• Déterrer le pied de mouton !

    Déterrer le pied de mouton !

     

     

     

     

    La voix : alors Hydnum Repandum, vous êtes un végétal extrêmement banal, Répandu est votre nom. Mais... mais, mais vous n'êtes pas un pied de mouton ?

     

    La Pézize : Parfaitement. Je n'en suis pas. Déterrer le pied de mouton !

    Je suis une Pézize orangée. J'ai entendu parler de vos interviews et je ne comprends pas pourquoi vous parlez toujours de champignons banals, que tout le monde connaît, donc je suis venue avec le pied de mouton. J'existe moi aussi, moi aussi je suis comestible, moi aussi j'ai des pouvoirs ! Alors on prend rendez vous pour une conversation passionnante ou on la fait maintenant ? Poussez vous, vous la patte de mouton !

    La voix : Ce n'est pas très poli de votre part. Alors Hydnum ?

    Le pied de Mouton : Ah oui ? Et alors ? L'air aussi est banal, ça n'en atténue pas pour autant son excellence, n'est ce pas ? 

    La voix : C'est vrai. Pardonnez mon insolence. Je voulais insinuer que l'on pouvait vous trouver plutôt facilement ? Pas comme la truffe ou... la Pézize.

     Le PdM : Attention, il faut tout de même nous mériter. Nous nous tapissons sous la mousse, les aiguilles de pin ; quelquefois notre blancheur jaillit aux yeux du chercheur et d'autres fois il peut passer à coté de nous sans nous voir...Surtout s'il n'a aucun flair.

     Déterrer le pied de mouton !

    La voix : Avez vous des pouvoirs ?

     

    Le PdM : Eh bien voyez vous, pour un végétal extrêmement banal, comme vous dites, je suis un des rarissimes à receler de la vitamine D. Qu'est ce que vous dites de ça ?

    La voix : Euh...pas mal, poussez vous dans les mêmes lieux que la Pézize ?

    La pézize : Ça non, nous sommes des champignons des prés, notre beauté doit pouvoir éclater dans l’œil qui nous découvre. Nous n'allons pas nous cacher sous la mousse, nous. Admirez cette dentelle, cette teinte délicate...

    La voix : oui oui, vous êtes très jolie, mais on ne vous tient pas en grande estime n'est ce pas ? Vous ne jouissez pas d'une grande notoriété. J'ai entendu dire qu'on pouvait vous consommer sucrée, et avec de l'alcool en plus ! Qu'est ce que cette recette, hum, inhabituelle ?

    La pézize boude et ne répond pas.

    La voix : Hydnum, on nous conseille de gratter vos aiguilles, pourquoi ? Est ce toxique ?

    Le pied de Mouton : Je sens comme une pointe de désobligeance à notre égard ! Nos aiguilles ne sont pas toxiques. Mais comme vous êtes des êtres fragiles, c'est juste un conseil digestif. Écoutez, est ce qu'il ne faudrait pas revoir tout ça non ? Cette interview est parfaitement ridicule et mal organisée.

    La voix : J'y penserai. En tout cas merci pour cette conversation

    La pézize et le pied de mouton :  contrariés: oui oui, c'est ça, on ne vous souhaite pas bon appétit ! A voix basse : elle ne nous mérite pas !

    La voix : la prochaine fois j'interrogerai une bouse de vache sur le processus de biodégradation qu'elle subit. Je parie qu'elle sera plus intéressante que ces deux zouaves.. 

    La voix : Alors la bouse, qu'est ce qui vous est arrivé ? Vous ressemblez à un gâteau ! 

    Déterrer le pied de mouton !

    La bouse, mentalement : Je suis une bouse. Depuis quand les bouses parlent ? Et depuis quand les gens parlent aux bouses ? Il se passe vraiment n'importe quoi dans ce pré...La faute aux pézizes encore !

     

    Déterrer le pied de mouton !

     

     

    « Ma ville se cherche un prince...épisode 2Les nouveaux remparts de Pulcherrima »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :