•  

      

    Un seigneur dans la ville

     « Je suis le faux mélèze, le veuf qui console, le verdoyant ambassadeur du pays ou le soleil ne se couche jamais »....un étranger certes, mais je m’accommode fort bien de cette terre du sud. J'apporte un peu de la beauté de l'orient lointain par ici. De la tribu Metasequoiacea, Famille des taxodiacées, je l'avoue, je suis un vrai seigneur.

    Ne vous sentez vous pas un peu seul, au bord de ce canal douteux ?

    Non, pourquoi ? Je suis un monoïque et vous savez, unique pour unique dans mon genre (Metasequoia glyptostroboïdes), je ne peux que me contenter de mon sort. Rescapé d'une époque fort lointaine, que dis-je, fossile vivant, du Tertiaire peut être), j'appartiens à une espèce qui dans son environnement naturel est en voie de disparition. Dieu merci, les hommes sont plutôt doués et facilitent la reproduction et l'existence de mes congénères. C'est une chance pour vous d'ailleurs car je suis magnifique. Bon, je perds mes feuilles, avec splendeur notez, durant l'automne car je suis un caduc, mais attendez le printemps pour redécouvrir mes fines feuilles d'un vert brillant, et mes petites pommes, mes cônes enfin, qui sont de véritables modèles géométriques. Oui, elles connaissent l'angle droit. Je vous expliquerai le coup plus tard1 .

    Avez vous des pouvoirs ?

     Oui, évidemment ! Antifongique, anti termite, anti bactérien, je pourrais bien vous être utile. Et je ne vous parle pas des autres vertus sur lesquelles se penchent encore vos scientifiques : ils n'ont pas fini d'en découvrir sur moi !

    — Eh bien merci Votre Grâce, pour ce moment fort agréable....

    Oui oui, pas de chance pour vous, je ne suis comestible que spirituellement !

     

    Un seigneur dans la ville

     1  Les cônes globuleux ont 2 à 3 cm de diamètre avec 16 à 30 écailles disposées en paires opposées sur quatre rangs, chaque paire étant à angle droit par rapport à la paire adjacente.

    source photo cônes : canadaplant.org

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Dernières girolles de la saison...

     

     — Cantharellus cibarius, famille des Cantharellacées, Bonjour Mesdemoiselles, comment allez vous ?

    Mais fort bien merci. Nous voilà à la phase ultime de notre existence, fraîchement cueillies pour réjouir les yeux, le cœur et les papilles des êtres humains.

    D'où venez vous exactement ?

    D'un peu partout en fait. Nous sommes arrivées dans la Clape par un jour de grand vent mais nous considérons que nous avons toujours vécu dans ce massif. Peu nombreux sont ceux qui nous découvrent, c'est donc un grand jour pour nous.

    Vous allez donc être mangées. Quelle est la préparation que vous préférez ?

    Nous sommes des créatures exceptionnelles, vous savez : nous apportons des vertus vitales à votre bien être et votre beauté, aussi il faut, pour notre cuisson, une bonne dose de clairvoyance

    — Vraiment ? Lesquelles ? 

    Eh bien des vertus vitaminiques tout d'abord puisque nous recelons presque toutes les vitamines du groupe B, des vitamines D, E, et K ; tout le monde ne peut en dire autant ! Nous contenons aussi des protéines, du potassium, du phosphore et du sélénium. : donc, pas trop de matière grasse s'il vous plaît, poêlez nous légèrement, pas trop longtemps et surtout surtout, évitez nous l'ail, nous sommes bien plus goûteuses sans. Cela dit, nous ne croyons pas vraiment avoir notre mot à dire sur la question. Les gens nous préparent de toutes sortes de façons et c'est très bien ainsi.

    Eh bien merci mesdemoiselles pour ce moment fort agréable....

    Oui oui, bon appétit !

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique