• Ma ville incongrue

     Ma ville incongrueMa ville incongrue

    Les vœux du maire ce samedi 7 janvier : Une tradition bien sympathique. Entouré du conseil municipal des enfants, conseil mixte, paritaire, coloré, préfigurant le Narbonne futur, Le maire nous a souhaité le meilleur pour 2017. On lui souhaite la même chose. On souhaite aussi une bonne année aux pignoufs de l’opposition, j’aime Narbonne mais j’suis pas là, élus issus de cette gauche si amoureuse de la mixité, du vivre ensemble et du melting poting humain, mais qui évite soigneusement d’en faire partie.

     

    Ma ville incongrue

    Réalisme magique: un beau matin du 15 ou 16ème siècle, les Indiens d’Amérique se réveillèrent soudainement «Sujets de sa Majesté Isabel d’Espagne» et priés de filer doux en conséquence.

    En ce 21ème siècle, les administrés, mieux, les administrateurs de villes régions territoires découvrent progressivement, et avec douleur que sa Majesté Europe fait d’eux des étrangers à leur environnement, que leur action est caduque, leurs compétences incompétentes, leurs office de tourisme leurs ports de plaisance ne leur appartiennent plus, remplacés qu’ils sont par des instances barbares comme les epic, NOTRe, Lme, loi montagne, etc.. De quoi couler de rage les bateaux dans les ports de plaisance.

     

    .

    Ma ville incongrue

     

     La loi de simplification: La NOTRe s’applique de fâcheuse et hasardeuse façon pour certains, et providentielle pour d’autres : Codorniou cèdera donc son poste de président de l’Epic tourisme du GN (il n’a rien à y faire) à César (employé de l’Office de tourisme de Fleury récemment disparu et phagocité par le nouvel OT du grand narbonne, et non César, empereur romain) qui pourra alors sereinement démissionner de son poste d’élu à la ville, renoncer à servir le peuple (!) comme ça il ne perdra pas tout. Un cas pratique suivi avec passion par les apprentis juristes.

     

     

    Ma ville incongrue

     

    Coup de tonnerre silencieux : Une erreur technique de l’Etat permet à la ville de saisir le tribunal administratif au sujet de sa représentativité sur le territoire du grand narbonne (petit journal de l’Aude) Le nombre de ses habitants devrait lui donner droit à un siège de conseiller communautaire de plus. Quant au Grand Narbonne, qu’on devrait rebaptiser grande bascouenne, puisque Narbonne n’y a aucune présidence, il ne compte plus désormais que 37 communes au lieu de 39 (Feuilla et Fraisse des corbières se sont retirés, bientôt leur saga à l’écran) et sa légitimité pourrait être remise en question. (Petit journal de l’Aude)

    En attendant de savoir si la souris accouchera d’une montagne (c’est l’époque des souris), voici une excellente étude de cas peut être pour les étudiants en droit juridique, droit territorial, droit administratif, bref en droit des uns et des autres.

     Bichat, Birocheau, même combat ? Opposition de la gauche à la construction de la Médiathèque (2003-2004), opposition de la gauche à la construction multimodale. Opposition pour l’intérêt général ou seulement politique ?

     

    Ma ville incongrue

    C’est quand même la gauche qui gère la médiathèque  Et en participant au programme national de foutoir général valide la gratuité totale du lieu. Le directeur explique bêtement que faire payer viendrait à devoir mettre en place une régie ( ?) et que ce serait trop compliqué. Il est vrai que c’était compliqué lorsque les choses fonctionnaient avec efficacité.

     Le personnel n’a plus qu’à faire la chasse à ceux qui ont les pieds sur les tables, qui s’embrassent à pleine bouche, ceux qui viennent se réchauffer, aux dealers qui viennent taper le bout de gras. Entre les gens qui braillent à tue tête (le personnel n’est d’ailleurs pas en reste), les clodos qui rentrent pour uriner chez les femmes, les clandestins qui occupent l’espace, les voilées qui s’affichent, ceux qui pique niquent sur place, la Médiathèque n’est plus un lieu d’étude, de ressourcement ou de plaisir mais devient un vulgaire champ de foire aux socialistes. On n’y voit jamais d’élu d’ailleurs. Tiens donc !

      

    Incroyable mais vrai : L’ascenseur du tribunal de commerce est réparé ! Réparer une machine au 21ème siècle nécessite près d’une année. Encore 50 ans et une telle mécanique sera déclarée « objet religieux, usage inconnu ». Preuve de la décadence technique générale. Faisons plutôt des rampes en bois ou en ciment, si, bien sûr, l’on sait encore calculer une pente.

     

     Ma ville incongrue

     

    Bon c’est l’hiver : le vrai, le sec, le pétillant de froid : la saison où l’on peut se lover dans les restaus et les cafés avec un bon bouquin et quelques potes, guetter la neige sur le Canigou en espérant que ce coup-ci, la robine gèle quelques jours et qu’il neige !!! Le bonheur ! Pensons tout de même à ceux qui ne peuvent se chauffer dans leur propre maison et préparons nous à faire le 115 ! La solidarité, c'est simple comme un coup de fil !

     

    Ma ville incongrue

    « Tenir le coup, quand courent les assassinsS3, où l'on fiche le public dehors »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :