• Ma ville... vue d'en haut

     Ma ville... vue d'en haut

    Oui, parce qu'il faut quelquefois prendre de la hauteur. Pour répondre aux questions telles que : où suis je ? Où irais je ? il importe de savoir où nous sommes déjà. 

    De là haut, tout parait plus palpitant : c'est une aventure qui démarre, et on a comme l'impression de mieux maîtriser sa ville, sans compter que l'on fait des découvertes étranges. Un réservoir perdu en rase campagne, un étang insoupçonnable, une courbe prononcée de notre canal, des "échiquiers" sur les toits... 

    Et comme google Map met en ligne ses  vues  prises  2 ans plus tôt, on a le bonheur de voir le pré où sera construit la Zac des Berges de la Robine, totalement vierge, le Muréna n'existe pas sur son emplacement,  et la multimodale git encore dans les limbes. C'est rigolo !

    Envolons nous donc aujourd'hui, - il fait 14 degrés mais bien couverts, face à l'écran,  de solides pantoufles aux pieds, ça devrait aller -  et voyons donc, de ci de là, Narbonne... autrement, sise en ses 3 cantons qui s'étalent de jour en jour, telle une flaque d'eau qui s'élargirait de plus en plus. 

      

    Ma ville... vue d'en haut

    Le trésor de la ville  : le palais des Archevêques et la Cathédrale

    Ma ville... vue d'en haut

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Une  rivière de platanes boulevard Gambetta

     

    Ma ville... vue d'en haut

    et  L'oasis du terrain de pétanque rue Fabre d'Eglantine

      

    Ma ville...vue  d'en haut 

    La médiathèque et son bassin disparu (une histoire de moustiques), le palais du travail, , l'échiquier de la maison des jeunes et son jardin des Vicomtes, l'école Sévigné et sa coupole .

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Entre la voie ferrée et les jardins des cheminots  coule la Robine jusqu'à l'Aude 

     Ma ville... vue d'en haut

     La distillerie coopérative disparue

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Le domaine de Creissel encore entier, dont le charme contraste avec la laideur des nouveaux lieux d'"activité"

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Le domaine st Georges et sa pépinière abandonnée, où nous avons déjà été faire un tour, ICI

    Ma ville... vue d'en haut

    Un truc mystérieux plein de mystère

     

    Ma ville... vue d'en haut

    Le parc de la Campane où l'on ne va pas assez souvent et où l'on trouve des grisets (champignons très doux) des amandes et des figues. Sans compter ce que j'ignore. C'est immense !

     Ma ville... vue d'en haut

    Toujours à Campane, perdue en bord de route dans la solitude la plus totale, la tombe de Gentile Cohen, cantinière napoléonienne, déjà en enfer sous d'énormes pylônes électriques

     

    Ma ville... vue d'en hautMa ville... vue d'en haut

    vue du sol 

    Ma ville... vue d'en haut 

    Fontfroide dans son écrin de verdure

    Ma ville...vue  d'en haut

     Des lieux moins glamour comme Malvesi,  le fléau d'Isildur qui pèse sur Narbonne;

    Ma ville... vue d'en haut

     ou St Lambert, pôle multi filière, centre d'enfouissement des déchets de la région et d'ailleurs et comme le site ci dessus, source de richesses, quand même !

     

    Ma ville...vue  d'en haut

    Des logements très particuliers, nommés "dernières demeures" ici le cimetière de Cité près du clos de la Lombarde

     

    Ma ville...vue  d'en haut

    à gauche le théâtre, au milieu le petit aspirateur, à droite les ex serres municipale et un bout de la feue maison Gomez

     Ma ville... vue d'en haut

    Vue d'ensemble, avec le pré où se construit la future Zac des Berges de la Robine,(et où l'on découvres des tombes romaines) la maison de l'amitié, le parc des expos qui sera bientôt retapé

     Ma ville... vue d'en haut

    Les magnifiques chevaliers cathares,  pas facile à voir d'en haut. 

     Ma ville... vue d'en haut

    Des champs dont le message hieroglyphé est destiné au ciel

     Ma ville... vue d'en haut

    On passe Bages, Peyriac, pour s'attarder sur notre minuscule riviera locale, la Nautique, puis on fonce jusqu'à Ste Lucie,

    Ma ville... vue d'en haut

    pour, par la mer, continuer jusqu'à la magnifique Collioure. Pourquoi ne pas s'y arrêter ?  C'est l'endroit idéal pour déguster des tomates à l'ail et des anchois !

    Ma ville... vue d'en haut

    Une jolie balade pour la semaine qui commence.  

    source images :  Monumentum  

     

     

    « L'Atelier BergéAu bord du Canal »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Janvier à 08:14
    Cuisiner en paix

    Quel plaisir de visiter Narbonne ainsi.

    Merci !

    Bonne journée.

    2
    lavalliere
    Mardi 30 Janvier à 12:21

    Oui c'est rigolo ! Bonne journée à toi également et merci pour la visite. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :