• Dans les bouquins

     

     Dans les bouquins   

    Qui sont ces hommes que tantôt l’on porte soit au pinacle, tantôt l’on voue aux gémonies ? Ce sont ceux du rugby, aussi mystérieux que les acteurs : ils ont le trac avant la représentation, doivent se dépasser sans cesse dans le jeu, qui devient une “profession”, mobilisent les émotions des spectateurs en incarnant les espoirs et les rêves de gloire de milliers de “supporters”. Lourde responsabilité !

    Le cinquième livre de Christian Pastre, qui tient par ailleurs un délicieux blog porte bien son titre. “A Corps perdu” nous raconte l’histoire de Franck Achillon, demi dieu du rugby, adulé par le public, qui doit tout faire pour mener son club à la victoire. Corps perdu, oublieux de soi, victime de blessures de guerre, Esprit batailleur mais perdant finalement. Car sortir glorieusement du jeu pour entrer dans la légende ne lui sera pas permis.

    Pour ceux qui ont toujours considéré que le rugby n’était que la tragique histoire d’un ballon poursuivi par 30 bonshommes, ce livre est une petite surprise. Cet univers rubyesque, où le ballon est ovale, est celui du rituel, de la métamorphose de l'homme ordinaire en "héros", du challenge perpétuel et du dépassement de soi pour faire gagner les autres. Mouvements dans le jeu, épuisement sur le terrain lors de “regroupements”, violence du sport et coups bas, douleurs physiques d’un corps toujours sollicité, ambitions des uns s’opposant à celle des autres, angoisse de la défaite, tout cela est écrit en phrases simples, courtes et poétiques qui, du stade aux vignes et aux étangs  en passant par les pensées de Franck, nous plonge au cœur de ce sport... ovale.

    Un roman qui laisse aussi une impression durable dans l’esprit. Car l'histoire de Frank Achillon est celle de son mental et de sa volonté. Car les personnages, pourtant esquissés de façon tenue, brève  ont une réelle densité. Parce que la tragédie qui nous est contée, celle d’un dieu qui déchoit, car les dieux sont fragiles aussi, nous touche et résonne fortement avec l’actualité du RCNM, qui plonge en ce moment ses supporters dans le désespoir…

    Dans les bouquins

    A Corps perdu par Christian PASTRE - Librairies Camus - Libellis. 15€

    Et aussi, la critique de Michel Sidobre sur ce livre : ICI

     

    Dans les bouquins

    Et pourtant, les joies et les espoirs de rayonnement d’un club de Rugby  peuvent conduire à la transformation d’une ville. Au plus haut niveau international, le RCN à 15 de Narbonne à permis à la ville de moderniser le stade de l’Egassiéral dès 1974. “En 1992, la délégation des USA choisit Narbonne comme base d’entrainement des ses athlètes pour les J.O de Barcelone”. Extraordinaire non ?

    C’est une de ces choses que l’on (re) découvre dans le livre de Jacques Michel DUCROS qui nous raconte “Narbonne et son patrimoine”. Des Ibères aux Elysiques, premiers peoples , venus de méditeranée à Narbonne en passant par les celtes, Wisigoths c’est un bon livre qui permet de découvrir l’histoire de Narbo Martius, rapidement et légèrement, comme en  introduction à d’autres ouvrages plus denses.

    Et surtout, super bonus, toutes les photos sont de l’auteur.

    Pline l’ancien disait de Narbonne: “On donne le nom de Narbonnaise à la partie de la Gaule qui est baignée par la Méditerranée… Par sa culture florissante, par les moeurs et le mérite de ses habitants, par l’opulence, elle ne le cède à aucun pays soumis de l’empire ; en un mot, c’est plutôt l’Italie qu’une province

    Faisons comme si c’était toujours vrai aujourd’hui et n’hésitons pas à honorer nos auteurs locaux, car il n’y a rien de mal à être un peu chauvin.

    Dans les bouquins

    Narbonne et son patrimoine par Jacques-Michel DUCROS - A la librairie l’An Demain. 20€

     

    Et pour finir en beauté, après tout le printemps est arrivé, la magnifique encyclopédie de Maurice REILLE, le Dictionnaire visuel des plantes de la garrigue et du midi. Un ouvrage à consulter à la maison, après être revenue de la Clape, du parc de la Campane ou même de la ville où les “sauvages LIEN” sont ommniprésentes. Le moindre brin d’herbe local est disséqué, photographié, superbement décrit. L’occasion de saluer à haute voix les plantes par leur nom,”salut, globulus !” (si on est un peu fou!) ou de se faire un herbier, objet à remettre à la mode.

     

    Dans les bouquins

     

     

    Dictionnaire visuel des plantes de la garrigue et du midi par Maurice REILLE - à la librairie l’An Demain,  29,90€. Pour les richesses botaniques décrites, ce prix est franchement dérisoire.

     

     

    Librairies

    l'An Demain : rue Cabirol

    Camus et compagnie : rue de la Major

    Libellis : rue Droite

     

     

    « Narbonne la belleAnne Marie Jaumaud »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :