• Alexandra, Ludivine, les garçons...

     

    Alexandra, Ludivine, les garçons...

    Jouer, courir, sauter, se jeter dans le vide. L'espace urbain est LE terrain de jeu ; Le mobilier urbain, support de performances. Il n'y a plus seulement le skate, le roller ou le vélo dans la ville. Discipline née dans les années 90 mais peu suivie par le grand public, la* Free Running, (que je traduirai par course libre) à ne pas confondre avec le Parkour auquel elle ressemble furieusement, est pratiqué avec ardeur dans notre ville.

    Alexandra, Ludivine, les garçons...

     

    Le but de la course est de se déplacer le plus vite possible d’un point à un autre, en mettant à profit maximum, intelligence tactique et musculaire, mental sain, esprit d'équipe et sens de la beauté.  Et si elle donne lieu à des rassemblements en France, la compétition n'en est pas la finalité. Pas encore du moins.

     

    Jeunes, sympathiques, jouissant d'une belle énergie, Alexandra, Ludivine et les autres  forment la TentaTeam de Narbonne. Une équipe d'amis qui s'entrainent ensemble et s'épaulent les uns les autres dans leur jeu. Alexandra insiste sur le fait que s'entraîner en équipe permet aux autres de vous jauger et de vous inciter à connaître vos exactes limites, ce qui est une garantie de sécurité. Les autres connaissent nos capacités et évaluent nos particularités, d’où l’esprit d’équipe qui est vital, que ce soit sur le terrain et pour le montage de vidéos.

    Vidéos super belles, pour lesquels ils sont aussi très doués; des vidéos qui subliment totalement la ville où ils s’ébattent, la transfigurant en s’y mouvant vivants, intensément vivants.

     

    Alexandra 

      

    Les jeunes filles pratiquent aussi le Free Running, et si ici et là, elles préfèrent  s'entraîner entre elles, Ludivine et Alexandra misent plutôt sur la mixité, plus stimulante.

    C'est une façon de vivre sa ville, spectaculaire et esthétique, permettant au free runner de se déplacer, se mouvoir avec grâce, en des mouvements fluides, très beaux. Cette exigence d'esthétique augmente la technicité du parcours quasi digne des J.O - staltos arrière, pirouettes, vrilles, cork, etc...- et laisse le spectateur complètement médusé !

       

     La TentaTeam

      

    Un mental d'acier : On ne peut qu’admirer la beauté des corps qui se lancent et la force du mental qui les dirige même si, comme le souligne Eddy, la peur est tout le temps là. Mais c’est l’aiguillon qui aiguise l’attention, on est intensément attentif à chaque mouvement, chaque figure.

    Griserie de l’esprit en action,  permettant concentration,  une grande maîtrise de soi et une attention totale aux figures entreprises.  

    On apprend surtout sur le terrain expliquent ces sportifs, et on a pas besoin de matériel spécial : juste une bonne paire de baskets, des muscles et de l’imagination. Et beaucoup, beaucoup d'entraînement. 

      

    Une liberté totale : un sport qui se pratique partout, un équipement peu coûteux, le free running paraît idéal pour les jeunes. Ce sport c’est aussi la liberté, tant que l’on ne dégrade rien, on fait très très attention. En plus c'est une activité qui ne nous coûte rien, juste une bonne paire de basket comme les Ollo, mais n'importe quelle marque fait l'affaire.

     

    Mais de la ténacité : On s’entraîne très peu en salle, il vaut mieux être dehors, car la salle c’est une autre discipline, mais c’est utile pour le stalto, par exemple. On s’entraîne dans les bois, sur les plages, mais c’est surtout urbain . C’est plus sympa que les soirées, on est donc ni buveur ni fumeur à part 2 ou 3 parce qu'il est important d’être en bonne condition physique. On a toute la ville pour nous et la possibilité de faire beaucoup d'entraînement. Certains mouvements ou figures font partie de la formation des pompiers, c'est quand même très pointu !

     

    Alexandra, Ludivine, les garçons... 

     

    Le regard des autres : La police les a à l’œil "ils nous prennent pour des voyous alors qu’ils sont venus nous féliciter et nous demander des autographes après que nous soyons passés dans un reportage télé". Mais le temps passant, ils sont suspects d’abîmer les arbres (et les jardiniers hein ? ) ou le mobilier urbain (et les skateurs hein ?), d'être vus comme des trublions.  On essaie d'avoir de bons rapports avec la municipale, et comme on fait quelque chose de difficile, donc, les gens sont plutôt admiratifs ou étonnés.

     

     

    Eddy

     

    Vertigineux, épatant, fabuleux, les adjectifs manquent pour décrire leurs acrobaties et leur maîtrise de l’espace. C'est la jeunesse d'aujourd'hui, une partie en tout cas :  jeunesse saine, pourvue d’un bel esprit, du sens du collectif, de l’amitié et du physique. C'est trop beau !

     Quel dommage qu'on ait passé 30 ans !

     

    Alexandra, Ludivine, les garçons... Alexandra, Ludivine, les garçons... Alexandra, Ludivine, les garçons...

     

    Alexandra, Ludivine, les garçons...
    Alexandra, Ludivine, les garçons... Alexandra, Ludivine, les garçons...

      

    Alexandra, Ludivine, les garçons... Alexandra, Ludivine, les garçons... Alexandra, Ludivine, les garçons...

     

    * féminisé pour les besoins du texte. On dit le free running, ne me demandez pas pourquoi... 

     

      

    « Rallumeurs d'étoiles ?Tristesse aux Pénitents bleus »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :