• Au théâtre ce soir

    Au théâtre ce soir

     Ce soir, dans les Prisonniers du pouvoir, une surprise de taille : des  acteurs imprévus : 3 bonshommes en fauteuil roulant devant l'entrée principale. On ne les a jamais vu là avant, et pour cause : ils sont venus faire le buzz ! On s'inquiète de la façon dont on les fera monter, certains parlent de l'ascenceur ou monte charge utilisés par certains lors des anciens conseils municipaux, comme Madame Yvette Chassagne,  première femme sous préfète ( et conseillère de l'opposition sous Moynier) que son grand âge empêchait de pratiquer l'escalier, ou de quand la différence physique ne créait pas de polémique.

    Les participants : Didier, Maire de la ville, Hélène et Jacques, ÉLUS municipaux de l'opposition. Un seau de basse couenne est répandu sur le sol pour permettre à la douce Hélène de s'avancer et de glisser en un élégant entrechat : les 3 coups résonnent, la pièce peut commencer. Elle déclame :

    Au théâtre ce soir

     

    Hélène : – Monsieur le maire, je voudrais vous informer qu'il y a au rez de chaussée des personnes physiquement différentes qui souhaiteraient assister au conseil municipal

    Didier : – Qu'elles viennent !

    Hélène : Elles sont en fauteuil roulant, je vous rappelle que cette salle doit être accessible à tous...

    Didier : Je fais tout de suite demander à la réserve communale d'intervenir afin de faire monter ces personnes. Je me permets de vous dire, Madame, que vous avez été première adjointe dans cette mairie, et qu'avec Messieurs Lamy, Ste Cluque, Ortiz, vous étiez des élus de 2008 à 2014. Vous aviez les moyens de mettre en place une procédure permettant l'accessibilité de l'ensemble des bâtiments de la ville et tout particulièrement de cette salle.

    En arrivant en avril 2014, nous avons pris connaissance de l'existence d'un dossier concernant l'accessibilité aux synodes et au musée. Nos services ont donc réactivé ce dossier, soumis à qui de droit (monuments historiques et bâtiments de France) et proposé lors d'un précédent conseil municipal lors des appels à subventions. Ce dossier, qui est maintenant géré par notre mandature est le même. Vous l'avez lu, vous le connaissez car c'est votre dossier, qu'en tant que première adjointe, qu'en tant qu'élue, vous n'avez ni engagé, ni soutenu. Aujourd'hui en pleine campagne électorale, vous prenez prétexte du conseil municipal, sans prévenir, sans me prévenir, pour, par cette déclaration préliminaire, faire monter la sauce.

    Madame, vous aurez la tribune de la presse demain. J'espère que cela vous servira lors de votre campagne électorale. - Hélène secoue négativement la tête - En attendant la réserve communale est là, active et fera monter les gens. Ces gens, d'ailleurs, que vous connaissez très très bien, vous auriez du leur permettre d'être déjà dans la salle. Et vous n'auriez pas fait cette déclaration préalable, totalement mal venue. Le conseil reprend. Je vous laisse juges de la suite du déroulement de ce conseil.

    Jacques, interrompant Didier, : Monsieur le maire ! Monsieur le Maire j'ai été mis en cause Didier : Non Jacques, vous n'avez pas été mis en cause ! Ce conseil possède un règlement intérieur...

    Jacques : Vous sous entendez que je n'ai rien fait pendant 6 ans ; si j'ai transféré le conseil municipal au palais du travail, c'est que je pensais, je considérais...

    Didier : Jacques !

    Jacques, larmoyant, : c'est l'architecte des bâtiments de France qui a pris du retard, qui effectivement....

    Didier, péremptoire, la séance est suspendue !

    Au théâtre ce soirAu théâtre ce soir

     

     

     

     

     

     

     

     

    (Voix off) la séance est suspendue : le suspens commence, très vite insoutenable au bout de la 8ème minute. Le pompier Péréa descend téléphoner. On voit apparâitre, au fond de la salle les hommes de la protection civile, 6 gars costauds, et 5 gars de la réserve communale.  : va t'on amener ces hommes sur des brancards ? On attend la venue de ces personnes si brusquement désireuses d'assister au conseil municipal . Ils n'ont peut être pas de jambes mais ils manœuvrent, bloquant le conseil municipal. Une demi heure plus tard on apprend qu'ils ne sont plus là : ils ont déguerpi à toutes roues. Carapatés, disparus ! Petits farceurs va ! Où moutons de Clodius* ?

    Cette mise en scène exclusivement destinée à la presse nous révèle, une fois de plus, le mépris total des j'aime narbonneux envers leurs électeurs. Ils ont dû trouver ça super drôle. D'ailleurs, à la sortie, on entend Ortiz qui s'esclaffe en saluant la réserve communale et disant : Ah, quelqu'un peut toujours faire un malaise ! On oublie tout au fil des jours, mais où organisiez vous votre conseil municipal des enfants quand vous étiez à la mairie ? Les handicapés ne pouvant accéder aux synodes lors des concerts ou conférences, au musée d'art ne vous intéressaient pas lorsque vous étiez au pouvoir. Mais aujourd'hui, vous les aimez passionnément !

      

    Au théâtre ce soir

    M' enfin monsieur A. suppléant aux départementales sur le canton Est, qu'êtes vous venu faire dans cette galère de bric et de broc ? (un des 3 acteurs surprise du spectacle de ce soir)

    A de si brillants et si énergiques organisateurs, on a envie de suggérer la reprise de la biennale de l'Aquarelle, abandonnée par les organisateurs, épuisés par la tâche ! Où alors d'amener au prochain conseil municipal des femmes à barbe, des hommes troncs, des siamois pour appuyer de fallacieux arguments. vous ne représentez décidément que vous mêmes !

    Honte à vous !

    Au théâtre ce soir

    Alors Hélène, on laisse les copains dehors parce qu'ils sont handicapés ?

    Cliquer pour agrandir

    La suite du conseil municipal au prochain épisode,  où l'on assiste à une foire d'empoigne orchestrée par les jaime-narbonneux, au machisme et à la vulgarité en action du banquier, aux consensus qui se jouent ou non. (cette dernière phrase est là pour faire bien). Peut être. En attendant, terminons la soirée par une chanson des plus appropriée...

      

        

    * Clodius : personnage teigneux de Henri Bosco, dans le mas Théothime, qui achète un jour 3 moutons pour ruiner les semences de son voisin.

    Au théâtre ce soir

     

      

    « Le budget printanier de la communauté de l'AggloPoète, printemps, possible »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :