• La première fois.

     

    J'avais 15 ans et lui 29

    Pour la première fois nous étions seuls

    Je savais ce qu'il me voulait

    C'était la première fois

    Je levais la tête

    Il me touchait l'endroit avec ses doigts

    Je retenais mon souffle,

    "j'ai peur", dis-je

    Il me demanda de me soulever un peu

    Je gémissais

    Ça commençait à me faire mal,

    du sang coulait

    Mais je me comportais comme une femme

    Je n'en pouvais plus.

    Je remplissais la salle de gémissements,

    C'était la première fois qu'on m'arrachait une dent

     

    Merci et bravo à : M.R de Bouleternère, auteur - Bol d'air de l'Indépendant du 4 février 2012

                                    à M.C, qui nous a fait découvrir ce texte si évocateur.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Debono ? Quèsaco ?

     

    C’était au mois de juin, on s’en rappelle encore. Les législatives mettaient en branle 17 candidats sur notre circonscription. 17, qui ont pratiquement fait, au minimum, un score de plus de 100 voix sur les 28 communes concernées. Sauf une. Une candidate divers droite, nommée Aurore Debono, qui a rondement rimé avec zéro !

    Aurore Debono a-t-elle été kidnappée ce 11 juin, et par qui ? Est-ce par excès de courtoisie qu’elle n’a même pas voté pour elle-même, comme cela se pratique couramment, ou par manque de confiance dans sa propre candidature ? Même pas une voix ! Comment faire un score de zéro ? Aurore Debono existe – telle ? Est-ce un fantôme, tellement fantôme que l’on n’a pas trouvé un seul bulletin à son nom dans aucun des bureaux de vote ? Profession de foi, et bulletin se sont ils désintégrés en arrivant sur la 2ème circonscription ? A quoi servent donc la préfecture et l’Etat chargés de contrôler la réalité des candidatures ? L'électeur est en droit de trépigner de colère face à ce je menfoustisme et à la certitude qu'il n'aura pas de réponse ! 

    Sous l’étiquette « divers droite », Aurore Debono appartiendrait à la structure financière de l’UDI, Dénommée UDRL, ie Union des Démocrates Radicaux et Libéraux, une , sorte de meccano électoral, créée le 6 avril 2017, qui promeut les valeurs de la république, de l’humanisme et défend un idéal d’épanouissement individuel et d’égalité des chances.

     

    Debono ? Quèsaco ?

    Des valeurs qui n’auront pas cours pour Debono, aucun épanouissement pour Debono, aucune égalité pour Debono ! Debono ne sera pas députo.

    Alors un leurre, comme ceux utilisés pour les courses de lévrier ? Un amuse gueule de plus sur le plateau du choix, de plus en plus illusoire, électoral ? Une stratégie en cas de victoire présidentielle de la droite ? Les voix récoltées auraient elles du se reporter sur celles de Mayekeul Paille en cas de maintien de ce dernier lors des législatives ? Un message adressé à l’électeur qui doit dorénavant fabriquer les bulletins de vote (comme pour les Européennes) ? Tout ce que l’on peut affirmer c’est que, plus que jamais, même dans les pays sous développés on n’atteint pas une telle ignominie : il y a au moins de vrais candidats. Et on nous prie de sortir de chez nous pour ces conneries ! Des candidats sans profession de foi et sans bulletin de vote. La démocratie est devenue comme la pub pour le fromage : quand on veut, comme on veut ! Des services comptables, du personnel, des syndicats ou des associations de concierges présentent des candidats surgissant de nulle part, dont les électeurs n’ont jamais entendu parler et ignorent même qu'ils sont candidats, etc…

    Un tel laxisme signe bien l’usure du système électoral, qui ne vaut plus grand-chose. En tout cas, nous sommes prévenus : toujours se méfier des « divers » inconnus. Toujours !

     

    UDI : union des démocrates et indépendants, crée en 2012 par Jean Louis Borloo, et doucement agonisant depuis 2015.

     

     

    Debono ? Quèsaco ?

     

     Billet proposé par M.C dite Mme Lambda

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ♫♫ Drôles de gens...♫♫♫ Drôles de gens...♫

    ... que ces gens là♫. Drôles, mais sympathiques : ce sont des amis. De vieux amis, de très très vieux… Je ne dévoilerai pas leur âge, ça les gênerait. Mais ils seront justement bientôt rajeunis, et nous les reverrons probablement tous, pimpants, au Muréna, s’il se termine un jour. Tous ces gens là, romains, libres ou esclaves, top models ou personnalités. … se cachent depuis près d’un siècle au Lapidaire qu’il faut visiter* pour :

    1.  la fraicheur qu’il y fait. Et si vous êtes malins vous vous y rendrez avec un petit pliant de plage ou de pêcheur et un carnet de dessin pour y jouer aux croqueurs de croquis (justification absolue) lors de la canicule. (je crois que quelqu’un prépare un évènement. A suivre…)
    2.  le solennel et le charme de l’église. Attention, Athina Ioannou y est toujours présente avec ses fanions : ne levez pas les yeux !
    3. remplir les caisses de la ville !!!
    4.  toutes les découvertes lapidaires qu’on peut faire.

     

    ♫♫ Drôles de gens...♫

    ♫♫ Drôles de gens...♫

    Alors, allez donc leur faire un petit coucou, c’est la moindre des politesses, entre locaux. Et ce n’est pas parce qu’ils arborent un air figé (pour cause de pierre) qu’ils n’adorent pas recevoir de la visite !

    ♫♫ Drôles de gens...♫

    ♫♫ Drôles de gens...♫

    ♫♫ Drôles de gens...♫ 

    ♫♫ Drôles de gens...♫

    Ave ! Pulcherrima Narbo !

     

    *Vite vite avant le déménagement de tout ça !

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique