•  Le passe muraille démasqué

    Sans réponse des employés municipaux submergés de travail, ne voulant pas les harceler, n'ayant aucune envie de faire de la spéléo dans des archives poussiéreuses, nous avons tout de même pu retracer, après une enquête longue, ardue et fantaisiste, la courte histoire d'Ambroise, l'élément de fontaine qui voulait vivre sa vie. (Seul, un spécialiste en port de cravate pourrait en faire une thèse.) 

    Le petit univers du passe muraille

    Ambroise donc, insatisfait de son sort, exposé aux regards du tout venant, subissant plein vent et pluie, fientes de pigeons et autres dégradations venait de s'évader à l'heure vespérale où chacun vaque le nez en l'air, de la fontaine Wallace, place Voltaire, ou d'une autre fontaine, on ignore laquelle, (car il refuse désormais de parler) et se cherchait un lieu digne de son statut de statue, un abri sûr, un destin plus glorieux. Surtout, ne pas se faire repérer par un conservateur, ne pas être volé par un employé municipal pour son jardin, se planquer !

    La ville était alors en plein travaux : on restaurait, vers 1960,  le mur romain de l'enceinte de l'antiquité tardive édifiée au Bas Empire pour se protéger des invasions barbares*. Des échafaudages, des pierres, des espaces entre les pierres déposées, suffirent. Tardivement, il faisait presque nuit, Ambroise se glissa dans un passage où du béton à prise modérément rapide venait d'être coulé et clac, c'en fut fait de sa destinée d'aventurier !

    Le petit univers du passe muraille Le petit univers du passe muraille

    Le passage probable d'Ambroise,  salle des Consuls : parement interne de la courtine*

     Le petit univers du passe muraille

    Le passe muraille était surpris au mauvais endroit. Coincé ! Pour l'éternité ! Ou jusqu'à la prochaine re-décoration !

    Le petit univers du passe muraille

    Le petit univers du passe muraille

    Le petit univers du passe muraille

    Depuis, Ambroise ronge son frein. Il est désormais le Souffleur des Consuls, ce qui constitue un pedigree plutôt enviable. A peine remarqué, rarement dépoussiéré, verdissant lentement au fil du temps, il assiste aux élections, aux concerts, aux repas donnés par des associations, aux expos... Plus rien ne l'émeut, même s'il souffle toujours, même s'il souffre un peu, et pour cause : il n'y a pas une seule goutte d'eau dans la salle des Consuls !

     

    Le passe muraille démasquéLe passe muraille démasqué

     Le passe muraille démasqué

    Le petit univers du passe muraille

    Le compagnon d'Ambroise. 

     

    * Érudition copiée collée !

    ouvrage consulté : Quand la ville était fortifiée

     

    Le petit univers du passe muraille

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Article écrit & proposé par Catherine Becam*

     

    Once upon a timeIl était une fois un charmant hameau du Minervois, que l’on nomme Le Somail. Quelque part dans l’Aude, à une dizaine de kilomètres de Narbonne. On y vit tout doucement au rythme de l’eau, source de vie, et là, le temps se décline au présent. Ici et Maintenant. Au fil des heures, il y a le soleil et les reflets d’une lumière changeante. On y est bien. Simplement bien. Que l’on soit d’ici ou d’ailleurs, natif ou étranger, chacun y trouve sa place, il suffit de respirer, d’écouter vraiment et de regarder. Dans ce hameau, les femmes sont belles et puissantes. Elles s’appellent Nelly, Françoise, ou Colette. Il y a celles qui passent comme Clara et celles qui y demeurent comme Dominique, Jocelyne… et toutes les autres. Vibrantes, intenses, rayonnantes. A chacune son histoire… ‘engrammée’ dans l’Histoire du Somail.

    Perles du Somail, histoire(s) de femme(s)

     

     

     

     

     

    Un livre, un jour : ‘Secrets de Vie’

    Le Somail, ce charmant hameau qui borde le Canal du Midi, entre Narbonne et Carcassonne, Jocelyne Miquel en est une inconditionnelle. Pas étonnant quand on sait que c’est le Somail qui l’a vu naître, grandir, aimer…. et qui l’a inspirée pour l’écriture de son premier roman.

    Correspondante de presse, elle tâte à l’écrit avant de se lancer dans la rédaction de ‘Canal du Midi, Le Somail, Secrets de vie’, un livre qui se lit comme un roman, et qui retrace l’histoire de ce hameau singulier, aujourd’hui administré par trois communes. Un pataquès pour ses résidants, qui n’y comprennent pas grand-chose et qui voient fleurir les inégalités de traitement… Mais c’est une autre histoire ! Et la période évoquée dans ‘Secrets de vie’, un peu avant la Première Guerre, « entre deux siècles », tout début du XXème siècle n’évoque pas ces couacs administratifs. Peu s’en faut… Ici, on croise des personnages hauts en couleur, des personnages attachants, qui ont probablement existé ou non, en tous les cas, qui ont largement inspiré l’auteur de ces ‘Secrets de vie’.

    Rose et Marius… Un amour naissant, des rêves plein la tête et le cœur. L’abbé Azam et sa loyale compagne, la chèvre Chaussinette, confesseur et confident, homme providence un brin iconoclaste. La maméto, la grand-mère acariâtre qui régit une société que certains sociologues diraient matriarcale. Toutefois contrôlée par des codes très masculins : les hommes au café et les femmes au lavoir ! Et puis cette mystérieuse cabourdo, la folle du hameau, guérisseuse à ses heures, dont tout le monde se méfie, parce que trop différente, qui protège par sa soi-disant folie un bien lourd secret…

    Immersion dans un Somail à une époque où la Chapelle tenait lieu de rassemblement le dimanche, Perles du Somail, histoire(s) de femme(s)jour de messe, et où certaines familles avaient leur banc réservé. Un Somail où le tourisme n’était pas encore source de richesse économique et où on vivait des récoltes de la vigne. Et où l’eau du canal du Midi était un dénominateur commun, rendant les gens de l’eau et de la terre interdépendants.

    Un beau livre, tout en poésie, comme la délicatesse de cette tourterelle qui vient s’abriter dans la chapelle, éveillant bien des curiosités parmi les habitants du Somail… En attendant le Tome II des aventures du Somail, dont la rédaction est en cours, on court vite se le procurer à la Librairie du Trouve-Tout du Somail. Vous contribuerez ainsi, pour 14 euros, à la restauration de la chapelle, les droits d’auteurs de Jocelyne Miquel étant reversés à ce dessein.

    The book edition

     

      Perles du Somail, histoire(s) de femme(s)

    Géographie  Clara Castagné  

    Une drôle de vision : Clara la singulière et son hôte, Nelly de la ‘Librairie du Trouve Tout’.

    Elle ne se définit pas. Elle ne veut pas s’enfermer, Clara Castagné. Mythologie, scènes et personnages intemporels, contemporains, se partagent la vedette sur des cartes de géographie ‘politique’ d’un temps révolu. De celles qui peuplaient les classes d’écoles il y a encore quelques décennies. Elle brode tout autour avec brio. Une inspiration que la belle plasticienne ne s’explique pas, qu’elle transmet tout bonnement avec son air angélique venu d’ailleurs… C’est fort, esthétisant et esthétique, et narratif en diable. Et cela raconte forcément des choses qui nous parlent…

    Une seule envie : décrocher une des toiles et repartir avec. Pensez toutefois à passer à la caisse ! C’est son hôte Nelly, digne héritière de la « Librairie Le Trouve Tout du Livre » qui l’accueille tout le mois d’août sur les cimaises de cette librairie qui ne ressemble à aucune autre. Tout un art – et Nelly excelle à transmettre cet héritage aux amoureux des livres, France 5 en a même fait un studio pour son émission « La Grande Librairie » -…

    On trouve vraiment de tout au ‘Trouve Tout du Livre’, y compris des ‘incunables’… Colette, énergie inépuisable et humour ravageur chevillés au corps, vous dégottera l’impensable. Il manque de la place pour évoquer Françoise et Yolène, cela fera partie d’un autre billet… Histoires de femmes, je vous dis. Ah ! Le Somail….

    A voir à la Librairie du Trouve-Tout au Somail 

    Perles du Somail, histoire(s) de femme(s)

     Un « Plan B » au Somail : une histoire de tribu(es)

    Un peu plus loin, à quelques mètres de la Chapelle du Somail : le Plan B. Là, Dominique, la belle sétoise au rire lumineux, générosité à fleur de peau, s’éclate aux fourneaux, assistée par les ami(e)s de toujours, sa fille Blandine, l’artiste au regard franc et Ingrid, la pianiste des lieux, amoureuse de la vie… On se régale du magret, de l’encornet ou du filet mignon… Ici, point de chichis. C’est un beau jardin comme on les aime.

    Au clair de lune, en soirée, on y vient retrouver les amoureux du Somail, ceux qui vivent ici depuis des lustres. Et les autres aussi, ceux qui au détour d’un périple, ont trouvé ce joyau du Canal du Midi et qui s’y sont installés. Ici, on partage tout, les joies et les peines. Et c’est cela, qu’on aime, le vrai de toutes ces perles du Somail ! 

      Le plan B 

     

    Perles du Somail, histoire(s) de femme(s)Issue de l'Ecole Estienne, Catherine Becam conjugue plusieurs talents : journaliste radio, journaliste territoriale, consultante en conseil éditorial, amie sincère et auteur. Elle écrit pour plusieurs magazines (tourisme, économie) et vient de publier son premier roman, "le code du silence" chez les éditions  TDO.

     

     

     Source images : Le Somail, aquarelle de Paul Gilbert. Toutes les images renvoient vers leur source : cliquer pour y accéder.

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Romy est une artiste. Elle aime les jolies choses, et aime les faire. Peindre, bricoler, restaurer, ces activités n'ont rien de secret pour elle, qui d'un rien, fait une chose raffinée. Des luminaires aux têtes de lits, des tableaux ou des sculptures, Romy est multi talentueuse. Et chaleureuse. Elle nous fait penser à la femme sage de Salomon : Elle se procure de la laine et du lin, et travaille d'une main joyeuse.

    Petite visite en images de ses réalisations qui habillent évidemment sa maison d'hôte, ce Clos des chevaliers qu'elle gère  et qu'elle décore avec l'aide de son mari.

    Quand au clos l'art éclot 

      

    Quand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclot

     

     

     

     

    Quand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclot

     

     

     

     

    Quand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclot

     

     

     

     

     

     

     

    Quand au clos l'art éclot Quand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclotQuand au clos l'art éclot

     

     

     

     

    Le Clos des Chevaliers - 21 - Impasse Hélène Boulanger, à Narbonne. 04 68 41 50 79.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique