• Magicien inattendu, profanes envoûtés

     Un artiste expose dans un coin de la ville ; un vernissage est organisé, et vous y courez étourdiment, en pensant aux petits fours,  aux boissons qui seront disponibles, aux personnes que vous y croiserez.  Seulement, Leon Diaz Ronda vous attend de tableaux fermes, et vous ne vous doutez de rien. 

      

     Magicien inattendu, profanes envoûtés

     

     

    Magicien inattendu, profanes envoûtésMagicien inattendu, profanes envoûtés

      

    Mais voilà que le choc, l'effroi, la stupeur vous saisissent dès l'entrée, car vous venez de pénétrer dans le royaume d'un grand, d'un très grand artiste, qui vous renvoie instantanément à la grandeur et à l'insignifiance de votre histoire.

    Vous voilà happés dans une œuvre qui relate une histoire qui est la vôtre ; nous sommes dans ces tableaux estompés par la réalité onirique de ce deuxième monde, caché, où nous vivons. Déjà poussières et cendres, mais persistant à aller et venir, présents mais errants, vivants mais cachés.

     C'est vertigineux, c'est déroutant, c'est beau. Je n'en dirai pas plus, le vertige fait bégayer, et trébucher. Et pourquoi parler de ce qui nous dépasse ?

    Allez le voir, et accrochez vous ! Je crois que c'est l'une des expositions la plus extraordinaire de l'année, dans la galerie d'Anne Marie Jouaumaud qui a déménagé de la rue Crémieux à la rue Cabirol.

    A Narbonne, les très grands artistes sont des amoureux de la province, et alors qu'ils s'exposent dans le reste du monde, ils se cachent, ici, dans les ruelles, dans de confidentiels ateliers. Étonnant non ?

     

    Magicien inattendu, profanes envoûtés

     

    galerie AMJaumaud - 4 rue Cabirol, Narbonne - 04 34 27 92 64

    « Sur le boulevard, les feuilles tombent »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :