• Ma vie de festival (1)

    Ma vie de festivalière 1ça commence par une visite au musée d'art et d'histoire où de somptueux costumes, cousus mains, par des maitres couturiers sont exposés : brocarts, dentelles, fils d'or, des objets fragiles qui vous en mettent plein les mirettes. La série télévisée pour laquelle ils ont été crées sera diffusée dans 2 mois, mais nous on a déjà, en avant première, les costumes ! Ne sommes nous pas gâtés ? D'ailleurs, une véritable orfèvre, Madeline Fontaine, plusieurs fois nominée, oscar du meilleur costume, nous parlera de son travail aux Synodes le vendredi à 16h30. On essaiera de ne pas venir en jean. Sauf s'il est brodé bien sûr !

     

      

    Ma vie de festivalière (1)

     Costumes du Roi, de la Montespan, de Marie Thérèse et d'Henriette. C'est beau !

      

    Et au théâtre, historique  :  

    Ma vie de festival (1)

    Le jury : Richard Sammel, Louise Barnathan, Fanny Cottençon, Philippe Bérenger

    ça continue par la soirée d'ouverture du festival : ma parole c'est quasi Cannes ! Une grosse centaine de personnes côté public, (rentrée, mondial de rugby, etc... concurrencent ce festival), le tapis rouge pour tous les participants, ambiance historique avec les guerriers d'Addoli Tiedig.

    Premier film en ouverture : les Anarchistes, en avant première. Présenté par son réalisateur lui même, Elie Wajeman. Un bon film,  qui fait réfléchir, malgré un choix de musique (anglaise) qui laisse un peu perplexe, mais qui décrit tout à fait le désespoir et la révolte de ces jeunes gens de la fin du 19è siècle, dont les conditions de vie étaient beaucoup moins soft que les nôtres. Les choses ont elles changé ? Où sont les anarchistes d'aujourd'hui ? Sur le Net ?  On ne peut s'empêcher de réaliser, que vivre libre, c'est lire, rêver, ne pas se syndiquer - phrase prononcée par Elysée, un des protagonistes - est un discours de leader. Le peuple, dont nous sommes, n'aspire plus que jamais, qu'à se laisser diriger, contrôler et berner, mais mais mais, le ventre plein. Un film à voir au cinéma avec des acteurs très justes, un peu bohêmes, dont Tahar Rahim et Adèle Exarchopoulos.

     Allez, première note : 6/10 !

    Ma vie de festivalière (1)Ma vie de festivalière (1)Ma vie de festivalière (1)Ma vie de festival (1)

     

    Une semaine de pure gâterie, jusqu'au 26 septembre,  parce que Narbonne le vaut bien ! Et que CEUX LA  (cliquez, cliquez sur le lien) ont choisi de la faire rayonner.

    Je ne verrai pas tous les films (concurrence temporelle oblige) mais j'essaierai de suivre l'évènement autant que faire se peut et de vous raconter des choses. Rendez vous au théâtre, salle rouge.

    Ce soir à 18 h : La permission, histoire se déroulant durant la première guerre (saleté) mondiale et à 20 heures, Inglourious basterds (bâtards sans gloire), film de Quentin Tarantino se déroulant durant la seconde guerre.

    C'est aussi la soirée d'un autre spectacle, le conseil municipal !!!

     

     

    « C'est parti ! Ne manquez rien !Fabuleuse Vue sur Cours »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :