• Comme un rêve oublié

     Comme un rêve oublié

      

    Dans la rue même du nombril de Vénus, rue Auber, la petite cour rouvre 20 ans plus tard,en cette fin de mois de mars. Petit clin d’œil du destin, et que l'hôtesse note avec humour, le couple, marié par maître Hubert Mouly et tout jeunes restaurateurs à l'époque, rouvrent sous la toute nouvelle mandature de maître Didier Mouly.

    Un lieu de maîtres donc : une petite cour dont le sol et les murs sont décorés de carreaux de ciment peints qui n'auraient pas dépareillés une villa romaine. C'est le coin fumeur ! Inestimable ! Les 8 tables sont gaiement recouvertes de sets aux couleurs du sud. De l'endroit se dégage cette atmosphère nostalgique (et romantique) de jardins lointains et surannés, de maison où les patios secrets préservent la quiétude et le bonheur de se sentir privilégié, où on savoure le temps!

    Comme un rêve oublié

    L'accueil est agréable, discret, preuve du savoir faire des maîtres des lieux. La salle, un peu sombre, est élégante, sobrement décorée et parfaite en soirée.

    Comme un rêve oublié

    Au menu, 3 propositions dont la brochette de poulet aux épices sur laquelle je parie. (viande qui de nos jours est rarement bonne, sauf si vous l'achetez en Bresse). Eh bien, divine surprise, les restaurateurs savent restaurer : un poulet tendre à l'intérieur et croquant à l'extérieur car légèrement braisé au feu de bois. Une ratatouille étonnante, ( un plat que pourtant je n'aime guère), délicieuse, savoureuse, presque ayurvédique, avec des légumes en petits carrés l'accompagne. Mais le must fût cette pomme de terre en papillote recouverte de crème, de ciboulette et d'ail (du moins c'est que m'indique mon palais) et dès la première bouchée, la surprise et l'extase vous assaillent. Absolument ! Il y a comme cela des pommes de terre inoubliables. Ayant trop dîné la veille, je n'ai pas testé le vin mais c'est un vrai bonheur de manger aussi bien avec 10€50 en poche. Les desserts demeurent classiques : panacotta fruits rouges, moelleux au chocolat, tarte tatin et restent aussi à découvrir. (Je n'avais plus faim, hélas)

     

    Comme un rêve oubliéComme un rêve oublié

     

     

     

     

      

      

      

        

    La maison propose aussi un buffet en self service et le vendredi, soirée grillades et brasero géant de fruits de mer.

    On dirait qu'à Pulcherrima il y aura de plus en plus de bonnes tables. Miam !

    Dépêchez vous d'y aller car l'endroit deviendra vite très (trop) couru, et peut être bien sélect ! Ça ne sera pas dommage...


    Comme un rêve oubliéComme un rêve oublié

      

      

      

      

      

      

      

      Ouvert le midi en semaine . Le soir vendredi et samedi. Vous pouvez vous habiller, la fête n'en sera que plus belle !!!

    Tél. : 09 84 27 87 61

    Comme un rêve oublié

     

    « Le nombril de VénusDu copié collé en héritage »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Avril 2014 à 14:21

    Très bel endroit, très bel article. J'ai hâte d'y faire un tour... Merci pour cette découverte :-)

    2
    lucky look
    Jeudi 10 Avril 2014 à 14:39

    ca à l'air sympa j'aimerais bien qu'on s'y fasse une bouffe un de ces quatre. le midi si possible.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :