•  

     De l'Eden à Narbona, la Lythracée

    Fleur pourpre,  source jaillissante de vie, amour, sang et mort, d'où va naître la couronne de la grenade, et sa multitude de graines

     

     

    De l'Eden à Narbona, la LythracéePromesse de vie et de multitude

    de protection contre l'impureté, purifier le corps et l'âme

    croire en l'immortalité puisque sempervirens

    croire en la magie conférée par le fruit, devenir par lui invincible

    fécondité,richesse, amour brûlant en gestation

     

     

      

    Promesse du fruit du paradis, fruit précieux, essence du jardin de l'essence,

     

    De l'Eden à Narbona, la Lythracée

    Fruit offrande, humilité de la multitude de tes graines toutes semblables 

    Fruit mythique Du jardin d'Eden, symbole universel, emblème des peuples, réflexion du poète

     

    De l'Eden à Narbona, la LythracéeDe l'Eden à Narbona, la Lythracée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

        ....abeille autour d'une grenade                                                                      Cabiri, le secret interdit

     

    Un fruit du paradis, si abondant dans les rues de Narbona, une abondance automnale exceptionnelle  rien que pour nous. Quel est donc le secret ?

     

    De l'Eden à Narbona, la Lythracée

     

    De l'Eden à Narbona, la Lythracée

     

     

    ici, rue Viollet le Duc

     

     

     

     

     

     

    De l'Eden à Narbona, la Lythracée

     

     

     

     

    Amie de toujours des divinités, de l'Assyrie à la Grèce, de l'Orient à l'Occident, Pomme Grenade, tu es ce fruit qui symbolise le mieux ce qu'est cette humaine créature,  dans son intrinsèque essence, un atome dans l'immensité, une minute dans l'éternité, un être qui érige des autels à des dieux qu'il ne voit pas.*

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                                                   Là, rue Maréchal Foch

     

     

     De l'Eden à Narbona, la LythracéeDe l'Eden à Narbona, la Lythracée

     

     

     

     

     

     

     

     

     De l'Eden à Narbona, la Lythracée

     

     * en italique : Lamartine : harmonies poétiques et religieuses

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •     

    Salut les Zygotes !

    Dans le royaume des petits êtres, nombre de créatures grandissent, vivent, s'amusent... !!! Mousses et lichens peuplent un monde à la fois infiniment grand et infiniment petit. On peine à les nommer ou à les reconnaître sans les confondre. A quoi servent elles ? Au delà des informations génétiques, cellulaires ou moléculaire, qui passionnent surtout les puristes de métier , ils nous permettent, aux autres non puristes, d'apprendre que les histoires d'amour, les histoires coloniales, les histoires de survie ne sont pas qu'humaines. Sans eux d'ailleurs, pas d'histoire du tout. A leur place assignée, leur apparente insignifiance révèle toujours la très grande beauté du monde, et tout le monde sait que la beauté est un puissant moteur de curiosité, de recherche, de savoir et d'humilité.

    25 000 espèces environ de bryophites (mousses), + de 20000 pour les lichens dont l'existence sophistiquée associent algues et champignons, via des bactéries, un mode de fonctionnement plus floral pour les mousses. Et comme regarder peut être aussi passionnant que savoir, regardons, brièvement, les habitants de ce lieu! Nos yeux valent bien des microscopes ! Le cours de biologie n'aura pas lieu, vous pouvez donc leur donner les noms que vous voulez. Quelques pistes tout de même pour les amateurs d'atelier d'écriture, des noms irrésistibles  : rhizocarpon, parmélie, cladonia grayi, tortula muralis, eucaryote chlorophyllienne, basidiomycète, symbiose, et phytoplancton . Vous avez dix minutes  pour créer votre propre royaume !

     

     Cliquer pour agrandir si vous le souhaitez.

     


    Mousse, mousses, lichens - Montage Kizoa

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Les petites prairies de Pulcherrima

    Elles sont partout. Définitivement rebelles à toute tentative humaine d'éradication, définitivement sauvages. Dotées d'une grande beauté et de personnalités fascinantes, elles savent s'imposer. Elles étaient là avant la ville, après tout. Oh oui ! Mais qui sont elles ? Des évadées de jardins ? Des folles du macadam ? Des «  qui ne supportent pas la campagne » ?

    Voici les sauvages de rue, comme on les appelle depuis quelques années, les urbaines sauvageonnes, les belles de trottoirs qui, de la Jusquiame au Mouron, en passant par le Nombril de Vénus, confèrent aux villes des allures furtivement esthétiques, des saveurs possiblement gustatives ! Des couleurs plus verdoyantes ! Bref, elles apportent du vert !!! (Cliquer pour agrandir)

     Celles qui rampent sur le sol, l'air de rien :

     

     Les petites prairies de PulcherrimaLes petites prairies de Pulcherrima

      

      

      

      

      

      

      

      La Véronique de perse, rue du Lion d'or                                le pourpier se prélassant, rue Lobet

     

    Les petites prairies de Pulcherrima

    Celle que la coccinelle aime, rue Littré

     

    Celles qui grimpent au mur  

    Les petites prairies de Pulcherrima

     

     

    La pariétaire de judée, à  portée d'ailes, qui s'étale, telle une araignée végétale.

     

     

     

     

     

      

    Celles qui se dressent fièrement, sûres de leur bon droit :

      

      Les petites prairies de Pulcherrima   Les petites prairies de Pulcherrima

        La Joubarbe, en forêt colonisatrice de toits                        la Jusquiame et sa fleur ci dessous

     

    Les petites prairies de Pulcherrima

      Rue Littré, toujours près de l'eau

    Partout, dans toute la ville, elles vivent leur vie, belles inconnues à rencontrer, irremplaçables et irremplacées. Certains trouvent que ça fait sale, d'autres militent pour leur présence au nom de la biodiversité. Elles ne laissent personne indifférent...car elles sont tout à fait à leur place.

     

    Les petites prairies de PulcherrimaLes petites prairies de Pulcherrima

     

     

     

     

     

     

     

    Petit mouron caché pour petits oiseaux                                                       Laiteron maraîcher

      

    Les petites prairies de Pulcherrima

     Rue Fabre, à l'assaut d'un immeuble

      

     Les petites prairies de Pulcherrima (1)Les petites prairies de Pulcherrima (1)

     

     

     

     

     

     

     

                    

    Cardamine et Pâturin annuel

     Et tant d'autres...

     

    Les petites prairies de Pulcherrima

    Raisin d'Amérique

     

    Les petites prairies de Pulcherrima

    Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique