• A, O, Poésie

    A, O, Poésie  

    Ce soir, oserons nous l'écrire ? nous étions au Lindo café, car il n'est plus nécessaire d'aller ailleurs, où nous avons admirés 2 enfants jouant dans un jardin.

    Que l'on ne se méprenne pas  et que l'on s'en rappelle : l'innocence et l'enfance sont les lieux du jeu sans apprêt, naturel, spontané, le lieu d’où l'on s'élance dans la vie. 

    Et c'est de cet endroit vital - peut être lointain pour certains d'entre nous - que A pour Angélique et O pour Olivier ont choisi de s'envoler pour nous offrir leur spectacle de poésie sensuelle et gourmande. Peintre de talent, chanteuse et danseuse à ses heures, Poète et metteur en scène, ces deux là sont des amis qui se sont rencontrés sur un leit motiv tissé de mots, d'amour et d'attitudes communes : Se donner à fond, en totalité, sans timidité, mais en toute retenue. Provocants, mais pudiques. Déjantés mais lucides. C'est là leur grand pouvoir, et leur charme.

     

    A, O, Poésie  

    Et si par moments le spectacle nous rappelle nos saynètes de fin d'année scolaire, ou celles de Noël, la simplicité de la mise en scène, la beauté des textes ne sont là que pour nous projeter dans le grain de folie qui les habite et qui submerge soudainement la salle : c'est Montmartre au temps de son innocence, le rire à son premier jaillissement, la mise en demeure du public à participer au spectacle, un boa qui fait son apparition :  Angélique et Olivier sont impayables, drôles, anticonformistes.

    Angélique, tourbillonnante au gré de ses dires, de ses chansons "gainsbouriennes ",  de sa gestuelle ne joue pas : elle est juste le jeu.

    Olivier nous lit ses poèmes couleur glycine avec passion et légèreté à la fois, du doigté qui transforme l'innocence perdue en lucidité.

      

    Comment la poésie peut elle faire cela ? La poésie fait cela : déverser des vagues de soleil rieur, joyeux dans les cœurs. La poésie mise en scène.

     Ah l'amour ! L'amour, toujours l'amour. Et la poésie. Comme s'il pouvait y avoir autre chose* ?

        A, O, Poésie

      

    A, O, Poésie

     

    * Poésie toujours ; des huitres et des moules gratinées, des crevettes dodues et parfumées, des compotées de légumes au gingembre, (...) comment avons nous pu ne pas noter le nom du chef qui nous a préparé ces assiettes amoureuses et gourmandes ? Le vin était sûrement trop grisant tiens !

    Association vagues de soleil sur  Association vagues de soleil et Facebook 

      

     

     Merci à Carmela et Jocelyne pour leurs judicieuses observations et leur regard acéré.

     

     

     

    « L'annonce faite à BascouSad Gaza, Happy Narbonne »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Olivier
    Lundi 28 Juillet 2014 à 12:09

    Nous sommes très touchés par ton article, Lavallière.


    Nous avons adoré jouer cette soirée poétique et gainsbourienne pour vous, dans ce si bel endroit...


    Longue vie au El Lindo Café et à ses si charmantes, envoûtantes ambiances. Il y en a pour tous les goûts et ce qui nous réunit tous est la passion, la couleur de la vie, en somme.

    Affectueusement.

    2
    lavalliere
    Lundi 28 Juillet 2014 à 15:56

    C'est vrai : nous avons une chance inouïe d'avoir ce lieu et tous ces artistes qui s'y produisent. Cela manquait vraiment à Narbonne. Vive la "culture" !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :