• Cultiver l'amertume

    Cultiver l'amertumeIl ne se passe pas 3 jours sans que l'opposition municipale ne s'exprime dans sa presse, pour critiquer, moquer, se répandre contre la nouvelle municipalité . Début septembre, "le maire se met hors la loi" en laissant diffuser la photographie du centre de surveillance de la ville. Pas de bol, la photo parue dans la presse a été prise avec l'autorisation du sieur bascou, sous sa mandature. septembre, Après "la mise hors la loi, la FNisation de D. Mouly, voilà maintenant l'homme qui  "tombe le masque" pour révéler son visage "odieux"! Aujourd'hui encore, l'opposition cause dans le journal pour nous dire que personne ne vaut mieux qu'elle.

    La fonction municipale n'exige aucun respect de la part de l'opposition, sauf si c'est elle qui l'occupe.

    Nous nous sentons pris en otage par cette médiocrité permanente. Nous en avons assez. Assez des donneurs de leçons bon marché, assez de cette persécution. Nous, le peuple, sommes marqués par l'acharnement contre le Maire de Notre ville, le mépris envers les électeurs, la pleurnicherie perpétuelle et la récurrence des propos odieux tenus par cette opposition qui apparemment n'a rien de mieux à faire. Et nous n'avons pas l'intention de nous en remettre.


    Bambins : visite en amont de la crèche pour le président du conseil général, le vendredi 19 septembre. Inauguration par la ville le 23 septembre représentée par Monsieur le Maire, qui vient d'être élu.  Un problème de coordination nommé mépris ? Plutôt la volonté d'ignorer la ville qui a financé la quasi totalité du projet.(Mais c'était avant). Et quand le maire de la ville prend à parti le représentant du conseil général, et qui peut l'en blâmer, l'opposition se fend d'une demi page dans le journal d'ici pour insister sur « la grossièreté du maire ». L'opposition se prend encore et toujours pour le maître et se révèle de plus en plus répugnante. Etes vous donc incapable de dire simplement : voilà les programmes démarrés pour la ville (et non pour vous), les voilà finalisés ? Vous en seriez grandis et nous, plus sereins. Mais vous n'êtes pas là pour nous. Vous préférez gloser sur le vol du coucou. Vous commencez d'ailleurs à avoir l'air d'être complètement bredins. Vous n'êtes pas les Narbonnais !

     

    Cultiver l'amertumeCultiver l'amertume

     

     

      

      

      

      

      

      

        Cultiver l'amertume

    Les bambins sont bien logés : on a envie de redevenir tout petit

      

      Cultiver l'amertume

      

    Communauté de l'agglo : les affaires reprennent dans le terrier, sur le même ton. Ou presque. Rapide intronisation verbale de Gilles Laur, maire d'Argeliers nouvellement réélu. Vote pour la dématérialisation des communications sur le territoire via des tablettes qui permettront de recevoir les convocations. C'est le 21è siècle ! Le réseau à très haut débit arrive d'ailleurs et coûtera à l'agglo 3 361 632 millions d'euros et une course aux subventions.

     La litanie de l'unanimité se brise d'abord sur la nomination d'un conseiller pour un siège quelconque : Pérea contre Granier Calvet. Le petit personnel n'arrive pas à  compter les voix. Le hibou prend l'air compétent, ce n'est pas lui qui compte.  Kiépourkiékontrunanimité se double ce soir d'une nouveau  leit motiv : levez bien les bras ! Levez bien les bras ! Du grand spectacle ! A. Péréa est nommé bien sûr !

     

    Cultiver l'amertume

    Bascou montre comment lever les bras : (oui la photo est illicite donc floue) mais voilà où mène l'expérience politique : à lever les deux bras pour que le comptage se fasse une troisième fois, avec 3 compteurs. Un grand moment de rigolade dans le public.

     

    Petite polémique sur le prix de vente des terrains destinés à la réalisation d'une zac et d'un pole de santé. 45€,viabilisation comprise, c'est très bon marché. Ce ne serait pas plutôt 90 à 100€ le m2 ?
    Et blou et bi et boul et ga : le hibou ne répondra jamais à cette question. Sa spécialité consiste à décrire et redécrire sans fin les avantages de tout ça. Ah c'est un théoricien, pas un technique. Une partie s'abstient, l'autre vote. Unanimité.


    Cultiver l'amertumeL'intervention du beau Tristan (vice président délégué à l'innovation, à l'enseignement supérieur, passionné d'économie) déchaîne des réactions fortes aisément compréhensibles. Il propose entre autre une subvention de 120 000€ à Nucléum, encore une couveuse d'entreprise dont l'accompagnement aux entreprises est reconnu. Qu'elle s'accompagne donc toute seule. La question avait déjà été posée lors du précédent conseil, à l'annonce de l'attribution d'une enveloppe de 90 000€ à la pépinière Eole. (Dont le peu qu'on sait est que l'essentiel des quelques entreprises qu'elle héberge sont de type unipersonnelle, ou franchise, est incapable (pour cause de paternalisme exacerbé) d'accompagner des entreprises innovantes qui foncent vers Paris, privant ainsi le territoire de recettes) : Quels sont les résultats de ces pépinières ? Plus de 60 entreprises (61? 62?) accompagnées depuis 1989 ??  8 à 10 d'entre elles déjà disparues ? A l'agglo on a pas jugé d'apporter une réponse, on n'est pas en mesure de dire combien d'emplois crées, combien d'entreprises pérennes et prospères, combien de recettes fiscales générées : on est en plein laboratoire d’expérimentation. On arrose. On saupoudre. Considérant que les pépinières sont des entreprises à part entière.

    Pas d'unanimité sur ce point, ce qui permet au président de se sentir autorisé à dire à l'opposition de "reconsidérer son vote" .

    L'opposition s'affirme : Ces arrosages, ces imprécisions ne sont pas du goût du maire d'Ouveillan qui informe que «  si ce conseil n'est pas capable de prendre les bonnes décisions, nous nous y opposerons » et quitte la salle. Auparavant, Bertrand M. qui signale "nous ne sommes associés à rien, la ville centre ne participe pas aux débats, nous recevons les infos au conseil communautaire 4 fois par an pour écouter une messe préparée par l'exécutif", reçoit une longue leçon de démocratie de la part du maire battu qui attend la soumission de la ville. Les bras nous en tombent ! Mais ce n'est pas grave, le narbonnais électeur n'est personne, la preuve, on engage un recours. c'est la démocratie selon Bascou. On dit « tout n'est pas perdu ». On est démocrate. Un référendum ? Oui, il va falloir le demander pour confirmer ou infirmer la légitimité de cette situation.

    Puisque la ville ne participe à aucune commission de travail, doit elle se rendre au conseil communautaire ? Et si elle s'y rend , doit-elle s'en aller en cours de session ?

    Le président, de très bonne humeur ce soir, mais de plus en plus mauvais, survole les dossiers, se révèle incapable de répondre clairement à une question précise, ne rate jamais l'occasion de faire croire qu'il tend la main. Dans le public les pro bascou ricanent et comptent des points imaginaires.

    Vous n'avez pas les moyens d'aller au théâtre ou à l'opéra ? Venez voir jouer votre avenir dans la pièce "les usurpateurs usurpés". Le spectacle en vaut la peine !

    C'est là le point de vue du peuple. Celui qui par dépit ou désespoir fabrique des cocktails molotov qu'il écluse les uns après les autres. Tel une outre trop pleine, il finira pas exploser. Il lui faudra simplement exploser au bon endroit...!

    En attendant...

    La vie continue : voilà les jeunes étudiants qui s'offrent une fiesta au dessus de la voie Domitienne : s'approprier la ville, la rendre rigolote, agréable à vivre en toute tranquillité, collaborer pour fêter la vie, voilà ce à quoi nous devons travailler : la vérité sort de la bouche des enfants

     

    Cultiver l'amertumeCultiver l'amertume

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      (photos volontairement floutées)

     

     

    « Salut les Zygotes !Quand la musique crée la forme »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :