu’est ce que les Narbonnais ont fait au Bon Dieu pour mériter un tel pataquès ?

     

    De nouveaux maires ayant été élus dans des situations similaires sont apparues au sein d'agglomérations voisines. A Carcassonne et à Béziers, il a été finalement tenu compte du verdict électoral. Je ne suis pas experte en « gestion des agglos »mais j'ai constaté qu'à Carcassonne et Béziers les nouveaux maires élus figuraient bien au sein du bureau communautaire, à des places significatives, sans pour autant être président.

     

    En dépit des considérations strictement politiques, il y a donc la loi. Et l'esprit de la loi. L'un n'ayant pas empêché l'autre, chez nos voisines. Solutions trouvées et compromis sont respectueux d'états de fait. Il est clairement apparu que les villes « centre » restaient incontournables, et que les maires ÉLUS ne pouvaient être tenus pour quantité négligeable. Il a été tout simplement tenu compte du verdict des urnes. Il en va du respect de l'électorat. Dans l'exécutif du Grand Narbonne, la situation de la ville « centre », particulièrement loufoque, apparaît aberrante. Donc problématique.

     

    Vous disiez, le 25 septembre dernier à monsieur Bertrand MALQUIER, que les Narbonnais avaient voté pour les élus devant les représenter. En théorie oui. Mais si la loi permet que le chef d'orchestre de l'agglomération ne soit pas, systématiquement le maire de la ville « centre », comment les Narbonnais peuvent-ils comprendre que le maire de leur ville ne soit même pas partie prenante dans les premiers rangs de l'orchestre ? Qu'il n'ait aucun pouvoir sur la partition à jouer ? Alors que la ville fournit le pupitre ? Et en partie le papier ? Pas étonnant que jusqu'à présent, dans les morceaux joués, il y ait eu tant de couacs !

     

    Si en 2008, dans un même cas de figure, Michel MOYNIER, battu, avait œuvré ainsi à la CAN, privant vous même et la nouvelle majorité de tout poste important dans l'exécutif, qu'en auraient pensé les Narbonnais ? En tant que maire nouvellement élu, auriez-vous trouvé cela normal ? Logique ? Admissible ? Cohérent ? Seriez vous resté passif ? Inactif ? N'auriez vous pas défendu NARBONNE, que vous veniez alors de conquérir ? N'auriez vous pas bataillé pour votre majorité ? J'ai du mal à répondre non.

     

    J'ai tenu, monsieur le Président, à vous faire connaître mon avis. C'est un humble avis. Mais que je sais partagé par bien des Narbonnais. J'espère très sincèrement que vous pourrez éclairer quelque peu, voire beaucoup, ma lanterne. Par correction , je vous informe que je transmets une copie de courrier, à titre d'information, à Monsieur Didier MOULY, maire de Narbonne.

     

    J'ai appris vendredi dernier que vous ne faisiez pas appel du jugement concernant le recours. Comme nombre de Narbonnais, je rêve maintenant de voir ma ville, avec « l'agglo », en harmonie. Pourquoi pas un compromis entre vous même et monsieur MOULY , En pareil cas, je retrouverais sommeil et appétit. En conclusion, je pourrais carrément dire : youpi !

     

    Je vous remercie par avance, monsieur le Président, de l'attention que vous prêterez à mon courrier. Un assez long courrier. Mais comment dire en trois mots ce que les Narbonnais ressentent actuellement vis-a-vis de l' »l'agglo » ? dans l'attente d'une réponse de votre part, je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Président, l'assurance des mes salutations distinguées

    Mme Narbonnaise Lambda

    (signature)

     

    P.S : pour le (peu) de public présent lors des conseils communautaires, les dossiers traités sont assez ardus pour ne pas dire abstraits. Les seuls moments de détente sont les votes à main levée. Rien que pour ça, je reviendrai....

     

    ANNEXE

     

    Le 30 mars 2014, au 2ème tour des élections municipales, la question posée aux Narbonnais était : « souhaitez vous que les candidats mentionnés, sur tel ou tel bulletin, vous représentent à la mairie et à l'agglomération ? Sous entendu que ceux figurant tout en haut des listes avaient le plus de chances d'être élus. Et donc de siéger.

    Sur chacune des listes apparaissaient 45 candidats au conseil municipal, 34 au conseil communautaire, très exactement positionnés dans le même ordre. Les Narbonnais ont donc eu à se prononcer pour les uns ou les autres, au vu des listes présentées, dans l'ordre indiqué. Une précision non anodine puisque les Narbonnais ont eu, à postériori, quelques surprises.

    Les résultats du 30 mars ont fait en sorte qu'à la maireie ont été élus 33 membres de la liste « Nouveau narbonne », 10 de la liste « J'aime narbonne » et 2 de Narbonne rassemblement Bleu Marine « . Parallèlement, pour l'agglomération, la liste arrivée en tête a envoyé 24 élus, la suivant 7, et la dernière 1.

    Certains des candidats de la liste « j'aime narbonne » apparaissaient déjà en 2008 sur la liste « BASCOU pour narbonne » (copies jointes). En remarquant certains noms, il n'est pas illogique de penser que l'ordre de présentation en 2014 a une certaine signification. Rien de plus normal qu'il ait un impact. Les personnalités, les domaines de compétence, les parcours de chacun, leurs actions, leur passé, sont des facteurs de choix.

     

    Ce choix se fait parfois en dehors de convictions politiques. Ceci est d'autant plus vrai pour des élections dites locales. Je cite souvent le cas de Gilbert PLA; je me suis souvent dit que les Coursannais qui l'élisaient n'étaient sûrement pas tous communistes. Une élection est affaire de confiance. Entre deux parties. Et ce, dès le départ.

     

    Lors du 1er conseil municipal, puis quelques jours après, lors du 1er conseil communautaire, les Narbonnais ont eu quelques surprises. Et non des moindres. Alors que les élus « Nouveau Narbonne » et ceux de « Narbonne Rassemblement Bleu Marine » siégeant désormais à la mairie et au Grand Narbonne reflétaient l'exact listing chronologique des bulletins de vote, pour ce qui concerne « J'aime Narbonne », rien de tel. Ni à la mairie. Ni à l'agglo. Il y a bien des cas d'empêchement. Mais là le constat est très étonnant.

     

    Comment se faisait-il que des candidats, élus le 30 mars au soir, avaient totalement disparu ? Il en était ainsi de monsieur Jean Michel FESTE (cinquième), monsieur Guy-Michel CARBOU (septième) et de madame Nathalie PIGNOL (dixième). Que comprendre à cette curieuse « hécatombe » ? En outre, si l'on s'en tient à l'ordre chronologique, que penser du cas insolite de madame Sabine FLAUTRE (huitième sur le bulletin de vote, « sixième après les "disparitions" de messieurs FESTE et CARBOU, qui siège actuellement à la mairie mais pas à l'agglomération ? Alors que la liste « j'aime Narbonne » a 7 élus. Pourquoi pas la parité dans l'autre sens ? En mars 2014 des candidats se sont présentés au suffrage des Narbonnais. Ces derniers n'ont pas entendu dire, entre les deux tours, dans la presse ou autre, qu'il fallait considérer les candidatures de monsieur FESTE, monsieur CARBOI et madame PIGNOL comme secondaires. Figurant en bonne place, lesdits candidats apparaissaient comme des personnalités avec lesquelles vous comptiez siéger. Se présenter à une élection est un acte important. S'engager pour sa ville et son agglomération, est significatif.

     

    Une majorité de Narbonnais en leur âme et conscience ont fait un choix ayant à l'esprit la bonne marche de la ville et conjointement de l'agglomération. Le dimanche 30 mars 2014 à 18h00 les votes étaient clos. Dans la soirée les résultats étaient clairs. Mais pour le commun des votants, une histoire imprévue allait s'écrire à la MairieL Des candidats en bonne place avaient disparu. Quelques jours plus tard, ce fut à « l'agglo » une élection ébouriffante. Qui l'eut cru ?

     

    Vous avez été élu avec 3 voix d'avance, face à monsieur MOULY. En revanche, et contre toute attente, ne siègent désormais plus dans l'exécutif du conseil communautaire que des élus minoritaires en mairie. Les Narbonnais espéraient-ils le 30 mars qu'aucun des candidats majoritaires de la ville « centre » - la plus peuplée, celle qui a légué à l'agglomération des équipements indispensables, qui a fourni un important parc HLM, etc,etc.... ne soit présent dans les instances dirigeants de l'agglomération ? Qu'aucun ne soit représenté ne serait-ce que par une vice-présidence ?

     

    En quoi est -il logique qu'un maire élu soit supplanté par des candidats qui, sur la liste de présentation d'une liste battue n'étaient pas élus le 30 mars 2014 au soir, au vu des résultats ? Il n'est alors pas farfelu que des Narbonnais soient interpellés par la totale absence de conseillers municipaux majoritaires au sein de l'exécutif du Grand Narbonne. Beaucoup et quel qu'ait été leur vote s'interrogent sur ce qui apparaît comme des « manoeuvres », des accommodements, au détriment du  "couple" Narbonne/Grand Narbonne. Sinon comment expliquer ce qui suit ?  

    Si l'on se réfère au bulletin de vote « J'aime Narbonne » 2014 et que l'on se reporte, par comparaison, à celui de « Bascou pour Narbonne » de 2008, l'on peut constater que parmi les candidats présentés et listés de 1 à 10, certains étaient déjà présents en 2008 à des positionnements différents (sauf monsieur Tristan Lamy 9ème en 2008 et 2014). Madame Hélène SANDRAGNÉ passait de la 4ème place à la 2ème. Monsieur Nicolas SAINTE CLUQUE de la 5ème à la 3ème. Monsieur Jean Michel FESTE de la 3ème à la 5ème. Siégeant uniquement en mairie, monsieur jacques ADRADOS était passé de la 37ème à la 13ème place, madame Sabine PEYROUZEL de la 2ème à la 14ème. Quant à monsieur Marc Ortiz, « rétrogradé » entre 2008 et 2014 de la 7ème à la 11me place, il se retrouve vu les « disparitions » de Mrs FESTE et CARBOU et de Mme PIGNOL conseiller(minoritaire) et délégué communautaire.

     

    Beaucoup de citoyens, mais ce n'est pas de leur faute, ne font pas bien le distinguo entre ville et « agglo ». Beaucoup ignorent les attributions respectives de l'une et de l'autre. Certains mélangent « joyeusement » un peu tout. Pas facile, en effet, de comprendre instantanément que les trottoirs c'est du domaine de la ville, mais que les containers c'est « l'agglo ». Et tout à l'avenant. Même en s'intéressant à la vie publique, tout cela n'est pas très évident.

     

    Pour en revenir au « nœud » du problème, pourriez-vous faire en sorte, monsieur le Président, qu'une solution consensuelle soit enfin trouvée au sein du « couple » Narbonne/Grand Narbonne ? Le 25 septembre dernier, au moment de l'échange entre vous même et Bertrand MALQUIER sur un « référendum » passé ou à venir, ce sont toutes ces observations et tous ces questionnements qui m'ont assaillie. Et me pourrissent depuis la vie.

     

    Vous disiez alors que les Narbonnais avaient voté pour ceux qui allaient les représenter et que par conséquent pour « l'agglo » le débat, était clos. Mais les Narbonnais sont chagrins. Tous ont voté par conviction. Par affection. Aucun n'aurait pu penser que quel que soit son choix dans l'isoloir, sa voix servirait à ce micmac -là.

     

    Pourquoi à « l'agglo » ne pas innover ? A défaut de revoter, pourquoi ne pas instaurer, de fait, une présidence tournante, à l'instar de ce qui se fait en Europe ? Le législateur a-t-il au moins prévu un tel funeste cas concret ? Où seuls des candidats minoritaires de la ville « centre » siégeraient dans l'exécutif de leur « agglo » ? Comment avancer de concert ? Comment ainsi pouvoir tenir six ans ? Au bout de six mois ce n'est pas bien flagrant. Il doit exister une solution pour remédier à ce qui est. 

       

    Wow ! Le futur, le vrai !!!

     

     

    Narbonnaise Lambda, mais citoyenne !

    « Ma ville à toute vitesseNöel arrive ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :