•  

     

    Loin loin loin, derrière les montagnes, il y avait un œuf. Un œuf tout rond, tout blanc, et cet œuf voulait voir du pays*. Il se mit donc en route, roulant par ci, roulant par là, et arriva au Melting Pot, où Guillaume le transforma en œuf tout jaune, puis, l'assit dans un nid de mousse neigeuse, après l'avoir parfumé au combawa, curry rouge lait de coco, gingembre...  Et l’œuf, accomplissant sa destinée, devînt ainsi une merveille légère, fondante, goûteuse, édénique. Une merveille que l'on peut désormais déguster en entrée comme en petit déjeuner raffiné. Une de ces douceurs que l'on n'oublie jamais.

     

    Le Melting Pot est le lieu des douceurs et des saveurs. Tout y est parfait. La terrasse qui s'étend sous les pins de la place d'abord.  L'accueil exquis de Claire ensuite, dont le sourire mérite la traversée de tout le département rien que pour le recevoir ; le dynamisme et le charme d'Annabelle, la serveuse que tout le monde adore, et bien sûr Guillaume, le chef des lieux, zen, tranquille qui cache le génie créateur, inventif et survolté qui l'habite.

    Du café matinal servi avec des rochers à la noix de coco fraîchement sortis du four, au brunch qui tient au corps, on est toujours sûr de se régaler. Aujourd'hui, une purée de pistache parfumée enrobe le carré d’agneau, rosé à souhait, simplement accompagné de purée de pommes de terre : dès la première bouchée, le temps se précipite et vous renvoie à vos 6 ans, au temps ou le moulin à purée était utilisé et où, croyez vous, votre  grand mère la préparait dans une grande maison sous les pins. Un enchantement !  Guillaume serait il notre mère grand ?

    La ballotine de lapin quant à elle, emballe les papilles qui se croient se poser, pour prolonger l'extase, - mais ne peuvent que  reprendre leur envol - sur la galette de polenta . C'est sans compter le  pistou de roquette qu'elle enrobe et qui accompagne la viande. Un festin de saveurs subtiles pour un simple déjeuner, qui titillent l'esprit et poussent à se demander, fourchette en suspens, quelle est, du savoir faire et de l'amour apportés à ces réalisations, l'exacte proportion.

    Assiettes élégamment dressées, menus végétariens en option, moules à la thaï, hamburger maison, Dahl de lentilles... Sophistiquée car simple, la cuisine de Guillaume est toujours réconfortante. Le chef a beaucoup voyagé et exercé son talent dans des pays lointains. L'inde, le japon, sont tout près, mais les plats de chez nous aussi :  frites maison, queue de bœuf, vins du pays, desserts faits ici et maintenant ne déçoivent jamais.

    C'est un bon restaurant. Un très bon restaurant.

    Et il faut le dire, quand on est assis au Melting Pot, on a comme une impression d'être ailleurs, un peu en Agleterre, un peu en Inde, un peu en les pays d'où viennent les rugbymen qui brunchent là, et tout à fait dans le monde. Juste sous les pins !

    C'est une sensation exquise que d'être attablé au Melting Pot.

      

    Il y a beaucoup de bonnes tables à Pulcherrima, mais celle ci est ma préférée : je n'ai pas de mérite, elle est à 15 mètres de la maison !!! et avec 20 euros, je m'offre un repas de fin gourmet.

      

    Le Melting Pot : 7 place du Forum (ancienne place Bistan) , sous les pins.

                                      ouvert du mardi au samedi de 10 h à 18 h à peu près. Fermé le soir. Tél : 04 68 65 58 83

                               

     Melting Pot , Melting plaisir, moments de grâce

     

     Melting Pot , Melting plaisir, moments de grâce Melting Pot , Melting plaisir, moments de grâce 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    * souvenir lointain d'un texte du livre de lecture de l'école primaire. Auteur inconnu. Cet œuf part à l'aventure et rencontre une écrevisse, un cheval, et toutes sortes de compagnons avec qui il cheminera jusqu'à la maison des trois loups. Si vous connaissez  ce conte, merci de me le raconter...

     

      Toujours fourrés au Melting Pot ?

     

    Source photos : Ignominieusement piquées sur le Facebook du Melting Pot. La honte nous étreint, mais quelques unes sont de nous quand même.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Echapper au présent si agité de ce mois de mars, plonger dans le passé, flâner dans le silence, fouler un parquet aux teintes passées, se raconter de grandes épopées et les voir sur les murs, partir en exploration et faire des découvertes, avoir les lieux pour soi seul, se prendre soi même pour une œuvre d'art en chantonnant "remember me", c'est tout le bonheur d'être au musée quand les autres sont au cinéma. Au musée d'art et d'histoire, on peut tout faire ou presque....l'esprit libéré du temps qui passe.

      

     Une après midi au MuséeUne après midi au Musée

     

     

     

      

      

      

      

          Gagner des batailles navales,                                                       se réfugier dans l'antiquité

      

    Une après midi au MuséeUne après midi au Musée

      

      

      

      

      

    Provoquer le silence en martelant le parquet                              admirer le travail du conservateur

       

    Une après midi au MuséeUne après midi au Musée

      

      

      

      

      

      

      

      

      

     

       

      Consulter les horaires de courriers sur un coup de tête et prendre rendez vous avec un bel homme

      

    Une après midi au Musée

    se réfugier dans la salle à manger

     

    Une après midi au Musée

    vérifier qu'il y a de l'eau dans les vases

     

    Une après midi au MuséeUne après midi au Musée

     

      

      

      

      

      choisir la porcelaine royale et préparer la table du dîner

      

    Une après midi au MuséeUne après midi au Musée

      

      

      

      

       

    compatir avec la destinée et vite, traverser le salon

       

    Une après midi au MuséeUne après midi au Musée

     

     

     

     

     

      

          

    S'agenouiller devant un poupon                                              pour mieux juger de La Jugie

        

      Une après midi au Musée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                  Croire en l'Arabie Heureuse

      

     Et avant de rentrer, regarder le monde de haut, pour se sentir plus sage, plus riche...

     

    Une après midi au Musée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Une après midi au Musée

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    L'Estafette de Nicolas 

    Une façade aux couleurs de Narbonne, un petit local ou le bois clair réchauffe l'atmosphère, voici L'estafette de Nicolas, un minuscule bistrot urbain, branché, cosmopolite, un lieu qui manquait singulièrement.  

    A consommer sur place ou à emporter, les préparations de Nicolas se dégustent comme un voyage touristique : Pâtes de chez Bareil (Castelnaudary), légumes de producteurs,(LR),  Jus de fruit du Somail, bières catalanes ambrées, fromages AOP et vin d'Oc. Soupes maison, sauces très variées pour pâtes, l'Estafette propose une carte d'hiver qui change au gré des envies de Nicolas et de la clientèle.

    Aujourd'hui la soupe de potiron au lait de coco est d'un velouté absolu,  avec le très léger piquant de la noix, et les pâtes - dentelles de Bareil en généreuse portion  - dansent la biguine sous le  colombo du jour, franc, savoureux, exotique, mais pas trop épicé. Quant à la sauce au pistou et aux noix, ainsi que celle au poireau & saumon fumé, elles confèrent subtilité et douceur aux pâtes qui se laissent déguster comme de la "médecine (diététique) à couler".

    Mais la vraie surprise, ce sont les desserts, qui pulvérisent mon habituelle austérité quant au sucré. Un véritable coup de maître  :  tiramisu d'ananas pochés aux épices, léger, déjà mythique et exigé chaque jour par la clientèle. Le banoffee n'est pas en reste non plus, banane et spéculos sous une couche aérienne de vanille, étonnant et festif à la fois. Des desserts frais frais frais, pas trop sucrés : un pur délice !

    Côté boissons un vin du domaine de Capendu en 18.6 cl pour reprendre le travail à 14 h l'esprit clair et énergique  et, pour ceux qui n'ont pas de temps de cerveau à consacrer à TF1, un Cola catalan quand même, pour réfléchir aux talents locaux.

    Un menu frais, assez copieux et digeste pour 9 euros seulement. Une table idéale pour masculin et féminin. Courez y : il va y avoir la queue ! A bon entendeur...

     

     

    L'Estafette de Nicolas

    L'Estafette de Nicolas

     
     

    L'Estafette de Nicolas

     

     

    L'Estafette de Nicolas

     

    L'Estafette de Nicolas

     L'Estafette de Nicolas
     

    L'Estafette de Nicolas

     

    L'Estafette de Nicolas

     

    L'Estafette de Nicolas

     

    L'Estafette de Nicolas

     

    L'Estafette de Nicolas :  9 Rue Droite à Narbonne

    ouvert le midi, et le soir de 18h à 21h pour ceux qui n'ont pas envie de cuisiner et qui ont bien raison.

     

     

    L'Estafette de Nicolas

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique