• En ville, jours de décembre

    Sur la place, un jour

     

     

    En ville, jours de décembre

    Noël est passé, si vite. La routine, qui ne s'arrête jamais vraiment, reprend.  C'est ici que la vie s'écoule. Voici Madonna au travail : vous n'auriez pas une cigarette ? Vous n'auriez pas 3 euros cinquante pour acheter un sandwich ? Les sandwichs de Madonna ont la forme  des cartes à gratter et son travail est une continuelle errance.

     

    Willow passe, truffe basse, chargé d'ans, cahin caha sur les pavés. La place est son royaume, royaume qui rétrécit de jour en jour, car les jours passent, et Jack Russel se fatigue.

     

    En ville, jours de décembre

     

    Et voici l'homme rouge, l'homme toqueux, car comment le nommer, qui descend en dégringolant – dirait-on - la rue de l'ancien courrier, passe entre l'entrée de la pharmacie Chevillard et l'enclos à vélo, fonce vers la mairie où il bute pour repartir en angle aigu vers le monoprix, sa destination finale, en contournant soigneusement le trou de la voie Domitia, penche résolument vers Labau et revient. Ouf ! Il y est ! On assistera à son retour via le même trajet chaotique, en sens inverse. Ne vous mettez pas sur son passage, vous le perturberiez. En tout cas, il va toujours bien.

     

    Au petit Moka, que Martine a depuis un moment quitté, même si on la revoit de temps en temps, les cafés fument, le journal passe de mains en mains, jalousement surveillé par les habitués qui comptent le temps de lecture de chacun.

     En ville, jours de décembre

    Plus loin, une petite fille passe, dispersant dans l'air des bulles irisées ! Que c'est joli ! une dame tente d'en attraper une !  Tandis que des amis viennent saluer un ami au son du biniou*. Des  moments de grâce, de quiétude et de beauté.

     

    En ville, jours de décembre

     

    En ville, jours de décembre

     

     En ville, jours de décembreDes pigeons tiennent conférence autour d'une flaque, sur la douceur de l'air et les nouveaux animaux qui sont arrivés à la ville. Les animaux de la ferme de   la cour de la Madeleine observent depuis quelques jours une transhumance ininterrompue de petits enfants curieux et de grands amusés. Un petit garçon a posé sa tête sur le dos d'un cabri. Sagement, il écoute son cœur.

      

     En ville, jours de décembreEn ville, jours de décembreEn ville, jours de décembre

     Tiens ! Athina Ioannou a quitté les lieux : ouf, les choses sont bien plus claires à la Mairie. On me susurre à l'oreille qu'elle persisterait au musée lapidaire. Ah bon ?

     

    En ville, jours de décembreEn ville, jours de décembre

     

     

     

      

        Avant                                                                                                                             maintenant

    Le sapin dans la cour du roi des juifs allège l'esprit, et nous rappelle que l'histoire humaine n'est qu'une petite seconde dans l'éternité : un sapin aujourd'hui, un chandelier hier, demain  un croissant ? A voir cette image des limites géographiques de la France (de 985 à 1940) qui circule sur Facebook, on dirait que beaucoup s'y préparent...

     

    En ville, jours de décembre

      

     

    En ville, jours de décembre

    Enfin, un dernier petit cadeau à faire aux tout petits ? Le livre de Mireille Rudelle leur permettra de colorier la ville aux couleurs des fêtes : il y en a encore quelques exemplaires à la boutique du Musée, à la Mairie, à gauche en entrant !

     

    Tout est calme. Que c'est bon d'être vivant !

    Sur la place, un jour

     

     * A moins que ce ne soit un autre instrument.

    « En attendant le p'tit JésusUne cheminée »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :